Skip to navigation – Site map
Papers

Le degré de grammaticalisation de HAVE : application d’une méthodologie développée par Joan Bybee et William Pagliuca

Lucile Bordet

Abstracts

In this paper, I study the syntactic, morphological, semantic and phonological realizations of HAVE. After a brief reminder of the main principles at work in a grammaticalization process, and having examined the various functional realizations of HAVE, I try to determine its degree of grammaticalization depending on its various uses. The study is based on the analysis of a written corpus and its oral equivalent. In order to establish the various stages of grammaticalization, I borrow the methodology from J. Bybee, W. Pagliuca and R. D. Perkins [1991]. My goal is to show to what extent phonological realizations reveal a higher or lesser degree of grammaticalization and how phonology influences the process.

Top of page

Full text

J’adresse tous mes remerciements à Denis Jamet et Manuel Jobert pour leurs précieuses relectures.

Introduction

  • 1 Les œuvres choisies pour le corpus sont les suivantes : Shakespeare, William, Richard II, 1597 ; De (...)

1Les recherches que je mène pour ma thèse démontrent que l’évolution des multiples emplois de HAVE en anglais relève de la grammaticalisation. Après une analyse syntaxique, morphologique, sémantique et phonologique d’un corpus de 5448 occurrences tirées de quatre ouvrages sélectionnés dans une perspective diachronique1, il apparaît que certaines formes de HAVE ont atteint différents stades de grammaticalisation. Mais les études que j’ai réalisées ne permettent pas de déterminer les étapes successives de l’évolution de HAVE avec suffisamment de rigueur. Cette communication aura donc pour but de tenter de définir avec plus de précision le degré de grammaticalisation de HAVE selon ses emplois.

2Dans un article intitulé « Back to the future », Joan Bybee, William Pagliuca et Revere D. Perkins [1991 : 17-58] proposent une série de tests qu’ils appliquent à WILL ainsi qu’au morphème grammatical –ED pour en déterminer le degré de grammaticalisation. J’utiliserai donc des tests semblables qui permettront de confirmer ou d’infirmer mes hypothèses.

3Lexicologie et phonologie sont étroitement liées et contribuent au phénomène de grammaticalisation. La métaphorisation relève traditionnellement de la lexicologie et semble jouer un rôle important dans le processus de grammaticalisation. Elle étend l’usage d’un terme concret à des domaines plus abstraits par des transformations sémantiques et provoque ainsi une augmentation de la fréquence d’utilisation de ce terme. De cette haute fréquence d’utilisation découlent les érosions phonologiques nécessaires pour que les lexèmes continuent leur cheminement vers des emplois en tant que morphèmes grammaticaux, qui ne sont généralement pas accentués et souvent réduits phonologiquement.

4Il conviendra de rappeler la définition de la grammaticalisation, ses origines et ce qu’elle implique. Il faudra ensuite déterminer quelles occurrences de HAVE retenir pour l’analyse critériée, puis commenter la méthode à adopter avant de passer à l’analyse de corpus.

1. Le processus de grammaticalisation : quelques rappels

1.1. Définition

5Les études ayant trait à la grammaticalisation sont multiples, tout comme les définitions du phénomène, aussi est-il nécessaire de définir quelle acception retenir.

6C’est Meillet [1912 :131] qui invente le terme de grammaticalisation et le définit comme « l’attribution du caractère grammatical à un mot jadis autonome ». Cette définition semble insuffisante. De nombreux linguistes, tels que Benveniste [1968], Lyons [1977] ou Eckardt [2007], ont proposé leur propre définition, mais elles ne semblent pas satisfaisantes, car toujours incomplètes. Deux visions s’opposent généralement. La première envisage la grammaticalisation comme un phénomène conduisant un morphème lexical au statut de morphème grammatical. Cette définition semble réductrice car seul un processus de grammaticalisation arrivé à son terme est pris en compte. Hopper & Traugott [2004] et Kurylowicz, entre autres, partagent une conception différente de la grammaticalisation :

  • 2 Cité dans Jamet Denis, « La grammaticalisation dans quelques structures « modalisantes » : happen t (...)

Grammaticalization consists in the increase of the range of a morpheme advancing from a lexical to a grammatical or from a less grammatical to a more grammatical status, e.g. from a derivative formant to an inflectional one. [Kurylowicz 1965 : 69]2

7C’est cette acception que je retiendrai. J’envisagerai donc la grammaticalisation comme le processus selon lequel un lexème ou un morphème aux fonctions déjà grammaticales revêt certaines ou toutes les caractéristiques d’un morphème grammatical, d’une forme clitique ou d’une flexion. Ces formes évoluent le long d’un continuum dont le point de départ est marqué [+ lexical] et le point d’arrivée [+ grammatical]. Il faudra garder à l’esprit la dimension diachronique de l’évolution de HAVE le long d’un continuum, même si l’analyse proposée ici sera synchronique.

1.2. Les mécanismes : causes, conséquences et processus caractéristiques de la grammaticalisation

1.2.1. Les causes et caractéristiques

  • 3 A la réanalyse s’ajoute ici un processus de métaphorisation.

8La grammaticalisation est un phénomène complexe pour lequel il faut prendre en compte de nombreux facteurs. Si ces facteurs peuvent parfois conduire une forme marquée [+ lexicale] à endosser des fonctions [+ grammaticales], cela n’est pas systématique. Il faut donc distinguer les facteurs favorables des facteurs déclencheurs. Pour Hopper et Traugott [2003 : 57] « only reanalysis can create new grammatical structures ». On définit la réanalyse comme une modification des structures sous-jacentes, qu’elles soient syntaxiques, morphologiques ou sémantiques, sans qu’il y ait transformation immédiate de la structure de surface. Selon Meillet [1912], la réanalyse provient d’un besoin de renouvellement de la langue. La haute fréquence d’utilisation d’un élément entraîne sa banalisation. Meillet suggère qu’un besoin de renouvellement se fait sentir et provoque une réanalyse des bornes morphémiques ou syntagmatiques d’une structure déjà existante. On pense alors à la réanalyse de be going to à valeur initiale purement spatiale en expression du futur3. Après une perte de sémantisme, des morphèmes grammaticaux pourront être remplacés par des structures périphrastiques susceptibles de se généraliser et de subir une grammaticalisation à leur tour.

9A l’inverse de la réanalyse, les autres facteurs qui participent au phénomène ne font que faciliter le déclenchement ou l’évolution d’une grammaticalisation mais ne le provoquent pas. Les principaux sont l’analogie et la métaphorisation. L’analogie s’appuie sur une forme déjà existante et permet la généralisation d’une règle. La métaphorisation est à l’origine des premières étapes de la grammaticalisation. Elle favorise la désémantisation ou  semantic bleaching et l’augmentation de la fréquence d’utilisation, conséquence directe des modifications sémantiques selon Bybee et Pagliuca [1985 : 75] :

Rather than subscribe to the idea that grammatical evolution is driven by communicative necessity, we suggest that human language users have a natural propensity for making metaphorical extensions that lead to the increased use of certain items.

  • 4 On lit parfois que la métaphorisation implique une perte sémantique, mais on parlera plutôt de tran (...)
  • 5 Il s’agit du double phénomène de « hiding and highlighting » en anglais qui consiste à laisser de c (...)

10On parle de transformations sémantiques4 car la métaphorisation induit généralement le remplacement de sèmes renvoyant à des entités concrètes par des sèmes renvoyant à des entités abstraites 5 :

Although definitions of metaphor vary, most have certain concepts in common, especially understanding and experiencing one kind of thing in terms of another, and directionality of transfer from a basic, usually concrete, meaning to one more abstract. [Hopper et Traugott 1993 : 77] 

11L’unidirectionnalité est une caractéristique importante car les structures grammaticalisées semblent toujours évoluer du point [+ lexical] du continuum au point [+ grammatical]. La dégrammaticalisation semble alors impossible puisque les structures tendent à se généraliser dans leurs emplois plutôt qu’à se particulariser. Les cas avancés par certains linguistes comme Ramat [1992] ou Harris et Campbell [1995] pour démontrer le contraire sont trop isolés pour être convaincants. On pense au bloc lexicalisé the haves and the have nots, souvent invoqué pour justifier une dégrammaticalisation. Il s’agit en réalité d’une conversion verticale partielle nomino-déverbale à laquelle s’ajoute un processus de métonymie.

1.2.2. Les conséquences

12Les structures qui se grammaticalisent subissent des modifications qu’on qualifie de « pertes ». En effet, elles sont plus contraintes dans leurs emplois sur les plans sémantique, morphologique, phonologique et syntaxique. Ces « pertes » les rapprochent progressivement du pôle [+ grammatical] du continuum. Les premières modifications interviennent sur le plan sémantique sous la forme d’un remplacement de sèmes renvoyant à des entités concrètes par des sèmes renvoyant à des entités abstraites. Ainsi le sens concret de déplacement physique de be going to a laissé la place au sens plus abstrait de renvoi à l’avenir. Plutôt qu’une conséquence, ces transformations sémantiques seraient simultanées au déclenchement de la grammaticalisation, voire un pré-requis comme le suggère Haspelmath :

But what about the semantic bleaching or generalization that is so often observed in the development from a lexical to a functional category? This does not seem to be a consequence of routinization, unlike the phonological and syntactic changes of grammaticalized items, but a prerequisite for it. […] Thus, in my model it is not so much that semantic bleaching and phonological reduction go hand in hand, but semantic generalization is in a sense the cause of the other processes of grammaticalization. [Haspelmath 1999 : 13] 

  • 6 Il s’agit d’une transcription marginale du registre familier de la chaîne parlée qui tend à réduire (...)
  • 7 Le corpus écrit sur lequel j’ai travaillé ne comprend pas d’exemples.

13Au cours de sa progression vers le pôle [+ grammatical], la structure concernée subit d’abord une perte d’autonomie syntaxique et donc une augmentation des contraintes d’emploi. C’est le cas de HAVE lorsqu’il a développé des propriétés d’auxiliaire qui implique un positionnement entre le sujet et le verbe lexical (This letter has become difficult to write (Coupland)). Si l’évolution se poursuit, elle donne lieu à une perte de substance phonique. On préfère alors l’utilisation d’une forme réduite à l’oral (/həz/, /əz/, /z/) pour l’auxiliaire. L’érosion phonologique qu’engendre la haute fréquence d’utilisation permet à la grammaticalisation de se poursuivre et donne lieu à un « compactage » morphologique selon les termes de Langacker [1977 : 106]. On peut ainsi utiliser l’auxiliaire en forme clitique (I’ve not been too specific about my life and my particulars (Coupland)), voire dans certains registres comme flexion6, forme encore plus grammaticale car liée (woulda, shoulda7, etc.). Si l’oral facilite l’apparition des formes réduites, il serait simpliste de considérer la rapidité du débit de parole comme seul facteur de réduction. Il faut également préciser que les réalisations de HAVE évoluent le long d’un continuum : forme pleine (/hæv/) → forme semi réduite (/həv/)→ forme réduite (/əv/) → forme maxi réduite (/v/). Cela explique les difficultés qu’on rencontre parfois pour classer certaines réalisations dans l’une ou l’autre des catégories car elles se situent parfois à des stades intermédiaires.

2. Les différents emplois de HAVE : quelques exemples

14S’il peut exister un invariant sémantique pour HAVE (localisation, différenciation), cela ne semble pas être en contradiction avec l’existence de différentes réalisations fonctionnelles. On peut classer les différents emplois de HAVE dans trois catégories non étanches que l’on pourra affiner : le verbe lexical, l’auxiliaire et l’agrégat d’opérateurs have to.

  • 8 Le sens premier qu’établissent les études diachroniques correspond bien au sens concret de possessi (...)

15Les études diachroniques établissent la valeur de possession8 du verbe lexical comme le sens premier à partir duquel se sont grammaticalisées les autres formes :

1)

Then I loaded another gun with two bullets; and the third (for we had three pieces) I loaded with five smaller bullets. (Defoe)

16Have lexical de possession proviendrait de la racine indoeuropéenne *kap qui signifierait « saisir » et aurait une valeur perfective, d’où le sémantisme actuel de possession qui découle d’un acte de préhension.

17Le développement de have auxiliaire proviendrait de la réanalyse d’une structure stative de rethématisation du type I have him bound en structure dynamique I have bound him. [Trask 1996 : 138]

  • 9 Le corpus compte 2 occurrences de have to à valeur d’obligation pour Shakespeare, 10 pour Defoe, 16 (...)

18La structure périphrastique have to résulte de la combinaison du verbe lexical et de l’opérateur to et s’avère être relativement récente9. Il faut tenir compte des invariants sémantiques de chaque opérateur, à savoir la localisation pour have et la dévirtualisation pour to. Ainsi, en (2), have localise les propriétés contenues dans le prédicat par rapport au sujet. Have étant un opérateur de différenciation, la mise en relation du sujet et du prédicat ne va pas de soi, d’où l’effet de sens d’obligation qui en découle :

(2)

We might have to send him to a private school, which we can’t afford. (Coupland)

19Have to proviendrait aussi de la réanalyse d’une structure stative de rethématisation du type HAVE + GN + TO + V (We had one dangerous place to pass and our guide told us if there were more wolves in the country we should find them there. (Defoe)) en structure HAVE + TO + V + GN.

20On décrit traditionnellement l’évolution d’une forme en cours de grammaticalisation comme suit :

21Si l’on positionne les différents HAVE sur le même continuum, on obtient ceci :

* Les propriétés syntaxiques de have to dictent son positionnement plus proche de have lexical que de have auxiliaire sur le continuum. Sur le plan syntaxique, il se comporte plus comme le verbe lexical puisqu’il appelle l’émergence de l’auxiliaire DO aux formes négatives et interrogatives.

22Cette vision des choses n’est pas exacte car ce continuum suggère que have auxiliaire découle de la grammaticalisation de have to. Or, j’ai montré que l’apparition de la structure périphrastique était très récente. Plutôt qu’un cas de grammaticalisation, il faudrait alors envisager une polygrammaticalisation :

23La « divergence » est au cœur de la polygrammaticalisation. Une structure qui évolue le long d’un continuum est amenée à se diviser. L’une des variantes peut soit tomber en désuétude, soit conserver ses propriétés d’origine, alors que l’autre poursuit son évolution vers une forme plus grammaticale. Ainsi, deux emplois de HAVE qui découlent d’une même forme peuvent coexister.

24Le schéma permet de postuler que l’auxiliaire est le plus grammaticalisé de tous les emplois de HAVE. Have to serait moins grammaticalisé que l’auxiliaire, mais plus que have de rethématisation. Have de rethématisation serait moins grammaticalisé que have to et l’auxiliaire mais aurait plus de propriétés fonctionnelles que have lexical de possession.

3. Quel degré de grammaticalisation pour HAVE selon ses emplois ?

3.1. La méthode

25Dans le Longman Pronunciation Dictionary, Wells [2008 : 369] détaille les différentes réalisations de HAVE selon qu’il est verbe lexical ou auxiliaire. On les résume ainsi :

Have lexical

Réalisations en forme pleine

Have auxiliaire

Réalisations en forme réduite

Have

hæv

Have

həv, əv, v

Has

hæz

Has

həz, əz, z, s

Had

hæd

Had

həd, əd, d

Hath

hæθ

Hath

həθ, əθ

Hast

hæst

Hast

həst, əst, st

Hadst

hædst

Hadst

hədst, ədst

26On attendra donc la forme pleine pour le verbe lexical et la forme réduite pour l’auxiliaire. Ces éléments théoriques serviront de modèle auquel comparer les occurrences analysées.

27Pour établir le degré de grammaticalisation d’un morphème, Bybee et Pagliuca (1991) proposent de quantifier sa fusion, sa dépendance et sa longueur. Sur 5448 occurrences, 50 par ouvrage ont été retenues, soit 200 occurrences. La sélection est proportionnelle à la répartition de have lexical, have auxiliaire et have to dans chaque œuvre. J’ai tenu compte des irrégularités afin d’obtenir un échantillon représentatif du corpus total.

28J’ai d’abord appliqué les tests à HAVE selon les éléments théoriques connus à ce jour pour obtenir un étalon. Les mêmes critères ont ensuite été appliqués aux occurrences du corpus écrit puis au corpus audio. On sait que la langue évolue d’abord à l’oral, et que l’écrit fixe les modifications après qu’elles sont rentrées dans l’usage. Comparer ainsi corpus écrit et corpus oral au modèle de référence permettra peut-être de mettre au jour des degrés de grammaticalisation différents selon qu’on emploie have à l’écrit ou à l’oral. Pour des raisons de cohérence, j’ai tenu compte des réalisations théoriques de HAVE dans le corpus écrit et de la dimension écrite dans le corpus oral. En effet, il est nécessaire d’appliquer rigoureusement les mêmes critères aux occurrences écrites et orales, sans quoi les résultats seraient faussés.

3.2. La fusion

29Plus la fusion d’un morphème grammatical à un hôte est forte, plus le morphème est grammaticalisé. On propose les critères et le barème suivants :

Critères

Barème

HAVE est lié à l’élément qui le suit ou le précède à l’écrit.

Non = 0, clitique = 1, flexion = 2

On peut insérer un élément tel qu’un adverbe entre HAVE et le verbe principal.

Oui = 0, Non = 1

HAVE subit des modifications selon sa catégorie fonctionnelle.

Aucune = 0, Accentuation = 1, Voyelle ou consonne = 2

3.3. La dépendance

30Plus l’emploi de HAVE est conditionné par les éléments qui l’entourent, plus il est grammaticalisé.

  • 10 Bybee et Pagliuca proposent comme critère de dépendance le nombre d’allomorphes. N’étant en présenc (...)
  • 11 Les valeurs 0,5 et 1 correspondant à une majorité de formes pleines ou de formes réduites ne s’appl (...)

Critères10

Barème

Réduction phonologique selon la catégorie fonctionnelle de HAVE.

Forme pleine = 0

Majorité de formes pleines = 0,5

Majorité de formes réduites11= 1

Forme faible = 2

La catégorie fonctionnelle de HAVE conditionne son emploi avec un autre élément (verbe principal par exemple si have est auxiliaire).

Non = 0

Oui = 1

3.4. La longueur

31Plus HAVE est court morphologiquement et phonologiquement, plus il est grammaticalisé.

  • 12 Dans un souci de cohérence avec les autres critères, on choisit de retrancher des points plutôt que (...)
  • 13 On attribue les valeurs les plus élevées aux critères indicateurs d’une plus grande grammaticalisat (...)
  • 14 L’étude de corpus a montré qu’on peut avoir une forme clitique à l’écrit mais une forme pleine (ou (...)

Critères

Barème

Pour calculer la longueur de HAVE, on se base sur ses réalisations phonologiques.

On retranche12 les valeurs suivantes à partir d’un total de 10 points : C= -1, V= -2, V:= -3

A la valeur obtenue grâce au précédent critère, on ajoutera les valeurs ci-contre selon la qualité de la voyelle13.

Voyelle pleine = 0

Réalisation de la voyelle entre forme faible et forme pleine = +0,5

Voyelle faible = +1

Consonne ou voyelle seule = +2

Forme clitique à l’écrit14* = +1

32Le tableau suivant montre le degré de grammaticalisation théorique de HAVE, selon les critères qu’on vient de définir.

  • 15 Les cas sont rares et appartiennent à un registre particulièrement familier, mais ils existent, mêm (...)

HAVE lexical

HAVE auxiliaire

HAVE opérateur

Fusion

1. Have lexical n’est pas lié à l’élément qui le suit ou qui le précède à l’écrit = 0
2. Le critère d’insertion n’est pas applicable. Have lexical étant le verbe principal, aucun élément ne vient s’intercaler entre have lexical et le verbe principal = 0
3. Utilisé comme verbe lexical, have ne subit pas de modifications morphologiques = 0
Score maximum = 0

1. Have auxiliaire est parfois lié à l’élément qui le suit ou qui le précède à l’écrit sous forme de clitique = 1 ou de flexion15 = 2
2. Des éléments peuvent s’intercaler entre have auxiliaire et le verbe principal (adverbe par exemple) = 0
3. L’emploi de Have en tant qu’auxiliaire provoque un changement d’accentuation = 1 et un changement de la qualité de la voyelle = 2


Score maximum  = 5

1. Have opérateur n’est pas lié à l’élément qui le précède à l’écrit = 0 ;
2. L’insertion d’élément entre have to et le verbe principal n’est pas possible = 1
3. L’emploi de Have en tant qu’opérateur ne provoque pas de modifications = 0





Score maximum  = 1

Dépendance

1. Have lexical est généralement réalisé en forme pleine = 0,5
2. La catégorie fonctionnelle de have lexical ne conditionne pas son emploi avec un autre élément = 0
Score maximum = 0,5

1. Have auxiliaire est généralement réalisé en forme faible = 2
2. L’utilisation de have en tant qu’auxiliaire conditionne son emploi avec un verbe principal = 1
Score maximum = 3

1. Have opérateur apparaît en forme pleine = 0
2. L’emploi de have en tant qu’opérateur implique qu’il se combine à l’opérateur TO = 1
Score maximum = 1

Longueur

1. Have /hæv/ Had /hæd/ Has /hæz/ C: -1, V: -2, C: - 1 = 6/10

A quoi l’on ajoutera les valeurs suivantes selon les cas :
2. Voyelle pleine : 0
3. Réalisation entre forme faible et pleine : +0,5
4. Voyelle faible : + 1
5. Simple consonne : + 2


Score maximum = 6

1. Have /həv/, had /həd/, has /həz/ = 6/10
Have /əv/, had /əd/, has /əz/ = 7/10
-‘ve /v/, -‘s, /z/, /s/, -‘d /d/ = 9/10
Haven’t / haden’t = 0/10

A quoi l’on ajoutera les valeurs suivantes selon les cas :
2. Clitique à l’écrit -‘ve /v/, -‘s /s/, -‘d /d/ = +1
3. Voyelle pleine : 0
4. Réalisation entre forme faible et pleine : +0,5
5. Voyelle faible + 1
6. Simple consonne + 2 ou voyelle sous forme de flexion : + 3
Score maximum = 12

Have /hæv/, Has /hæz/, Had /hæd/ : C: -1, V: -2, C: - 1 = 6/10

A quoi l’on ajoutera les valeurs suivantes selon les cas :
7. Clitique à l’écrit -‘ve /v/, -‘s /s/, -‘d /d/ : +1
8. Voyelle pleine : 0
9. Réalisation entre forme faible et pleine : +0,5
10. Voyelle faible : + 1
11. Simple consonne : + 2
Score maximum = 6

Total

6,5

20

8

  • 16 J’ai montré que have lexical à valeur de rethématisation découlait de have lexical à valeur de poss (...)
  • 17 Have to fonctionne comme un verbe lexical avec l’émergence de do dans les interrogations et les nég (...)

33Pour chaque critère, on applique la valeur maximale afin d’obtenir une quantification de ce que pourrait être le plus haut degré de grammaticalisation dans l’absolu. Les résultats confirment les hypothèses émises précédemment : have auxiliaire est le plus grammaticalisé avec un score de 20, suivi de have to avec un score de 8 et enfin de have lexical16 avec 6,5. Les propriétés de have to17 le rapprochent du fonctionnement du verbe lexical avec lequel il ne compte que 1,5 point d’écart, contre 12 avec l’auxiliaire.

  • 18 Les occurrences (3), (5) et (6) sont tirées de Robinson Crusoe, l’occurrence (6) de Persuasion, et (...)

34Appliquons alors les critères précédemment définis18 aux occurrences du corpus écrit dont voici quelques exemples :

(3)

But he generously told me he would take nothing from me, but that all I had should be delivered safe to me when I came to the Brazils.

(4)

I looked up with the utmost affection of my soul, and, (…) gave God thanks, that had cast my first lot in a part of the world where I was distinguished from such dreadful creatures as these; and that (…) had yet given me so many comforts in it that I had still more to give thanks for than to complain of.

(5)

I told him he had been so generous to me in everything that I could not offer to make any price of the boat, but left it entirely to him.

(6)

"Westgate Buildings must have been rather surprised by the appearance of a carriage drawn up near its pavement," observed Sir Walter.

(7)

When she wrote GOD IS NOWHERE / GOD IS NOW HERE, she’d finished with GOD IS NOW HERE, which was taken for a miracle, something I find a bit of a stretch.

(8)

But first, you have to understand that my life before Jason was dull.

35En (3) et (4) have lexical n’est lié ni à ce qui précède, ni à ce qui suit et ne subit aucune modification. Il n’obtient pas de points pour la fusion. On ne lui attribue rien pour la dépendance car son statut de verbe lexical conditionne théoriquement une réalisation en forme pleine. Il ne se combine pas à un autre élément. Quant à la longueur, les réalisations attendues (/hæd/ et /hæz/) confèrent 6 points aux occurrences (3) et (4). Le total est de 6, soit un peu en deçà, mais toutefois conforme au résultat prévu par le tableau dans lequel have lexical obtient un total de 6,5 dans l’absolu car on tient compte des occurrences irrégulières réalisées en forme réduite.

  • 19 Il ne s’agit ni d’un clitique, ni d’une flexion, le barème est donc de 0. Il obtient 1 point car ri (...)

36En (5) et (6), l’auxiliaire obtient 4 points de fusion19. La dépendance s’élève à 3 parce que l’auxiliaire requiert un verbe principal et qu’on attend une réalisation en forme réduite. La réalisation en /həd/, /həv/ attribue à have un score de 7 sur un total de 10. On atteint un total de 14, soit nettement moins que les prévisions car l’auxiliaire n’apparaît pas en forme clitique. Have auxiliaire obtient toutefois deux fois plus que le score du verbe lexical, et 6 points de plus que have to. L’auxiliaire reste alors le plus grammaticalisé des trois catégories de HAVE.

  • 20 L’utilisation des formes clitiques relève de choix stylistiques révélateurs d’une grammaticalisatio (...)

37L’occurrence (7) obtient le total maximum de 20 points. Les critères qui changent par rapport à (5) et (6) sont les suivants : on attribue 1 point de plus de fusion pour la forme clitique20 et 6 points supplémentaires de longueur. Pour la réalisation en simple consonne on obtient 9/10. On ajoute 1 point pour la forme clitique à l’écrit et 2 points pour le simple son consonne à l’oral. Cela indique que les modifications morphologiques prennent d’abord place à l’oral sous l’effet de l’érosion phonologique qui reflète un registre familier. Un registre considéré familier aujourd’hui sera peut-être amené à devenir le registre standard.

38En (9), have to obtient 1 point pour la fusion car rien ne s’insère entre have to et le verbe principal, 1 point pour la dépendance et 6 points de longueur pour une réalisation en /hæv/. Le total de 8 est conforme au résultat que prévoit le tableau.

39Les mêmes tests ont été menés pour les 200 occurrences sélectionnées. On obtient les quantifications moyennes suivantes pour le corpus écrit :

Ecrit

Have lexical

Have auxiliaire

Have to

Shakespeare

5,9

13,7

8

Defoe

6

13,8

8

Austen

6

13,7

8

Coupland

6

16,4

8

  • 21 Il s’agit d’une convention phonologique qui fonctionne pour les graphèmes auxquels on s’intéresse i (...)

40La moyenne du verbe lexical chez Shakespeare est en deçà de la moyenne prévue (6). Les occurrences archaïques du type hast (CVCC21) / hadst (CVCCC) l’expliquent car seuls 4 ou 5 points au lieu de 6 ont été accordés à cause des sons consonantiques supplémentaires.

41On remarque également une augmentation de la moyenne de l’auxiliaire. Pour une moyenne proche de 14 chez Shakespeare, Defoe et Austen, on obtient 16,4 chez Coupland. Cette augmentation est caractéristique d’une grammaticalisation plus avancée de l’auxiliaire chez Coupland que chez les trois autres auteurs. Le corpus tiré de Coupland réunit les seuls exemples de clitiques à l’écrit tant dans la narration que dans les dialogues. On sait que les formes clitiques à l’écrit sont d’abord apparues dans les dialogues, car elles reproduisent l’oral. Leur utilisation dans la narration est plus récente. On note toutefois que les ouvrages de Shakespeare, Defoe et Austen ne comportent pas d’exemples, ni dans les dialogues, ni dans la narration. On en conclut que la cliticisation à l’écrit est relativement récente. Il s’agit d’une étape dans l’évolution de l’auxiliaire qui le rapproche du pôle [+ grammatical] du continuum.

42Obtient-on des résultats semblables en appliquant les mêmes critères au corpus oral ? Reprenons les occurrences (3) à (8) :

(3’)

But he generously told me he would take nothing from me, but that all I had /hæd/ should be delivered safe to me when I came to the Brazils.

(4’)

I looked up with the utmost affection of my soul, and, with a flood of tears in my eyes, (…) gave God thanks, that had cast my first lot in a part of the world where I was distinguished from such dreadful creatures as these; and that, (…) had yet given me so many comforts in it that I had /d/  still more to give thanks for than to complain of:

(5’)

I told him he had /həd/ been so generous to me in everything that I could not offer to make any price of the boat, but left it entirely to him:

(6’)

"Westgate Buildings must have /ə/ been rather surprised by the appearance of a carriage drawn up near its pavement," observed Sir Walter.

(7’)

When she wrote GOD IS NOWHERE / GOD IS NOW HERE, she’d /d/ finished with GOD IS NOW HERE, which was taken for a miracle, something I find a bit of a stretch.

(8’)

But first, you have /həv/ to understand that my life before Jason was dull.

43Les occurrences (3’), (5’) et (7’) ne présentent pas de différences par rapport aux occurrences (3), (5) et (7). Elles sont conformes aux réalisations attendues pour ce type de HAVE et s’élèvent respectivement à 6, 14 et 20 points comme pour le corpus écrit.

44En (4’), have est réduit à un simple son consonne, c’est-à-dire sa forme la plus réduite dans le continuum /həd/ → /əd/ → /d/, malgré son statut de verbe lexical autonome. Cette réalisation de had est surprenante et ne correspond pas aux réalisations du verbe lexical selon Wells. On obtient donc un score de 11 au lieu de 6 en (4). Il s’agit d’un have opérateur de rethématisation. Le score de (4’) tend à confirmer l’hypothèse qu’on a émise. Le statut d’opérateur confère à have lexical de rethématisation des propriétés plus fonctionnelles que celles de have lexical de possession établi comme valeur de départ. Le sémantisme de l’opérateur est moins concret que celui du verbe lexical de possession. Il reflète une désémantisation, d’où la nécessité de tenir compte des arguments qui entourent have pour en reconstruire le sémantisme.

  • 22 Le corpus comprend 416 occurrences de have à valeur de rethématisation sur un total de 1612 occurre (...)

45Toutefois, la majorité des have de rethématisation du corpus sont réalisés en forme pleine, comme le veut l’utilisation prototypique du verbe lexical même si je n’ai pas appliqué ces tests à la totalité des occurrences22. On en déduit qu’au niveau synchronique, on est face à un début d’attribution de propriétés fonctionnelles au verbe lexical. Cela en fait un opérateur de rethématisation comme semblent l’indiquer les modifications sémantiques et les réalisations en forme réduite de ce type de HAVE. Il s’agit peut-être d’un début de grammaticalisation. Cet emploi encore marginal des formes réduites pour l’opérateur de rethématisation s’étendra peut-être à tous les emplois pour devenir régulier, à l’oral dans un premier temps.

46En (6’), l’auxiliaire est réduit au simple schwa. Bien qu’il soit écrit en forme pleine, il se réalise à l’oral comme une flexion. On lui attribue le score maximal de 20 contre seulement 14 pour son équivalent écrit. Cela indique une grammaticalisation plus avancée à l’oral qu’à l’écrit. On pourrait envisager à terme que have auxiliaire évolue en flexion dans les infinitifs passés.

47Enfin en (9’), have to obtient un total de 10 au lieu de 8 en raison de la réalisation irrégulière de have en forme réduite. Une nouvelle fois, le degré de grammaticalisation de la structure périphrastique semble plus élevé à l’oral qu’à l’écrit.

48On obtient les moyennes suivantes pour le corpus oral. Il convient de les comparer à celles du corpus écrit :

Have lexical

Have auxiliaire

Have to

Ecrit

Oral

Ecrit

Oral

Ecrit

Oral

Shakespeare

5,9

6,2

13,7

10,9

8

8

Defoe

6

6,6

13,8

13,9

8

8

Austen

6

6,3

13,7

13,9

8

8

Coupland

6

6,6

16,4

16,9

8

8,8

  • 23 On peut postuler que la grammaticalisation de have lexical connaît une évolution récente, notamment (...)

49Have lexical se trouve légèrement au dessus du 6,5 prévu en début d’étude chez Coupland23. On remarque également une légère hausse de Shakespeare à nos jours de 6,2 à 6,6. Je précise que les enregistrements dont je dispose ne peuvent être que contemporains et ne reflètent pas l’évolution de la prononciation de have lexical de Shakespeare à aujourd’hui. On ne conclura donc pas hâtivement à un cas de grammaticalisation lente du verbe lexical bien que les chiffres tendent vers cette hypothèse et que l’évolution des réalisations de have de rethématisation semble indiquer une grammaticalisation.

  • 24 Le corpus oral tiré de Shakespeare comprend 99 occurrences de have auxiliaire réalisées en forme pl (...)

50Par ailleurs, toutes les moyennes du corpus oral sont supérieures à celles du corpus écrit sauf une. Celle de l’auxiliaire chez Shakespeare ne s’élève qu’à 10,9 à l’oral contre 13,7 à l’écrit. Cette irrégularité s’explique par les occurrences de l’auxiliaire en forme pleine liées, notamment des cas d’hypercorrection [Coye 2002 : 9-10] caractéristiques du théâtre de Shakespeare24.

51L’auxiliaire chez Coupland se démarque tant à l’écrit qu’à l’oral avec près de 3 points supplémentaires par rapport aux moyennes de Shakespeare, Defoe et Austen qui sont les mêmes au centième près. Cela indique l’évolution de la grammaticalisation de l’auxiliaire à l’écrit et à l’oral, même si l’oral conserve une légère avance.

52On remarque enfin une très récente évolution dans la prononciation de have to chez Coupland. La moyenne de l’oral étant légèrement supérieure à celle de l’écrit, on peut postuler qu’il s’agit d’un processus de grammaticalisation en pleine évolution ; évolution qui sera probablement amenée à se poursuivre.

Conclusion

53Cette étude a confirmé les hypothèses émises en début d’analyse. HAVE connaît bel et bien différents degrés de grammaticalisation selon ses emplois. J’ai montré que have auxiliaire était plus grammaticalisé que have to, lui-même plus grammaticalisé que have lexical. Les chiffres ont également démontré que les propriétés de have to le rapprochaient plus du verbe lexical que de l’auxiliaire sur le continuum. Cette analyse se concentre sur les trois principales catégories de have. Il serait néanmoins intéressant d’appliquer les tests aux nombreuses sous-catégories pour affiner les résultats.

54Au-delà de la simple confirmation d’hypothèses, on note des degrés de grammaticalisation différents entre l’écrit et l’oral et notamment ce que l’on pourrait interpréter comme un degré de grammaticalisation plus avancé à l’oral. On en conclut que les changements liés à la grammaticalisation d’un morphème, comme tout autre changement langagier, prennent d’abord place à l’oral. Ces modifications ne sont validées que plus tard par l’écrit qui met plus longtemps à rendre compte du phénomène de grammaticalisation. Par ailleurs, j’ai démontré que les modifications phonologiques ne sont pas un phénomène secondaire mais qu’elles participent à la grammaticalisation et permettent à un morphème déjà grammaticalisé de poursuivre son évolution. Les réalisations phonologiques sont donc révélatrices du statut plus ou moins lexical de HAVE.

55L’étude synchronique a révélé qu’on se trouve à un stade transitoire, qui oscille entre des formes fortement grammaticalisées et d’autres qui le sont beaucoup moins pour un même type de HAVE. L’évolution constante de la grammaticalisation impose de toujours garder à l’esprit la dimension diachronique du processus. Les occurrences qui oscillent aujourd’hui entre forme pleine et forme réduite, entre morphème libre ou clitique voire flexion, se régulariseront peut-être demain en formes compactées. Pour reprendre l’expression de Langacker [1977 : 106], sous l’effet de ces « gigantic expression-compacting machines » que sont les langues qui évoluent par grammaticalisation, ces structures se rapprochent inexorablement du pôle [+ grammatical] du continuum.

Top of page

Bibliography

Corpus

Austen Jane, Persuasion, 1815.
http://www.gutenberg.org/catalog/world/readfile?fk_files=35180

Coupland, Douglas, Hey Nostradamus!, London, Harper Perennial, 2003 ; 2004.

Defoe, Daniel, Robinson Crusoe, 1719.
http://www.gutenberg.org/catalog/world/readfile?fk_files=36460

Shakespeare William, Richard II, 1597.
http://www.gutenberg.org/catalog/world/readfile?fk_files=36898

Ouvrages de référence

Benveniste Emile, “Mutations of linguistic categories.” Lehmann, W.P. & Malkiel, Y. (eds.), Directions for historical linguistics. A symposium. Austin & London, University of Texas Press, 1968 : 83-94.

Benveniste Emile, Problème de linguistique générale (vol. 1 et 2), Paris, Gallimard, 1974.

Birks Ivan, Have Hyperopérateur : Invariance, contingence et distribution. Thèse nouveau régime, Université de la Sorbonne Nouvelle-Paris III, 2000.

Bybee Joan, Pagliuca, William, Cross-Linguistic Comparison and the Development of Grammatical Meaning, in Jacek Fisiak, ed. Historical Semantics and Historical Word Formation, Berlin, De Gruyter, 1985 : 59-83.

Bybee Joan L., William Pagliuca & Revere Perkins, « Back to the future », in Elizabeth Closs Traugott & Bernd Heine (eds.), Approaches To Grammaticalization, Vol. II, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 1991 : 17-58.

Harris Alice C., Lyle Campbell, Historical syntax in cross-linguistic perspective, Cambridge, Cambridge University Press.

Coye Dale, Pronouncing Shakespeare’s words, A Guide from A to Zounds, New York and London, Routledge, 2002 : 9-10.

Eckardt Regine, “Grammaticalization and Semantic Reanalysis”, 2007.

Haspelmath Martin, “Why is Grammaticalization Irreversible?” (1998), 1999 http://email.eva.mpg.de/~haspelmt/1999irr.pdf

Hopper Paul J., Elizabeth Closs Traugott, Grammaticalization (1993), 2nd édition, ‘Cambridge textbooks in Linguistics’, Cambridge, Cambridge University Press, 2004.

Jamet Denis, « La grammaticalisation dans quelques structures « modalisantes » : happen to et appear to », à paraître en 2010 aux Presses de la Sorbonne Nouvelle.

Kurylowicz Jerzy, « The Evolution of Grammatical Categories », Diogènes 51, 1965 : 55-71. 

Langacker Ronald, Syntactic Reanalysis. In Mechanics of Syntactic Change, Austin, University of Texas Press, 1977.

Lyons John 1977, Semantics. 2 vols. Cambridge etc., Cambridge University Press.

Meillet Antoine, Linguistique historique et linguistique générale, Paris, Champion 1958.

Ramat Paolo, Thoughts on degrammaticalization. Linguistics 30, 1992 : 549-560.

Shockey Linda, Sound Patterns of Spoken English, London, Blackwell, 2003.

Tournier Jean, Précis de lexicologie en anglais (1993), Paris, Ellipses, 2004.

Trask Larry, Historical Linguistics, Londres / New York, Arnold, 1996.

Traugott Elisabeth Closs & Heine Bernd (eds.), Approaches To Grammaticalization, Vol. II, Amsterdam/Philadelphia, John Benjamins, 1991 : 17-58.

Traugott Elizabeth Closs, “Legitimate Counterexamples to Unidirectionality”, 2001 : http://www.stanford.edu/~traugott/papers/Freiburg.Unidirect.pdf

Wells J.C., Longman Pronunciation Dictionary (1990), Longman, 2008.

Top of page

Notes

1 Les œuvres choisies pour le corpus sont les suivantes : Shakespeare, William, Richard II, 1597 ; Defoe, Daniel, Robinson Crusoe, 1719 ; Austen, Jane, Persuasion, 1815 ; Coupland, Douglas, Hey Nostradamus!, 2003. Elles ont été sélectionnées sur une période de quatre siècles pour refléter diachroniquement et le plus fidèlement possible l’évolution de HAVE, à l’écrit du moins.

2 Cité dans Jamet Denis, « La grammaticalisation dans quelques structures « modalisantes » : happen to et appear to », à paraître en 2010.

3 A la réanalyse s’ajoute ici un processus de métaphorisation.

4 On lit parfois que la métaphorisation implique une perte sémantique, mais on parlera plutôt de transformation ou de remplacement. En effet, le processus de perte poussé à l’extrême produirait des formes sémantiquement vides. Or, ce n’est jamais le cas.

5 Il s’agit du double phénomène de « hiding and highlighting » en anglais qui consiste à laisser de côté certains sèmes pour mettre l’accent sur d’autres.

6 Il s’agit d’une transcription marginale du registre familier de la chaîne parlée qui tend à réduire have à l’extrême. L’ajout de –a aux modaux n’en modifie pas le sens. On ne peut donc pas dire de –a qu’il possède toutes les propriétés d’une flexion (qui précise le nombre, le genre, le temps, la fonction…) à ce stade synchronique d’étude de la langue, même s’il en a l’aspect morphologique.

7 Le corpus écrit sur lequel j’ai travaillé ne comprend pas d’exemples.

8 Le sens premier qu’établissent les études diachroniques correspond bien au sens concret de possession. Mais dans son évolution en tant que verbe lexical, le sens concret de possession a évolué vers des emplois plus abstraits. On envisagera alors la possession au sens large, au sens où l’entend Benveniste [1974], à savoir une possession plus ou moins abstraite selon les emplois. Par exemple, pour le present perfect, le sujet de l’énoncé « possède », peut s’attribuer l’action contenue dans le prédicat au passé.

9 Le corpus compte 2 occurrences de have to à valeur d’obligation pour Shakespeare, 10 pour Defoe, 16 pour Austen, contre 111 pour Coupland. L’apparition de cet opérateur complexe est donc récente.

10 Bybee et Pagliuca proposent comme critère de dépendance le nombre d’allomorphes. N’étant en présence que d’un seul allomorphe lors de l’étude des occurrences individuelles, on a choisi de banaliser ce critère qui ne serait pas pertinent.

11 Les valeurs 0,5 et 1 correspondant à une majorité de formes pleines ou de formes réduites ne s’appliqueront pas aux occurrences particulières du corpus écrit et oral. On ne les appliquera qu’à HAVE dans l’absolu pour refléter une tendance, car on sait qu’aussi bien l’auxiliaire que le verbe lexical, tendent respectivement vers une prononciation en forme faible et en forme pleine, mais cela n’a rien de systématique.

12 Dans un souci de cohérence avec les autres critères, on choisit de retrancher des points plutôt que d’en ajouter. Ainsi, c’est aux formes les plus longues morphologiquement et phonologiquement, c’est-à-dire les moins grammaticalisées, qu’on retranchera le plus de points. Plus le score est élevé, plus la forme est grammaticalisée, et vice-versa.

13 On attribue les valeurs les plus élevées aux critères indicateurs d’une plus grande grammaticalisation.

14 L’étude de corpus a montré qu’on peut avoir une forme clitique à l’écrit mais une forme pleine (ou du moins une forme réduite non clitique) pour une même occurrence à l’oral, et vice-versa. D’où la nécessité de conserver le critère de l’écrit pour l’analyse des occurrences à l’oral. On verra que cela sera révélateur du rôle de l’écrit dans le processus de grammaticalisation.

15 Les cas sont rares et appartiennent à un registre particulièrement familier, mais ils existent, même à l’écrit.

16 J’ai montré que have lexical à valeur de rethématisation découlait de have lexical à valeur de possession. Dans le cadre de cet article, je ne distinguerai pas les sous-catégories de HAVE. Have lexical englobe donc aussi bien have à valeur de possession que celui à valeur de rethématisation.

17 Have to fonctionne comme un verbe lexical avec l’émergence de do dans les interrogations et les négations.

18 Les occurrences (3), (5) et (6) sont tirées de Robinson Crusoe, l’occurrence (6) de Persuasion, et les occurrences (7) et (8) de Hey Nostradamus!

19 Il ne s’agit ni d’un clitique, ni d’une flexion, le barème est donc de 0. Il obtient 1 point car rien ne s’intercale entre l’auxiliaire et le verbe principal, et 3 points puisque l’auxiliaire connaît généralement des modifications d’accentuation et de la qualité de la voyelle.

20 L’utilisation des formes clitiques relève de choix stylistiques révélateurs d’une grammaticalisation. L’absence de forme clitique n’indique pas pour autant qu’il n’y a pas grammaticalisation. C’est la possibilité d’employer une forme clitique ou non pour un type de HAVE donné qui importe.

21 Il s’agit d’une convention phonologique qui fonctionne pour les graphèmes auxquels on s’intéresse ici.

22 Le corpus comprend 416 occurrences de have à valeur de rethématisation sur un total de 1612 occurrences de have lexical.

23 On peut postuler que la grammaticalisation de have lexical connaît une évolution récente, notamment à cause de la réalisation en forme réduite de certains have de rethématisation. Toutefois, la moyenne qui ne dépasse que de 0,1 point celle prévue théoriquement suggère la prudence.

24 Le corpus oral tiré de Shakespeare comprend 99 occurrences de have auxiliaire réalisées en forme pleine sur un total de 170. (Alack, why am I sent for to a king, / Before I have /hæv/ shook off the regal thoughts / Wherewith I reign'd?)

Top of page

List of illustrations

URL http://lexis.revues.org/docannexe/image/888/img-1.png
File image/png, 5.5k
Caption * Les propriétés syntaxiques de have to dictent son positionnement plus proche de have lexical que de have auxiliaire sur le continuum. Sur le plan syntaxique, il se comporte plus comme le verbe lexical puisqu’il appelle l’émergence de l’auxiliaire DO aux formes négatives et interrogatives.
URL http://lexis.revues.org/docannexe/image/888/img-2.png
File image/png, 7.3k
URL http://lexis.revues.org/docannexe/image/888/img-3.png
File image/png, 13k
Top of page

References

Electronic reference

Lucile Bordet, « Le degré de grammaticalisation de HAVE : application d’une méthodologie développée par Joan Bybee et William Pagliuca », Lexis [Online], HS 1 | 2009, Online since 17 September 2009, connection on 27 June 2017. URL : http://lexis.revues.org/888 ; DOI : 10.4000/lexis.888

Top of page

About the author

Lucile Bordet

Université Jean Moulin – Lyon 3, Centre d’Etudes Linguistiques – EA1663
lucile.bordet@univ-lyon3.fr

Top of page
  • Logo Centre d’études linguistiques
  • Logo Université Jean Moulin – Lyon 3
  • Revues.org