Skip to navigation – Site map
Papers

Lexique/grammaire. Le cas du khmer

Denis Paillard

Abstracts

This article questions the distinction between grammar and the lexicon through a study of four Khmer units, each of them presenting both lexical and grammatical uses, as can be observed in many languages in the world. The distinction between what is lexical and what is grammatical is highly questionable as each unit turns out to have its own distribution and its own combinatory and syntactic constraints. Besides, it is impossible to single out a particular use which could be held as specifically basic.
In Indo-European languages, the lexicon/grammar distinction has a certain visibility since two sets of units can be opposed easily enough: an open set, that of the lexicon, and a closed one, that of grammatical units. The use of lexical units for grammatical purposes thus seems to justify the use of the notion of “grammaticalization. But such an inventory proves impossible in Khmer, where categories such as tense, aspect, diathesis, number, etc. do not exist.
This article argues that what makes a word’s identity is its very variation, not grammaticalization.
Variation is to be understood both in terms of polysemy and of grammatical classification (polycategoriality), all the more so as, as a general rule, a Khmer unit is not linked to one stable category. This leads us to question the very foundations of what is apprehended as a grammatical category.
Any language uses units which, in their diversity, can be held as specific representatives of a given category (an illustration of the notion of
chreod put forward by Antoine Culioli). Taking into account the various realizations of this category just as they can be observed contributes to deepen the reflection about its foundations. Hence a double movement: from the categories to the forms/markers, and from the forms/markers of a given language to the categories.

Top of page

Full text

Introduction

1La distinction entre unités lexicales et unités grammaticales a une visibilité empirique dans des langues comme le français et l’anglais mais tel n’est pas le cas de nombreuses langues, et en particulier des langues d’Asie du Sud-Est. L’objet de cet article est de reprendre la question de la distinction grammaire/lexique en référence à la langue khmère. En rapport étroit avec la possible distinction entre unités lexicales et unités grammaticales se pose la question du fondement des catégories comme nombre, détermination, temporalité, aspect, diathèse, modalité, etc.

2La distinction entre lexique et grammaire – et plus généralement entre le lexical et le grammatical – repose souvent sur deux critères :

  • Les unités grammaticales appartiennent à des listes fermées, alors que les unités lexicales entrent dans des listes ouvertes ;

  • Le grammatical serait « obligatoire », position défendue en particulier par Jakobson [1963 : 197, 201] :

Le caractère obligatoire des catégories grammaticales est le trait spécifique qui les distingue des significations lexicales […] La grammaire est un véritable ars obligatoria comme disaient les scolastiques ; elle impose au locuteur des décisions par oui ou non.

3La frontière entre lexique (le lexical) / grammaire (le grammatical) telle qu’elle apparaît dans la majorité des langues indo-européennes tend à être érigée en modèle pour les langues appartenant à d’autres familles : le grammatical serait ce qui est grammatical dans les langues indo-européennes (en premier lieu en anglais) et le lexical serait ce qui relève du lexique dans ces mêmes langues. L’ouvrage World lexicon of grammaticalization de Heine et Kuteva [2002] est un exemple particulièrement frappant d’une entreprise consistant à prendre le lexique de l’anglais comme lexique de référence. Mais paradoxalement, les exemples donnés dans ce livre témoignent de la fragilité d’une telle distinction et de l’impossibilité de lui donner un statut théorique. La notion même de grammaticalisation en tant que signifiant l’acquisition de significations grammaticales par une unité lexicale témoigne de la véritable porosité entre ce que l’on désigne comme le lexical et le grammatical.

4De plus, la question n’est pas limitée aux seules catégories, comme le montrent les deux séries d’exemples où la même notion peut être exprimée par une unité lexicale (anglais, français), par un préfixe attaché à une base (russe) ou encore par une construction verbale en série (khmer) :

Français, Anglais

tuer, to kill

Russe

u (préfixe) – bit’ (« frapper »)

Khmer

koat day vie ŋoap

3sg frapper 3sg mourir

Français, Anglais

trouver to find

Russe

na (préfixe) idti (« aller »)

Khmer

rɔɔk (« chercher ») + baan (« acquérir »)

rɔɔk (« chercher ») + khəəŋ (« voir »)

5En même temps, l’association du grammatical à de l’obligatoire reste aujourd’hui encore une grille de lecture pour des langues comme les langues d’Asie du Sud-Est comme en témoigne cette citation de Bisang [2009] :

In a large number of languages in East and mainland Southeast Asia, grammaticalization is characterized by the following characteristics:
– Lack of obligatory categories and predominance of pragmatic inference even in the case of highly abstract grammatical concepts such as tense and or definiteness;
– Existence of rigid syntactic patterns (word-order patterns);
– No or limited coevolution of form and meaning.
The definition of obligatoriness adopted in this paper is that of Lehmann [1995]. A category is obligatory if the speaker is forced to specify that category by selecting a marker that belongs to it. […]
The lack of obligatoriness is particularly remarkable in cases where the concept inferred is an abstract grammatical concept that is expressed by obligatory categories in Indo-European languages. While these functions are conventionalized in Indo-European, they are the product of pragmatic inference in many markers of East and mainland Southeast Asian languages. This is corroborated by the fact that in a number of cases one and the same marker may express different grammatical concepts in different situations or in different constructions.

6Cette citation montre une fois encore que dans ces langues la distinction entre le grammatical et le lexical ne renvoie pas à deux listes d’unités, les unes lexicales, les autres grammaticales ; bien plus, elle met en évidence le fait qu’une même unité selon le contexte peut exprimer different grammatical concepts. En même temps, la notion d’inférence pragmatique mise en jeu par Bisang pour rendre compte des valeurs grammaticales de certaines unités rejoue/maintient la distinction entre le lexical et le grammatical.

  • 1 Le terme de variation recouvre en fait les phénomènes souvent traités en termes de polysémie mais a (...)

7Dans cet article, en référence à quatre unités du khmer, nous défendons la position que l’identité sémantique d’une unité est indépendante de la distinction entre valeur(s) lexicale(s)/valeur(s) grammaticale(s) – ce qui revient à ne pas recourir à la notion de grammaticalisation. L’identité d’une unité est définie par sa variation et en retour la variation est contenue dans cette identité1.

  • 2 Pour ʔaoy, trəv et baan nous donnons la traduction donnée par les dictionnaires khmer/français, mai (...)
  • 3 Nous reprenons ici la terminologie utilisée par Enfield [2003].
  • 4 Chacune de ces unités ont fait l’objet d’une ou plusieurs descriptions détaillées figurant dans la (...)

8Chacune de ces unités soulève des questions différentes concernant la variation. Dans le cas de la première unité ʔaoy (« donner »2) la variation est en premier lieu celle des constructions : on distinguera dix emplois nettement distincts (on verra que ʔaoy a le statut de métaprédicat). Avec trəv (« toucher accidentellement ») la variation renvoie à un ensemble de valeurs apparemment profondément disparates : déontique -nécessaire, conformité, détrimentalité, diathèse passive. Avec baan (« obtenir ») la variation soulève la question des catégories grammaticales, baan pouvant prendre deux valeurs, l’une modale (« possibility »), l’autre aspectuelle (« attainment »3). Enfin, dans le cas de daoy, la variation pose de façon cruciale la question de la polycatégorialité, cette unité étant définie comme nom, verbe, préposition, particule adverbiale et conjonction de subordination4.

1. À propos de ʔaoy

  • 5 r1 et r2 désignent le prédicat, a1, a2, b1, b2 les arguments du prédicat. Les autres constituants d (...)

9Pour décrire les différents emplois de ʔaoy (10 au total), nous ne partirons pas d’une caractérisation sémantique de ʔaoy, mais d’une définition de ʔaoy comme métaprédicat qui met en relation deux événements E1 et E2, ce que nous noterons E1ʔaoy E2, où E2 est l’événement principal, E1 étant le déclencheur de E2. Cette relation entre E1 et E2 a une dimension causative, mais nous verrons qu’il n’est pas possible de la ramener à une simple relation causale : E2 a une autonomie par rapport à E1 au sens où il est introduit indépendamment de E1, même si la validation de E2 est conditionnée par la prise en compte de E1. E1 et E2 correspondent l’un et l’autre à une relation prédicative que, sous une forme minimale5, nous noterons a1 r1 b1 (E1) et a2 r2 b2 (E2), ce qui donne :

  • 6 La présence de ʔaoy dans cette notation met en avant son statut de métaprédicat.

(X Y Z) a1 r1 b1ʔaoy a2 r2 b2 (X Y Z)6

10Chaque emploi/valeur de ʔaoy correspond à une réalisation particulière de ce schéma abstrait : selon les cas, les différents éléments des deux relations prédicatives peuvent ou non être lexicalisés.

1.1. Transfert

11La valeur de transfert est celle où le schéma a une réalisation minimale ; ʔaoy est le seul élément prédicatif. E1 se ramène à la prise en compte d’un agent, E2 à celle d’un bénéficiaire et d’un objet (cf. (1a)). Mais après ʔaoy, il est possible d’avoir le verbe tɨv « aller » (cf. (1b)) : bénéficiaire et objet sont les arguments du verbe tɨv. L’interprétation de (1a) et de (1b) n’est pas la même : dans (1a) il s’agit du salaire versé à chaque ouvrier, dans (1b) il s’agit des dépenses en main d’œuvre engagées par l’entrepreneur.

(1a)

campɔəh

kaaŋie

sɑmnɑŋ

koat

ʔaoy

ø

kaməka

muəy

tŋay

concernant

travail

construction

3sg

ʔaoy

ø

travailleur

un

jour

pram

rɔɔy

riel

cinq

cent

riel

« Pour les travaux de construction il a versé aux ouvriers 500 riels par jour (salaire) »

(1b)

campɔəh

kaaŋie

sɑmnɑŋ

koat

ʔaoy

tɨv

kaməka

tŋay

concernant

travail

construction

3sg

ʔaoy

aller

travailleur

jour

pram

rɔɔy

riel

cinq

cent

riel

« Pour les travaux de construction il a dépensé 500 riels pour les ouvriers par jour (dépenses pour les salaires) »²

1.2. Bénéfactif

12Dans ce second type d’emploi, E1 contient un verbe (ici « acheter »). Quant à E2, soit il se ramène à un N bénéficiaire, soit on a la présence, comme pour le transfert, du verbe tɨv, et dans ce cas, l’objet de E1 devient le sujet de tɨv :

(2)

koat

tɨŋ

siəvphɨv

ʔaoy

(tɨv)

mdaay

koat

3sg

acheter

livre

ʔaoy

(aller)

mère

3sg

« Il a acheté un livre pour sa mère »

13On a deux événements : l’achat du livre (E1) et le livre est destiné à la mère (E2).

1.3. Délégatif

14Par délégatif il faut entendre le fait qu’un sujet valide un procès à la place d’un autre sujet :

(3)

kɲom

baək

laan

ʔaoy

nieyɔək

yuunnesko

1sg

conduire

voiture

ʔaoy

directeur

UNESCO

« Je conduis la voiture pour le directeur de l’UNESCO » (je suis son chauffeur)

15Dans ce cas, E1 est un événement, E2 se limite à un N qui, en l’absence de V en E2, s’interprète comme le sujet du même verbe que dans E1.

1.4. Construction N kuə ʔaoy V

16Dans la construction N kuə ʔaoy V, kuə signifie que le N est adéquat pour vérifier une des places d’argument du V qui suit ʔaoy :

(4)

koat

kuə

ʔaoy

cang

saəc

3sg

kuə

ʔaoy

vouloir

rire

« Il est ridicule » (il donne envie de rire)

1.5. Jussif

17ʔaoy peut être employé après un verbe exprimant une injonction et être suivi d’un prédicat qualitatif. En l’absence de ʔaoy le prédicat qualitatif spécifie le procès. Avec ʔaoy il s’interprète comme un objectif à atteindre en validant le procès visé, comparer :

(4a)

nɨv

ø

sŋiəm

(sdap

kee

niyiəy

sən)

rester

ø

tranquille

écouter

3pl

parler

d’abord

« Reste tranquille (écoute d’abord les autres) »

(4b)

nɨv

ʔaoy

sŋiəm

(lec

tuuk

ʔəyləv

haəy)

rester

ʔaoy

tranquille

couler

bateau

maintenant

part

« Reste sans bouger (sinon le bateau va couler) »

1.6. Permissif

18Le permissif correspond aux cas où ʔaoy est suivi d’une séquence du type NV où le N désigne un sujet humain intéressé à la réalisation du procès exprimé par le V, procès qui, provisoirement, dépend d’un autre sujet, il peut s’agir du locuteur (ex. (5)) ou encore d’un sujet explicité à gauche de ʔaoy (ex. (6)) :

(5)

ʔaoy

kɲom

tɨv

phaaŋ

ʔaoy

1sg

aller

aussi

« Laisse-moi venir aussi »

(6)

koat

ʔaoy

Daraa

tɨv

3sg

ʔaoy

Dara

aller

« Il a laissé Dara venir avec lui »

1.7. Causatif

19Le mécanisme est le même que pour le permissif à la différence près que le sujet du V suivant ʔaoy a priori n’est pas intéressé par le procès. C’est le sujet (locuteur/interlocuteur, (7) ou N humain, (8)) placé devant ʔaoy qui vise la réalisation du procès :

(7)

peel

koat

mɔɔk

dɑl

ʔaoy

koat

cam

kɲom

bɑntec

temps

3sg

venir

arriver

ʔaoy

3sg

attendre

1sg

un peu

« Quand il arrivera, dis-lui de m’attendre un peu »

(8)

koat

ʔaoy

viɜ

cam

kɲom

bɑntec

3sg

ʔaoy

3sg

attendre

1sg

un peu

« Il lui a dit de m’attendre un peu »

1.8. Factitif

20C’est dans ce cas que le schéma est réalisé pleinement : E1 et E2 se présentent comme deux propositions, la première s’interprétant comme déclenchant la seconde. Le V dans E1 est soit un V ayant une dimension causative soit un verbum dicendi. On notera que dans ce cas la présence de ʔaoy n’est pas obligatoire, mais l’interprétation n’est pas la même ; comparer :

(9)

kɲom

noam

koat

mɔɔk

ø

məəl

pteah

1sg

conduire

3sg

venir

ø

regarder

maison

« Je l’ai amené voir la maison » (pour qu’il voie comment je vis ou pour qu’il sache où j’habite)

(10)

kɲom

noam

koat

mɔɔk

ʔaoy

məəl

pteah

1sg

conduire

3sg

venir

ʔaoy

regarder

maison

« Je l’ai amené voir la maison » (la maison est en vente et il est un acheteur potentiel ou il doit être embauché comme gardien)

21Dans (9) sans ʔaoy il s’agit d’un seul événement associant deux sujets alors que dans (10) il s’agit de deux événements distincts, le sujet du V dans E2 est intéressé à ce procès indépendamment du sujet de E1. Cette autonomie de E2 apparaît nettement dans (11) où le V de E2 est détrimental (dans ce cas, le sujet du V est obligatoirement après ʔaoy, alors que dans (10), il est devant ʔaoy) :

(11)

kɲom

soomtooh

kɲom

noam

ʔaoy

bɑŋ

piʔbaʔ

daoysaa

kɲom

1sg

demander pardon

1sg

conduire

ʔaoy

2sg

être difficile

à-cause

1sg

« Je vous demande pardon pour vous avoir mis dans une situation difficile »

1.9. Optatif

22ʔaoy figure à l’initiale précédé ou non de la négation kom et suivi de tae marqueur de restriction. Dans une situation complexe (aux issues multiples) présente contextuellement ʔaoy signifie que la seule chose qui compte est E2 ; dans (12) seul le premier ʔaoy est concerné :

(12)

ʔaoy

tae

baan

tɨv

ʔaoy

kɲom

tvəə

ʔəy

kɑa

kɲom

tvəə

dae

ʔaoy

restric.

obtenir

aller

ʔaoy

1sg

faire

indef.

part.

1sg

faire

part

« Pourvu que je puisse partir, demandez-moi n’importe quoi, je le ferai »

1.10. Critiquer/réprimander

23Combiné avec les verba dicendi thaa et sdəy, ʔaoy signifie que le sujet qui suit ʔaoy fait l’objet d’une critique ou d’une réprimande. L’objet de la critique ou de la réprimande est donné dans le contexte gauche mais n’est pas repris après ʔaoy. De ce point de vue, « critiquer »/» réprimander » revient à désigner (verbalement) un sujet comme responsable d’un événement négatif :

(13)

mun

nəŋ

thaa

ʔaoy

kee

məəl

kluən

ʔaəŋ

sən

avant

part

dire

ʔaoy

3pl

regarder

corps

2sg

d’abord

« Avant de critiquer les autres, regarde-toi d’abord » (à l’adresse de quelqu’un qui critique les autres pour leur tenue vestimentaire)

(14)

bae

vie

mɔɔk

yɨt

kom

sdəy

ʔaoy

vie

si

3sg

venir

tard

nég.

dire

ʔaoy

3sg

« S’il est en retard, ne le réprimande pas »

24Synthèse : les dix valeurs ci-dessus sont décrites chacune comme une réalisation particulière du schéma définissant ʔaoy comme un métaprédicat mettant en relation deux événements E1 et E2 : la variation tient au fait que les composants des relations prédicatives de E1 et E2 sont selon les cas réalisés ou non.

2. À propos de trəv7

  • 7 On retrouve dans d’autres langues d’Asie du Sud-Est le même verbe avec un ensemble comparable de va (...)

25En tant que verbe, trəv signifie « toucher accidentellement » comme dans l’exemple suivant :

(15a)

koat

vay

trɘv

kbaal

kɲom

3sg

frapper

trəv

tête

1sg

« Il m’a heurté à la tête »

(15b)

koat

vay

kbaal

kɲom

3sg

frapper

tête

1sg

« Il m’a frappé à la tête » (le coup est volontaire)

26Dans (15b) où l’on a uniquement le verbe « frapper », le procès est présenté comme intentionnel, alors que dans (15a) le coup est présenté comme involontaire.
Nous proposons l’identité sémantique suivante pour trəv : étant donné un élément e2 localisé/actualisé, un élément e1 se retrouve en contact avec e2. Du point de vue de la dynamique de l’événement c’est e1 qui est concerné. Si dans le cadre de cet événement e1 entre en contact avec e2, cette mise en relation n’est pas à l’initiative de e1 : du point de vue de l’événement impliquant e1, e2 est un élément contingent, a priori sans rapport à l’événement.

27Indépendamment de sa valeur comme verbe, trəv présente quatre grandes classes d’emploi : conformité, détrimental, diathèse passive et obligation-nécessité. Ci-dessous, nous montrerons à partir d’un petit nombre d’exemples comment ces quatre types d’emploi s’interprètent comme des réalisations particulières de cette identité de trəv.

2.1. Conformité

28La valeur de conformité peut être illustrée par les exemples suivants :

(16)

koat

trəv

cnaot

3sg

trəv

loterie

« Il a gagné le gros lot »

(17)

mhoop

nih

trəv

moat

kɲom

nah !

plat

deict

trəv

bouche

1sg

très

« J’aime beaucoup ce plat ! »

(18)

caacak

kat

caek

nih

trəv

taam

ytteʔthoa

haəy

loup

couper

partager

deict.

trəv

suivre

justice

part

« Le partage que le Loup a fait est juste »

29Le terme « conformité » signifie que e2 est défini comme un pôle de référence donnant lieu à une valuation (en termes de conformité) de l’événement impliquant e1. On a d’un côté un événement actualisé (il se définit par son ancrage dans un espace-temps singulier), de l’autre, un pôle de référence dont la pertinence excède l’événement actualisé. La fonction de trəv est de mettre en relation l’événement mettant en jeu e1 avec le pôle de référence que représente e2.

30Le terme pris comme pôle de référence e2 a des statuts très variés, ce qui tend souvent à conférer à la séquence formée avec trəv une dimension idiomatique, encore soulignée par la traduction en français. Nous pensons qu’il est possible de distinguer au moins deux grands cas :
– le pôle de référence e2 est un terme qui acquiert ce statut dans le cadre de sa mise en relation avec e1. Ce cas est de loin le plus fréquent et recouvre, nous l’avons dit, une très grande diversité.

31Ainsi, dans (16) le billet (e1) acheté par X possède le numéro correspondant au numéro défini comme le numéro gagnant lors du tirage (e2). Dans (17), le plat (e1) préparé avec tel et tel ingrédient se révèle être à mon goût (e2). Dans les deux cas il n’y a a priori pas de rapport entre e1 et e2 : e2 est défini indépendamment de e1.
– le pôle de référence est introduit par des marqueurs comme daoy « par/selon » et par taam « suivre/suivant ». Ce pôle de référence s’interprète comme une norme ou une règle ayant une existence indépendamment de l’événement particulier impliquant e1. Dans (18), l’événement que constitue le partage réalisé par le loup se révèle en accord avec les principes d’équité/justice qui définissent ce qu’est un bon partage.

2.2. Détrimental

32Cette valeur est celle qui est la plus proche de la valeur de trəv comme verbe :

(19)

puuthaw

crolueh

mook

trəv

coeŋkoeŋ

vɨn

hache

glisser

venir

trəv

genou

en arrière

« La hache a glissé (et) est venue frapper son genou »

(20)

nieŋ

trəv

snae

kee

haɘy

fille

trəv

charme

3sg

part.

« Quelqu’un a jeté un sort à cette fille »

(21)

monuh

məneak

trəv

krɔəh tnaʔ

bok

laan

personne

une personne

trəv

accident

frapper

voiture

« Une personne a eu un accident de voiture »

(22)

msɘlmɘɲ

kɲom

trəv

moat

ʔəv

kɲom

hier

1sg

trəv

bouche

père

1sg

« Hier je me suis fait gronder par mon père ! »

33Dans (19) e1 désigne un événement négatif qui affecte e2 (un individu). Dans (21) et (22), c’est e2 qui prend une dimension négative et un individu (e1) est mis en relation avec e2. Dans (23) le mécanisme est quelque peu différent et repose sur le fait que le fils (e1) se retrouve bien malgré lui en relation avec la bouche (c.à.d. le discours) de son père.

34Ci-dessous nous donnons deux exemples mettant en jeu la valeur conformité et la valeur détrimentale. Dans l’exemple (23), le second locuteur joue sur le mot trəv et passe de la valeur de conformité (déjà présente dans la question de S0) à la valeur détrimentale (on retrouve moat déjà présent dans (22) mais avec un autre statut) :

[S1 vient remettre son travail au directeur ; à la sortie, S0 demande à S1 si le directeur a apprécié le travail qu’il a remis]

S0 :

yaaŋmec

trəv

tee

comment

trəv

part

« Alors, comment ça s’est passé ? » (il était content ?)

S1 :

trəv

trəv

moat

laəŋ

spək

muk

haəy

trəv

trəv

bouche

monter

engourdi

visage

part

« Tellement content que je me suis fait engueuler comme du poisson pourri » (présence d’une pause entre les deux trəv)

35Et l’exemple (24) ci-dessous, en fonction de la prosodie, peut recevoir une interprétation de type conformité (a) ou de type détrimental (b) :

(24)

tvəə

tɨv

trəv

ʔəyləv

haəy

faire

aller

trəv

maintenant

déjà

« Continue, tu y es presque »

« Continue comme ça, et tu vas voir ce que tu vas prendre comme correction » (accent contrastif sur trəv, qui signifie qu’il y a un enjeu intersubjectif : « continuer » (S1) vs « ne pas continuer » (So))

36L’interprétation (a) est possible dans un contexte où un élève résout un problème de mathématiques et il approche de la solution. Son professeur l’encourage en utilisant l’énoncé (24). L’interprétation (b) met en scène une mère qui menace son fils qui s’entête à faire ce qu’elle lui interdit de faire. 

2.3. Nécessité – prédiction – besoin

37Cet emploi de trəv regroupe trois valeurs proches : nécessité/obligation (ex. (25), (26)), prédiction (ex. (27)), besoin (ex. (28) et (29) ; dans le cas de « besoin », trəv est suivi de kaa « affaire »).

(25)

kɲom

kmiən

bay

kɲom

trəv

tɨw

pʰsaa

1sg

ne pas avoir

riz

1sg

trəv

aller

marché

« Je n’ai plus de riz, je dois aller au marché (pour en acheter) »

(26)

sraec

ʔaeŋ

trəv

mɔɔk

cuəp

kɲom

kɲom

mien

demain

2sg

trəv

venir

rencontrer

1sg

1sg

avoir

rɨəŋ

samkhan

trəv

niyəy

histoire

important

trəv

dire

« Demain, tu dois venir me voir, j’ai une chose importante à te dire »

(27)

taam

leec

biə

khae

kraoy

lɔɔk

trəv

baan

luy

suivant

numéro

carte

mois

après

monsieur

trəv

obtenir

argent

« D’après les numéros des cartes, le mois prochain vous devez gagner beaucoup d’argent »

(28)

kɲom

trəv

kaa

20 $

daəmbey

bɑnɡ

tlay

tɨk

1sg

trəv

affaire

20 $

pour

payer

prix

eau

« J’ai besoin de 20 $ pour payer la facture d’eau »

(29)

kɲom

trəv

kaa

monuh

pii

neak

cuəy

tvəə

kaa

1sg

trəv

affaire

personne

deux

class

aider

faire

affaire

« J’ai besoin de deux personnes pour m’aider dans le travail »

38Ces trois types de données présentent les propriétés suivantes :

  1. un sujet a priori humain (e1) est confronté à la validation d’un procès (e2) ;

  2. la construction du procès (e2) relève non pas du sujet mais d’une instance externe (explicitée ou non). Dans le cas de la nécessité, la prise en compte de e2 est liée à la validation d’un objectif que se fixe e1 ; dans le cas de la prédiction, e2 est construit par un sujet autre que e1 (voyant, chamane, etc) ; dans le cas du besoin c’est un manque ressenti par le sujet e1 qui construit e2 ;

  3. la validation effective du procès (e2) par le sujet (e1) est en attente et n’est pas garantie ;

  4. la fonction de trəv réside dans la mise en relation du sujet (e1) avec le procès (e2) construit indépendamment.

  • 8 Par pondération variable, il faut entendre le fait que les deux éléments n’ont pas la même saillanc (...)

Les trois valeurs (nécessité/prédiction/besoin) se caractérisent par des différences d’ordre syntaxique et lexical. Elles peuvent être considérées comme correspondant à une pondération variable8 sur les éléments e1 et e2 mis en relation par trəv :
nécessité : équipondération du sujet (e1) et du procès (e2) qui possèdent l’un et l’autre leur propre visibilité ;
prédiction : pondération sur le procès (e2) (le sujet est « dépossédé » de son destin par les cartes) ;
besoin : pondération sur le sujet (e1) (le procès permettant de satisfaire le besoin n’est pas encore sélectionné).

2.4. Diathèse passive

39Le schéma syntaxique régulier pour le passif est :

(…) GN trəv GN V (…)

(30)

vie

trəv

baan

tək

hoo

noam

tɨv

dɑl

kʰtɔɔm

3sg

trəv

obtenir

eau

couler

conduire

aller

atteindre

hutte

« Il fut emporté par le courant jusqu’à la hutte (du dieu) »

(31)

Phnom Penh

trəv

kmaŋ

vay

baek

thnay

tii

Phnom Penh

trəv

ennemi

frapper

casser

date

lieu

« Phnom Penh a été pris par l’ennemi tel jour »

(32)

conlməh

trəv

baan

poolih

cap

dak

kuk

criminel

trəv

obtenir

police

arrêter

mettre

prison

« Le criminel a été arrêté par la police » [Thach 2011]

40Dans le cas du passif, on retrouve le mécanisme décrit pour les trois premières valeurs. trəv inscrit un GN (e1) dans une relation prédicative GN V (e2) construite indépendamment de e1. L’instance de construction du procès n’est autre que l’agent du procès présent devant le verbe. GN (e1) reçoit le statut d’objet du procès.

  • 9 A propos de baan, nous reviendrons sur la notion de CVS.

41Synthèse : la description des cinq grands types d’emplois de trəv a permis de mettre en évidence ce qu’ils ont en commun : trəv a pour fonction d’inscrire un terme e1 dans l’espace d’un terme e2 construit indépendamment de e1. Cela est présent aussi bien dans la valeur « toucher » de trəv que dans les quatre autres valeurs. De ce point de vue, il n’y a pas lieu de considérer que l’emploi de trəv dans les valeurs « conformité », « détrimental », « nécessité » et « passif » correspondent à une désémantisation de trəv signifiant « toucher accidentellement » : ce qui varie d’un emploi à l’autre, ce sont les propriétés syntaxiques et sémantiques des termes e1 et e2, qui donnent un contenu différent à leur mise en relation. Rien ne permet de considérer que l’emploi lexical de trəv soit premier : il est une configuration parmi d’autres. Notre approche ne fait donc pas appel à la notion de grammaticalisation. Le fait de privilégier la valeur de trəv comme verbe plein ne permet pas de dégager ce qui fonde l’unité du mot, sa cohérence du point de vue du système de la langue. Chaque emploi est à la fois contingent (rien ne permet a priori de le prévoir) et nécessaire : il est régi par des propriétés syntaxiques et sémantiques spécifiques et régulières. Sur le plan syntaxique, trois des grandes valeurs peuvent être considérées comme des constructions verbales sérielles (CVS)9trəv apparaît comme V1 (« nécessité » et « passif ») ou comme V2 (« toucher »).

3. À propos de baan

42Le verbe baan est le troisième verbe décrit. A la différence des deux verbes précédents, comme verbe unique il n’a que des emplois relativement restreints :

(33)

kʰnɔm

baan

koon

proh

1sg

baan

enfant

mâle

« J’ai un fils ! » (un père à la clinique d’accouchement après qu’on lui a annoncé la naissance de son enfant)

(34)

kʰnɔm

baan

sievpʰəv

1sg

baan

livre

« J’ai eu un livre » (à un tirage au sort)

43Pour caractériser la sémantique de baan nous partirons de la formulation proposée par Enfield : « Khmer baan commonly means “come to have something” » [2003 : 168]. Dans les exemples (33)-(34), baan signifie qu’une entité (individu ou objet) se retrouve dans l’espace du sujet, sans que ce dernier soit à l’origine de cette acquisition. Comme le souligne Enfield, baan est « non agentif », ce que reflète l’impossibilité de l’avoir dans une injonction :

(35)

* tɨv

baan

sievphɨv

nuh

haəy

mɔɔk

ʔaŋkuy

nɨv

nih

aller

baan

livre

deict

part.

venir

s’asseoir

rester

ici

Litt. « Va et obtiens le livre, apporte-le et assieds-toi ici »

44Baan n’est également pas possible après le verbe trəv lorsque ce verbe marque l’obligation. Enfin il est incompatible avec des adverbes spécifiant le mode d’implication du sujet dans le procès.

45Nous reformulerons la caractérisation proposée par Enfield en recourant à la notion de « chemin » qui fait directement écho à l’utilisation de come dans la définition de cet auteur. Mais alors que pour Enfield, la formulation « come to have » ne vaut que pour les emplois de baan comme verbe unique, nous chercherons à montrer ci-dessous que la formulation en termes de « chemin » permet de rendre compte des différents emplois de baan, comme verbe unique mais aussi dans les CVS.

46Identité sémantique de baan : baan pose l’existence d’un chemin entre deux positions e1 et e2 : e2 est la position de référence et e1 se présente comme une position d’extériorité première par rapport à e2. Selon le co-texte on privilégie e1 ou e2, mais les deux positions sont toujours prises en compte :
– s’il s’agit de la position de référence e2, le chemin est validé ;
– s’il s’agit de la position d’extériorité première e1 : le chemin est validable.

  • 10 La présence de come dans la caractérisation de Enfield souligne le fait que to have (e2) résulte d’ (...)
  • 11 Nous ne discuterons pas en détail de cet emploi de baan qui devra faire l’objet d’une étude spécifi (...)

47La notion centrale de chemin10 reliant deux positions apparaît clairement avec les emplois où baan joue le rôle de connecteur entre deux propositions p et q11. Dans ce cas il y a focalisation sur l’existence d’un chemin (correspondant à une mise en rapport) entre les deux propositions avec différentes interprétations possibles :

q (e2) est présenté comme la conséquence de p (e1) :

(36)

ʔaeɲ

vay

vie

nɨŋ (p)

baan

vie

yum (q)

2sg

frapper

3sg

deict

baan

3sg

pleurer

« Tu l’as frappé (p), c’est pour ça qu’il pleure ! (q) »

p (e1) a pour interprétation q (e2) :

(37)

peel

kyal

bak

pii

tbooŋ (p)

baan

nɨw

tʰaa

meek

cɨt

pliəŋ

haəy (q)

temps

vent

souffler

de

sud

baan

sens

dire

ciel

proche

pluie

part.

« Quand le vent souffle du sud (p), cela signifie qu’il va pleuvoir (q) »

3.1. Baan dans les CVS 

48Dans Paillard [2013c], nous proposons la définition suivante d’une CVS :

  • une CVS est une suite de V de la forme : V1 … (Vi) …Vn (en khmer une CVS peut comporter jusqu’à une dizaine de V) ;

  • cette suite de V construit un événement complexe, chaque V (à l’exception du dernier V, noté Vn) est un « sous-événement » dans le cadre de cet événement complexe ;

  • l’ordre d’introduction des V est pertinent (cf. ci-dessous) ;

    • 12 Cette définition d’une CVS en khmer se distingue de la définition généralement admise sur au moins (...)

    le Vn introduit une détermination spécifiant l’interprétation de l’événement complexe formé par la combinatoire V1 (V2 Vi). Le Vn n’est pas « extérieur » à l’événement complexe mais il remplit une fonction particulière12.

Pour rendre compte de cette combinatoire, une CVS doit être décrite sur deux plans :

  • Construction de l’événement complexe par avancées successives (les sous-événements). Lorsque nous parlons d’avancées successives, nous ne faisons pas référence à une lecture temporelle de l’événement (un événement complexe n’est pas réductible à une succession dans le temps de sous-événements) mais à une temporalité de la prédication, telle qu’elle se met en place avec la combinatoire des différents verbes (de leurs scénarios correspondant à leur identité sémantique). Chaque V est considéré du point de vue de son rapport aux autres verbes ;

  • La CVS en tant que produit de cette combinatoire : elle se présente sous la forme d’une relation prédicative avec ses différents arguments.

49Comme V1, mais aussi comme Vn dans une CVS, baan présente deux valeurs nettement distinctes, décrites par Enfield comme possibility d’une part, attainment d’autre part. Compte tenu de ces deux valeurs, l’une a priori d’ordre modal, la seconde d’ordre aspectuel, il peut être tentant de décrire une partie des emplois de baan (en fait la majorité) en termes de grammaticalisation (baan devenant alors soit un marqueur modal soit un marqueur aspectuel). Une telle approche est celle de Enfield pour le khmer mais aussi pour les équivalents de baan dans d’autres langues d’Asie du Sud-Est (lao, vietnamien, hmong, etc.). Jenny [2005] défend la même approche pour la langue mon. Du point de vue de la caractérisation de baan que nous proposons, ces deux valeurs correspondent à l’actualisation soit de e1 (possibility) soit de e2 (attainment).

50On notera que ces deux valeurs sont attestées tant avec baan comme V1 qu’avec baan comme Vn.

51Baan est en position de V1 :

– chemin validable e1 (possibility) :

(38)

baə

ʔaeɲ

baan

mɔɔk

kɲom

saʔbay

mɛɛn tɛɛn

si

2sg

baan

venir

1sg

heureux

vraiment

« Si tu es en mesure de venir, je serai vraiment content »

– chemin validé e2 (attainment) :

(39)

kɲom

baan

riepkaa

taam

prapeynii

kʰmae

1sg

baan

mariage

suivre

coutume

khmère

« (Bien qu’en France) j’ai réussi à me marier selon la coutume khmère »

52Comme le montre l’exemple (40), l’actualisation de e2 (chemin validé) ne désigne pas nécessairement un événement révolu (baan est V1) :

(40)

tɑŋpii

vie

baan

tɨv

ʔaamrik

vie

twəərə

mɛɛn tɛɛn

depuis

3sg

baan

aller

USA

3sg

être odieux

vraiment

a. « Depuis que son départ pour les États-Unis est acquis, il a une attitude vraiment odieuse »
b. « Depuis qu’il a réussi à aller aux États-Unis, il a une attitude vraiment odieuse »

53Baan est en position de V2 :

L’exemple (41) est compatible avec les deux interprétations :

(41)

sdap

ʔaɲ

baan

tee

écouter

1sg

baan

part

a. « As-tu compris ce que je t’ai dit ? » (e2 : attainment)
b. « Est-ce que tu peux m’écouter ? » (e1 : possibility)

L’exemple (42) présente deux occurrences de baan la première comme V1, la seconde comme V2 (dans les deux cas on a la valeur de chemin validé) :

(42)

kɲom

baan

rien

nɨv

salaa

nɨŋ

pontaə

tɨv

rien

ʔɑt

baan

tee

1sg

baan

étudier

être à

école

deict

mais

aller

étudier

neg

baan

part

« J’ai réussi à m’inscrire à cette école mais je n’ai pas pu aller y étudier »

54En position de V1, baan signifie qu’il existe un chemin qui conduit à un événement exprimé par le V2 (Vn) : il s’agit de décrire la distance à parcourir ; selon qu’elle est à parcourir ou parcourue, l’interprétation de l’événement varie, possibilité dans un cas, réussite de l’autre.

55En position de Vn, baan signifie que l’événement exprimé par le, ou les, V qui précèdent est identifié soit comme un chemin qui est à parcourir soit comme un chemin (déjà) parcouru. La notion de distance centrale dans le cas de baan en position de V1 n’est plus pertinente alors. Il y a stabilisation de l’événement soit en e1 soit en e2.

4. Le cas de daoy

  • 13 A cette liste, le Dictionnaire de l’Institut Bouddhique ajoute celui de « nom ».

56Associé au cognate mon-khmer t1uy (« to follow ») dans A Mon-khmer comparative dictionary [2006], daoy est défini dans le dictionnaire khmer-anglais de Headley comme a. predicate “attached to, to follow, to obey” as well as “to love intimately, sexually’”; b. preposition “by, with, along”; c. particle: indicator of an adverb: “in a … manner”; d. conjunction “because”13. Cette diversité des statuts syntaxiques attribué par Headley à daoy est en fait largement influencée par la traduction en anglais des différents types d’énoncés où daoy apparaît. De plus, une série d’emplois échappent à cette répartition catégorielle. On notera qu’en khmer préangkorien et angkorien [Jenner 2009a et b], daoy présente la plus grande partie de ses emplois actuels.

57Ci-dessous nous proposerons une caractérisation sémantique pour daoy qui permet de rendre compte de la diversité de ses emplois, chaque emploi correspond à des constructions différentes – ce qui revient à poser que daoy possède sa propre grammaire, définie à partir du schéma suivant :

X          daoy          Y

où X désigne une relation prédicative et Y est une séquence (de nature variable) dont le, ou les, constituants n’ont pas de statut dans la relation prédicative X. daoy signifie que la prise en compte de Y (re)définit l’interprétation de X.

  • 14 Pour une description systématique de daoy, cf. Paillard [2013a].

58En référence à cette hypothèse nous analyserons une série (limitée14) d’emplois de daoy.

(43)

koon

nih

daoy

dɑmboonmien

nah

enfant

ce

daoy

conseils

très

« Cet enfant est très obéissant »

59En (43), X se ramène au GN « cet enfant », et on pourrait être tenté de conférer à daoy le statut de verbe. L’existence à côté de (43) d’un énoncé proche avec le verbe taam (« suivre ») montre qu’il n’en est rien :

(43a)

koon

nih

taam

dɑmboonmien

nah

enfant

ce

taam

conseils

très

« Cet enfant suit les conseils (qu’on lui donne) »

60Le statut de V de taam est confirmé par le fait qu’il est compatible avec la négation, ce qui n’est pas possible avec daoy :

(43b)

koon

nih

mɨn

taam

dɑmboonmien

enfant

ce

nég

taam

conseils

« Cet enfant ne suit pas les conseils (qu’on lui donne) »

61L’exemple (44) est comparable à (43) à la différence près que Y présent dans le contexte gauche n’est pas repris après :

(44)

koat

mien

luy

craǝn

baan

cie

srǝy

daoy

3sg

avoir

argent

beaucoup

c’est

pourquoi

filles

daoy

« Il a beaucoup d’argent, c’est pourquoi les filles sont folles de lui/lui courent après »

62Dans les exemples (45) et (46), la présence de daoy Y redéfinit l’interprétation de X : dans (45), il introduit un terme (« je ») qui se voit insulter alors qu’a priori il n’est pas concerné par la querelle ; dans (46) Y signifie que l’événement X varie selon les endroits.

  • 15 Le pronom vie peut désigner aussi bien la 3ème (1ère occurrence) que la 2ème personne (2ème occurre (...)

(45)

nɨv

sok

sok

tɨv

rɔɔk

rɨəŋ

vie

ʔaoy

rester

heureux

heureux

aller

chercher

histoire

3sg

donner

vie15

cee

daoy

teaŋ

ʔaɲ

2sg

insulter

daoy

tout

1sg

« Tout allait bien mais tu lui as cherché des histoires. Et elle t’a insulté et moi aussi du même coup (alors que je n’y étais pour rien) »

(46)

tŋay

nih

mien

plieŋ

tleak

daoy

kɑnlaeŋ

jour

ce

avoir

pluie

tomber

daoy

endroit

« Aujourd’hui il pleut à certains endroits »

63La deuxième série d’exemples correspond aux cas où, selon Headley, daoy sert à former des adverbes de manière.

(47)

koat

tvəə

rɨəŋ

nih

daoy

ceɛtaʔnaa

3sg

faire

histoire

ce

daoy

intention

« Il a fait ça de façon délibérée »

(48)

kɲom

cɑŋ

niʔyiey

daoy

laek

1sg

désire

parler

daoy

privé

« Je voudrais en parler en privé »

64Pour cerner le statut de la détermination introduite par daoy, il est intéressant de comparer les exemples avec daoy et ceux où la séquence adverbiale est introduite par yaaŋ « manière » :

(49a)

koat

baan

bat

muk

pii

səlləpaʔ

daoy

ʔaatkɑmbaŋ

3sg

obtenir

disparaître

face

de

art

daoy

mystère

« La raison pour laquelle il a disparu du monde de l’art est un mystère »

(49b)

koat

baan

bat

muk

pii

səlləpaʔ

yaaŋ

ʔaatkɑmbaŋ

3sg

obtenir

disparaître

face

de

art

yaaŋ

mystère

« Il a disparu de façon mystérieuse du monde de l’art »

(50a)

koat

niʔyiey

daoy

sruəl

3sg

parler

daoy

facile

« Il parle de manière non conflictuelle/de façon à éviter les conflits »

(50b)

koat

niʔyiey

yaaŋ

sruəl

3sg

parler

yaaŋ

facile

« Il parle avec (beaucoup de) facilité »

  • 16 A noter que dans les exemples (47)-(48), yaaŋ est bloqué. On trouve également de nombreux cas où se (...)

65Les séquences avec yaaŋ peuvent effectivement être caractérisées comme des locutions adverbiales spécifiant le mode de réalisation du procès correspondant à X. En revanche, les séquences avec daoy se présentent comme une détermination externe, sans statut dans X. Cela est confirmé par le fait qu’avec yaaŋ il est possible d’avoir la négation, qui est bloquée avec daoy (on retrouve ici la contrainte évoquée ci-dessus dans le cadre de la comparaison daoy/taam, cf. ex. (43a-c))16.

66Dans la dernière série d’exemples, X et Y sont des propositions, ce qui correspond aux emplois où, selon Headley, daoy est une conjonction. Nous distinguerons deux grands cas.

  • 17 Sur kaa, cf. Hayman [2011] et Thach [2013 : 326 – 341].

67Dans les données relevant du premier cas, daoy est associé à la particule kɑɑ et est postposé à la séquence correspondant à Y. La particule kɑɑ signifie que la valeur du prédicat n’est pas celle attendue/souhaitée17 :

  • 18 Le second kɑɑ signifie que « acheter l’objet » n’est pas a priori la bonne valeur (compte tenu du p (...)

(52)

tvəy tbət

tae

koat

baan

dəŋ

thaa

rɨəŋ

nih

nɨŋ

tɨv

cie

bien que

restrict

3sg

obtenir

savoir

dire

histoire

ce

part

aller

être

doocneh

kɑɑ daoy

tae

koat

kmien

cumrəəh

pseɛŋ

tee

ainsi

kɑɑ daoy

restrict

3sg

ne pas avoir

choix

autre

part

« Bien qu’il sache que cela ne peut pas se faire de cette façon, il n’a pas le choix »

(53)

tlay

ponman

kɑɑ1 daoy

kɑɑ2

kɲom

təəɲ

vie

cher

combien

kɑɑ daoy

kɑɑ

1sɡ

acheter

3sg

« Même si c’est (très) cher, je vais quand même18 l’acheter »

(54)

koat

tvəə

ʔakrɑk

yaaŋ

naa

kɑɑ1 daoy

kɑɑ2

kɲom

nɨv

tae

3sg

faire

mal

façon

indef.

kɑɑ daoy

part.

1sg

rester

rest.

srɑlɑɲ

koat

dae]

aimer

3sg

aussi

« Quelles que soient les mauvaises actions qu’il commet, je l’aime toujours »

68Les trois exemples ci-dessus ont une valeur concessive (Y n’est pas l’obstacle qu’il aurait pu être pour ce qui est de la validation de X). Dans (52), on a la présence du marqueur « bien que ». On peut expliciter le mécanisme en jeu dans (53) (que l’on retrouve dans (54)) : le prix élevé de l’objet n’est pas une bonne chose (kɑɑ1), mais il est pris comme repère pour ce qui est de la décision de l’acheter, décision qui, compte tenu du prix, n’aurait pas dû se faire (kɑɑ2).

69Dans la seconde série d’exemples, daoy Y définit les conditions dans lesquelles l’événement X a lieu :

  • 19 Avec daoy Y en tête, la présence de kɑɑ dans X est requise.

(55)

kɲom

saphay (treek haa / khəŋ / piʔbaak cət)

nah

daoy

bɑŋ

mɔɔk

1sg

heureux (content /furieux / malheureux)

très

daoy

frère aîné

venir

leeŋ

pteah

kɲom

jouer

maison

1sg

« Je suis très heureux (content/furieux/malheureux) que vous veniez me rendre visite »

(56)

vie

mɨn

prɔɔm

tɨv

saalaa

daoy

yɔɔk

leeh

thaa

kdav

kluən

3sg

nég

accepter aller

école

daoy

prendre

prétexte dire

chaud

corps

3sg

nég

« Il ne veut pas aller à l’école prétextant qu’il a de la fièvre »

(57)

vie

mɨn

baan

tɨv

bɑh cnaot

daoy

haet

thaa

plieŋ

klang

nah

3sg

nég

obtenir

aller

voter

daoy

raison

dire

pleuvoi

fort

très

« Il n’a pas pu aller voter parce qu’il pleuvait très fort » [Khin 2002 : 554]

(58)

daoy

kluǝn

cah

peek

koat

kɑɑ

sɑmrac cǝt

mɨn

bɑntɑɑ

daoy

corps

vieux

trop

3sg

kɑɑ

décider

nég.

continuer

kaaŋie

rɔbɑh

koat19

travail

de

3sg

« Comme il est trop vieux, il a décidé d’arrêter de travailler »

70Synthèse : cette présentation des principales valeurs de daoy montre que ce marqueur échappe à toute catégorisation, alors même qu’il occupe une place importante dans la grammaire du khmer. Il est intéressant de noter que les principales grammaires du khmer (Khin [2002], Hayman [2011]), construites en référence aux grammaires des langues indo-européennes, ne mentionnent daoy que de façon ponctuelle.

Conclusion

71Dans le prolongement de cette présentation de quatre unités du khmer, nous voudrions insister sur deux points :

  • 20 Sur l’invariance, cf. également De Vogüé [2006].

72La problématique de l’invariance en tant que fondant l’identité sémantique d’une unité permet de décrire les différentes valeurs de cette unité sans prendre en compte la distinction entre emplois dits lexicaux et emplois dits grammaticaux. Elle évite le recours (abusif concernant une langue comme le khmer) aux notions de grammaticalisation. L’identité d’une unité est indissociable de sa variation ou, pour reprendre une formule de Sarah De Vogüé [2013]20 :

Dans la théorie de l’invariance, il n’y a pas de valeur première qui ensuite varie. C’est la variation qui est première : l’identité est variation.

  • 21 A titre d’exemple, on peut citer la manière dont la distinction Imperfectif/Perfectif théorisée par (...)
  • 22 Sur la notion de catégorie, cf. également Paillard [2013a].

73Concernant les catégories grammaticales, leur association à l’obligatoire qui suppose une distinction stricte entre unités lexicales et unités grammaticales n’est pas fondée, sauf à conférer aux catégories d’une langue le statut de catégories « modèles »21. Nous nous référons ici à la définition d’une catégorie proposée par A. Culioli [1999 : 164] qui articule invariance et variation22 :

  • 23 Culioli distingue trois niveaux de représentation : le niveau 1 est celui des opérations mentales ( (...)

Une catégorie est le produit d’une mise en correspondance de représentations de niveau I23, d’un côté, et de marqueurs de niveau II, de l’autre (ces marqueurs sont disposés en réseau, propres à une langue donnée : on aura donc un jeu spécifique de marqueurs auxquels on associe un réseau de valeurs). On obtient ainsi une double relation, non symétrique entre des notions (que pour aller vite, nous appellerons grammaticales) et des marqueurs. Les notions ont des propriétés formelles invariantes et elles permettent donc par sélection et combinaison des regroupements de propriétés ; ces regroupements sont variables et fournissent une multiplicité de chemins possibles entre le niveau I et le niveau II […]. On voit clairement que le chemin de I à II associe l’invariance et la variation. […] Une catégorie est toujours une catégorisation.

74Dans cette perspective une distinction stricte entre lexique et grammaire ne saurait être maintenue. Selon les marqueurs en jeu, chaque langue compte tenu des formes en jeu peut être considérée comme constituant une réalisation particulière de telle ou telle catégorie. Prendre en compte la très grande diversité des réalisations possibles contribue en retour à un enrichissement de la réflexion sur le statut des catégories. D’où un double mouvement : des catégories vers les formes/les marqueurs, d’une part, des formes/marqueurs dans une langue donnée vers les catégories, d’autre part. Et comme l’écrit encore Culioli [ibidem : 163] :

75Le concept de marqueur, tel qu’il a été défini plus haut, exclut toute séparation radicale entre lexique et grammaire. Il n’existe pas de catégorie grammaticale sans composante lexicale, de même qu’il n’existe pas de lexique qui ne comporte pas de propriétés formelles d’ordre grammatical. Bref, toute grammaire est grammaire lexicale.

Top of page

Bibliography

Bisang Walter, 2011, Grammaticalization and the areal factor in East and mainland Southeast Asian languages”:
http://www.linguistik.unimainz.de/bisang/publications/

Comrie Bernard, 1976, Aspect, Cambridge: Cambridge Textbooks.

Culioli Antoine, 1999, « Les modalités d’expression de la temporalité sont-elles révélatrices de spécificités culturelles ? », Interfaces 5, repris dans Pour une linguistique de l’énonciation T. II, Paris : Ophrys, 159-178.

De Voguë Sarah, 1995, « L’effet aoristique », in Bouscaren Janine, Franckel Jean-Jacques & Robert Stéphane (éds), Langues et langage, Paris : PUF, 247-261.

De Voguë Sarah, 2006, « L’invariance culiolienne », in : Ducard Dominique & Normand Claudine (éds), Antoine Culioli. Un homme dans le langage, Paris : Ophrys, 302-332.

De Voguë Sarah, 2013, « Invariance contre grammaticalisation : à propos des variations dans le champ de la condition », Langages n° 190, Paris : Armand Colin, 91-99.

Dictionnaire Cambodgien – Français, 2007, Tomes I et II, Phnom Penh.

Enfield Nick, 2003, Linguistic Epidemiology, London: Routledge.

Enfield Nick, 2004, “Areal grammaticalization of postverbal ‘acquire’ in Mainland and Southeast Asia”, in Papers from the Eleventh Annual Meeting of SEALS, Tempe: Arizona State University, 275-296.

Hayman John, 2011, Cambodian Khmer, Amsterdam/Philadelphie, “London Oriental and African Language Library” 16: John Benjamins Publishing Company.

Headley Robert, 1977, Cambodian English Dictionary, Washington D.C.: The Catholic University of America Press.

Heine Bernd & Kuteva Tatiana, 2002, World Lexicon of Grammaticalization, Cambridge: Cambridge University Press.

Jakobson Roman, 1967, Essais de linguistique générale, Paris, Editions de Minuit.

Jenner Philip, 2009a, A Dictionary of pre-Angkorian Khmer (edited by Doug Cooper), Canberra, “Pacific Linguistics”, PL 597: ANU.

Jenner Philip, 2009b, A Dictionary of Angkorian Khmer (edited by Doug Cooper), Canberra, “Pacific Linguistics” PL 598: ANU.

Jenny Mathias, 2005, The Verb System of Mon, Universität Zürich: Arbeiten des Seminars für Allgemeine Schprachwissenschaft N° 19.

Khin Sok, 2002, La grammaire du khmer moderne, Paris : Editions You-Feng.

Paillard Denis & Thach Deth, 2009, « A propos de trəv en khmer contemporain », Cahiers de linguistique d’Asie orientale, n° 38/1, Paris : EHESS, 71-124.

Paillard Denis, 2011, “About ʔaoy “give” in contemporary Khmer”, Mon Khmer Studies Journal, Special issue n° 2, Austroasiatic studies, Papers from ICAAL4, 124-138.

Paillard Denis, 2013a, « Les marqueurs discursifs comme catégorie », in Dufaye, Lionel & Gournay, Lucie (éds), Benveniste après un demi-siècle. Regards sur l’énonciation aujourd’hui, Paris : Ophrys, 154-181.

Paillard Denis, 2013b, “About polyfunctionality in Khmer : the case of daoy”, Communication présentée à SEALS 23, Bangkok, 28-30 mai 2013.

Paillard Denis, 2013c, « Les constructions verbales en série en khmer contemporain », Faits de Langues 41, Berne : Peter Lang, 11-40.

Thach Deth, 2009, « trəv et la diathèse passive en khmer », Faits de langues. Les Cahiers 2, Paris/Gap : Ophrys, 128-175.

Top of page

Appendix

Abréviations

1sg

1ère personne singulier

3sg

3ème personne singulier

class

classificateur

deict

déictique

indef

indéfini

neg

négation

part

particule

restric

marqueur de restriction

Top of page

Notes

1 Le terme de variation recouvre en fait les phénomènes souvent traités en termes de polysémie mais aussi de polycatégorialité. Le choix d’un terme unique vise à ne pas poser au départ la distinction entre le lexical et le grammatical.

2 Pour ʔaoy, trəv et baan nous donnons la traduction donnée par les dictionnaires khmer/français, mais cela ne présume en rien de leur identité sémantique comme on le verra ci-dessous.

3 Nous reprenons ici la terminologie utilisée par Enfield [2003].

4 Chacune de ces unités ont fait l’objet d’une ou plusieurs descriptions détaillées figurant dans la bibliographie. Ici nous ne retenons qu’une partie des données étudiées.

5 r1 et r2 désignent le prédicat, a1, a2, b1, b2 les arguments du prédicat. Les autres constituants de E1 et E2 seront notés XYZ : ils n’interviennent pas directement dans la caractérisation des différents emplois.

6 La présence de ʔaoy dans cette notation met en avant son statut de métaprédicat.

7 On retrouve dans d’autres langues d’Asie du Sud-Est le même verbe avec un ensemble comparable de valeurs. Pour le Mon, cf. Jenny [2003: 231]: « In modern Mon tɛh has a number of translations, including “hit” (a mark, a target), “touch”, “be correct”, be cheap” as a full verb, “have to”, “must”, “undergo”, PASSIVE (ADVERSATIVE) as preverbal auxiliary, and “correctly”, “able”, “inadvertently”, “unintentionally” as postverbal auxiliary. » Dans cette citation on notera le recours systématique à la traduction pour distinguer les différents emplois.

8 Par pondération variable, il faut entendre le fait que les deux éléments n’ont pas la même saillance : dans le cas du besoin et de la prédiction un seul des éléments a une réelle visibilité.

9 A propos de baan, nous reviendrons sur la notion de CVS.

10 La présence de come dans la caractérisation de Enfield souligne le fait que to have (e2) résulte d’un parcours préalable : cet « en-deçà de e2 » que nous notons e1 est essentiel pour comprendre le fonctionnement de baan.

11 Nous ne discuterons pas en détail de cet emploi de baan qui devra faire l’objet d’une étude spécifique. A noter toutefois l’alternance baan (ex. (37))/ baan ciecie est la copule (ex. (44) dans la partie consacrée à daoy).

12 Cette définition d’une CVS en khmer se distingue de la définition généralement admise sur au moins deux points : a. tout V dans une CVS doit être considéré comme un V (ni grammaticalisation ni lexicalisation) ; b. le dernier V d’une CVS a un statut spécifique. Dans Paillard [2013c], on trouve une explicitation de ces différences.

13 A cette liste, le Dictionnaire de l’Institut Bouddhique ajoute celui de « nom ».

14 Pour une description systématique de daoy, cf. Paillard [2013a].

15 Le pronom vie peut désigner aussi bien la 3ème (1ère occurrence) que la 2ème personne (2ème occurrence).

16 A noter que dans les exemples (47)-(48), yaaŋ est bloqué. On trouve également de nombreux cas où seul yaaŋ est possible, cf. Paillard [2013b].

17 Sur kaa, cf. Hayman [2011] et Thach [2013 : 326 – 341].

18 Le second kɑɑ signifie que « acheter l’objet » n’est pas a priori la bonne valeur (compte tenu du prix). Le mécanisme est le même dans (54).

19 Avec daoy Y en tête, la présence de kɑɑ dans X est requise.

20 Sur l’invariance, cf. également De Vogüé [2006].

21 A titre d’exemple, on peut citer la manière dont la distinction Imperfectif/Perfectif théorisée par B. Comrie dans son ouvrage Aspect [1976] est réinvestie dans les grammaires des langues d’Asie du Sud-Est (et au-delà !), au détriment des constructions propres à ces langues (sur ce point, cf. Paillard [2013c]).

22 Sur la notion de catégorie, cf. également Paillard [2013a].

23 Culioli distingue trois niveaux de représentation : le niveau 1 est celui des opérations mentales (cognition et affect), en tant que telles inaccessibles, le niveau 2 est celui des formes, le niveau 3 celui des représentations métalinguistiques associées. Le niveau 2 (celui des formes) occupe une position charnière. D’un côté, il est en relation avec le niveau 1 : les formes linguistiques sont les traces de l’activité de représentation du niveau 1 ; de l’autre, elles sont en relation avec le niveau 3, celui des représentations métalinguistiques : elles ont alors le statut de marqueurs. Les formes de la langue ont donc un double statut :
Cognition – affect traces FORMES marqueurs représentations
niveau 1 niveau 2 niveau

Top of page

List of illustrations

URL http://lexis.revues.org/docannexe/image/931/img-1.png
File image/png, 1.0k
Top of page

References

Electronic reference

Denis Paillard, « Lexique/grammaire. Le cas du khmer », Lexis [Online], 9 | 2015, Online since 13 May 2015, connection on 25 March 2017. URL : http://lexis.revues.org/931 ; DOI : 10.4000/lexis.931

Top of page

About the author

Denis Paillard

Université Paris Diderot. Laboratoire de linguistique formelle – UMR 7110
denis.paillard@linguist.univ-paris-diderot.fr

Top of page
  • Logo Centre d’études linguistiques
  • Logo Université Jean Moulin – Lyon 3
  • Revues.org