Skip to navigation – Site map

La polysémie : contributions à l’étude et au traitement grammatical, lexicogénique et lexicographique du phénomène

Introduction
Catherine Paulin and Henri Béjoint
This article is a translation of:
Polysemy: contributions to the grammatical, lexicogenic and lexicographic study of the phenomenon

Full text

1La polysémie est l’un des problèmes principaux de la sémantique, où elle est parfois traitée sous le nom d’ambiguïté. La question paraît pourtant simple : tout le monde sait qu’un mot peut avoir plusieurs sens. Mais cette simplicité est trompeuse. Les lexicographes savent à quel point il est difficile de dire combien un mot a de sens, quels sont ces sens, où s’arrête un sens et où commence un autre. En fait, on ne pourrait répondre à ces questions que si l’on s’entendait sur ce qu’est le « sens » et ce qu’est un « sens » – ce qui est loin d’être le cas.

2La sémantique lexicale moderne s’intéresse beaucoup à la polysémie. Elle a cessé de la voir comme une anomalie, et la considère désormais comme un trait fondamental de toute langue, indispensable à son fonctionnement. En outre, la polysémie a acquis une importance supplémentaire dans le cadre du TALN : elle constitue en effet l’une des clés à la compréhension automatique du langage. Parmi les principaux auteurs de travaux récents, on trouve – entre autres – des spécialistes de sémantique cognitive, des linguistes de corpus et des lexicographes. Ils aboutissent à des conclusions sur lesquelles tout le monde semble s’entendre :

  • l’ambiguïté n’existe pas, ou guère, en discours, pour l’humain, qui peut presque toujours désambiguïser le contenu informatif en fonction des éléments du contexte, mais elle existe pour la machine ;

  • il n’existe aucun moyen simple d’identifier les différents sens d’un mot ;

  • la différence entre homonymie et polysémie, plutôt qu’une simple dichotomie, est à placer sur un continuum.

3Certains linguistes et lexicographes de corpus finissent même par se demander si les sens existent, conclusion dangereuse qui remet en cause toute lexicographie et risque de décourager toute tentative de pousser plus loin les recherches. La question de l’ambiguïté demeure donc, même si elle a été déplacée.

4Les travaux des sémanticiens ont surtout porté sur les substantifs, parce qu’ils puisent dans les travaux des philosophes du langage, plus intéressés par l’exploration de la nature des choses que par le sens des mots, et aussi parce que c’est dans l’étude des substantifs qu’on se trouve le plus directement confronté aux problèmes liés à la référence. Depuis quelques décennies, il existe également des travaux sur d’autres parties du discours : le verbe, l’adjectif, certaines prépositions. Les problématiques récurrentes dans ce volume s’inscrivent toutes dans une tradition de sémantique lexicale et grammaticale aujourd’hui centrée sur la cognition.

5La polysémie est devenue un immense champ de recherche, dont les travaux rassemblés ici ne représentent qu’une toute petite partie. Puckica étudie la polysémie des signes grammaticaux dans le cadre des grammaires de construction (GC), où les différents sens d’un signe linguistique peuvent être conçus soit comme des réalisations d’un sens abstrait « invariant », soit comme, dans la sémantique du prototype, des occurrences centrales ou périphériques d’une catégorie. Gilquin compare le réseau lexical de Norvig & Lakoff [1987] pour le verbe anglais take avec des données issues de corpus et d’une expérience de production de phrases, du point de vue linguistique (le modèle reflète-t-il la fréquence telle qu’elle est attestée dans la langue ?) et cognitif (le modèle reflète-t-il la saillance dans l’esprit du locuteur ordinaire ?). Elle montre que le modèle ne tient pas face à l’analyse empirique, mais qu’il peut cependant avoir un rôle à jouer dans une théorie de la polysémie. Lorenzetti montre, à partir de l’examen des attestations du verbe anglais see dans un corpus, que dans la majorité de leurs emplois les verbes conservent des traits de leur sens prototypique, qui sert de support à d’autres extensions sémantiques. Stammers compare le traitement de la polysémie des adjectifs unbalanced, idle, canonical et particular dans six dictionnaires anglais récents. Les adjectifs constituent une classe très hétéroclite, et leur polysémie est fortement dépendante des contextes. Il observe que les traitements lexicographiques sont différents, et conclut que certains adjectifs traités comme polysémiques dans les dictionnaires ne le sont pas vraiment. Il remarque aussi que certains ont une polysémie clairement organisée alors que d’autres ont une articulation des sens qui résiste à l’analyse. Dury aborde la polysémie sous un angle peu usité : celui de son rôle en diachronie dans la formation d’une terminologie spécialisée, plus particulièrement dans le domaine du pétrole. L’examen d’un corpus de textes publiés entre 1800 et 1950 met en évidence des polysémies et des synonymies provisoires qui semblent servir d’étapes intermédiaires sur la voie de la mise au point de la terminologie du domaine.

Top of page

References

Electronic reference

Catherine Paulin and Henri Béjoint, « La polysémie : contributions à l’étude et au traitement grammatical, lexicogénique et lexicographique du phénomène », Lexis [Online], 1 | 2008, Online since 04 July 2008, connection on 29 April 2017. URL : http://lexis.revues.org/747

Top of page

About the authors

Catherine Paulin

Université de Besançon

By this author

Henri Béjoint

Université Lyon 2 – Lumière

By this author

Top of page
  • Logo Centre d’études linguistiques
  • Logo Université Jean Moulin – Lyon 3
  • Revues.org