Skip to navigation – Site map

Introduction

Dennis Philps
This article is a translation of:
Introduction

Full text

1Ce deuxième numéro de Lexis est consacré à la submorphémique lexicale, champ disciplinaire naissant – et donc encore controversé – qui se donne pour but d’identifier et d’étudier toute manifestation dans le lexique d’éléments plus petits que le morphème conçus comme jouant un rôle dans la construction du « sens ». Son objet d’étude est le ‘submorphème’, vu sous tous ses aspects : nature, structure, fonction, combinatoire, distribution, invariance et variabilité, liens avec le notionnel, la cognition, la motricité, le cratylisme, l’acquisition du langage, etc., que ce soit en synchronie, en diachronie ou en panchronie. C’est d’ailleurs sa capacité à mettre en évidence et à systématiser les liens pouvant exister entre le linguistique et l’extralinguistique qui constitue l’un de ses atouts majeurs par rapport à d’autres approches plus traditionnelles de l’étude du signe, et qui confirme sa pertinence et sa spécificité au sein des sciences du langage.

2Cependant, l’histoire du développement de la linguistique moderne fait qu’à l’heure actuelle, la définition du concept de submorphème (ang. submorpheme) n’est pas encore stabilisée. Si l’on retient celle proposée par Crystal dans son Dictionary of Linguistics & Phonetics, à savoir « a part of a morpheme that has recurrent form and meaning, such as the sl- beginning of slimy, slug, etc. » (Crystal 2003 : 301) par exemple, on serait tenté d’en conclure que le submorphème est une entité uniquement lexicale. Et pourtant, comme on le verra, ce concept a aussi sa place en grammaire, car certains morphèmes grammaticaux de l’anglais se laissent eux aussi segmenter en unités plus petites, grâce à la transposition au niveau submorphémique d’un principe d’invariance énoncé en premier lieu par le linguiste français Guillaume (1883-1960), à savoir que « le signe linguistique fixe dans la langue une condition invariante à partir de laquelle se développent des conséquences en nombre illimité » (1964 : 150).

3Bien que Guillaume n’ait pas entrepris de le faire lui-même, cette transposition permet de montrer que les submorphèmes en position initiale de mot porteurs d’une invariance tant phonologique que notionnelle, tels que le segment sl- pris en exemple par Crystal, notamment dans slack, slime, slop, slouch, slow et slug (cf. Tournier 1985 : 146), sont doués non pas d’un sens, mais d’un potentiel de sens en attente des conditions, tant systémiques qu’énonciatives, lui permettant de devenir linguistiquement signifiant (voir Philps 2005). Le raisonnement qui autorise une telle transposition, d’ordre guillaumien, est celui qui veut que toute valeur attribuable à un ensemble de mots donné sur la base d’une invariance notionnelle (ex. : la ‘mollesse’ ou la ‘lenteur’ dans certains ‘mots en sl-’ de l’anglais) doit être fixée, du fait même de son invariance, dans le plus petit segment structurellement invariant des mots en cause (ex. : sl- dans slack, slime, slop, etc.), dans la mesure où, dans ces mots, une notion invariante ne peut être véhiculée, par définition, par un segment variable (ex. : -ack dans slack, -ime dans slime, -op dans slop, etc.).

4On aura compris qu’établir et circonscrire ce qu’il faut entendre par le terme « submorphémique » vers la fin de la première décennie du XXIe siècle n’est pas chose aisée. L’entreprise requiert au minimum un sens de l’histoire, et exige d’opérer deux distinctions au moins : l’une entre « submorphémique lexicale » et « submorphémique grammaticale », l’autre entre deux approches complémentaires que l’on qualifiera, de façon réductrice certes, d’« anglo-saxonne » et de « française ». Ajoutons néanmoins que toute distinction initialement établie entre submorphémique lexicale et submorphémique grammaticale semble difficile à maintenir dans l’absolu, car, en anglais comme dans d’autres langues, nombre de morphèmes grammaticaux dont on connaît l’étymologie proviennent d’une source lexicale (ex. : downadv. < v.-a. tardif dúne, dún, forme obtenue par aphérèse à partir de adúne ‘adown’, affaiblissement de v.-a. of dúne ‘off the hill or height’, Oxford English Dictionary, 2ème éd., 1989).

5En morphologie, rappelons, pour commencer, les observations du linguiste américain Harris (1909-1992), mentor de Chomsky, sur le segment /D/ dans there, then, this, etc., et sur le segment /hw/ dans where, when, which, etc. :

Difficulties of stating meaning also occur in the case of morphemes of unique environment, which are segmented off when an utterance has a unique residue after all morphemes have been divided off. […] in there, then, thither, this, that, etc., we obtain […] a segment /D/ with demonstrative meaning, plus various residue elements with unique meanings (/is/ ‘near’, /æt/ ‘yonder’, etc.). In where, when, whither, which, what, why, etc., we obtain an element /hw/ with interrogative (and in some linguistic environments, relative or resumptive) meaning, plus various second elements with unique meanings (/at/ ‘object reference’, /ay/ ‘reason’, etc.). (1951 : 192-193)

6À cette époque, le terme « submorphémique » n’avait pas le sens qu’on lui prête aujourd’hui, comme en témoigne cette observation de Hockett :

The statement as to the occurrence of the morpheme i―to which no meaning can be assigned―will have to operate in terms of submorphemic (phonemic) properties of environments, whereas on the tactical level we should like to be able to state environments of occurrence and non-occurrence of classes of morphemes in terms of other classes of morphemes, without regard to submorphemic matters. (1947 : 332)

7Quarante ans après Harris, les linguistes français Lapaire et Rotgé ont pu affirmer, dans une perspective énonciative (cf. aussi Danon-Boileau 1983 et Delmas 1987), que parmi les ‘mots grammaticaux en th-’ de l’anglais,

THIS et THAT ont en commun le morphème TH-, signe récapitulatif d’un travail mental complexe et variable, situé en amont de l’énonciation et sur lequel le sujet parlant mise […]. TH- confère donc une ‘dimension déjà’ à THIS / THAT, ou, si l’on préfère, une orientation mémorielle vers l’avant. (1991 : 62).

8Et aujourd’hui encore, on peut lire que the et that « contiennent tous les deux le morphème TH-, signe d’‘antériorité opérationnelle’ (Lapaire et Rotgé), de ‘phase 2’, de ‘saisie thématique’ (Adamczewski), de fléchage (Culioli), c’est-à-dire de déjà. » (Jamet et al., 2007 : 75). Mais TH- est-il un morphème ? La même question se pose pour WH- dans les ‘mots grammaticaux en wh-’. Si les morphèmes ont pour propriété de se combiner avec d’autres morphèmes pour former des mots, alors il convient d’attribuer le statut de « submorphème » à TH- / WH- dans les ‘mots en th- / wh-’ de l’anglais, car ils se combinent avec des éléments non pas morphémiques, mais submorphémiques (ex. : -ere dans there, -en dans when, etc.), quand bien même tout morphème grammatical ne se laisserait pas décomposer de la sorte.

9Revenons donc à la submorphémique lexicale, dont l’étude est sujette à controverse, comme le rappelle opportunément Bottineau dans ce numéro :

The question of lexical submorphemics has long been controversial in English lexical studies and in general […]. The linguistic sign is traditionally considered as ‘arbitrary’: the phonological form is not iconic and does not reflect the physical properties of the object or event to which the word refers […]. On the other hand, a minority of authors are convinced that some areas of the English lexicon are organized by a paradigm of submorphemic markers: clusters of more than one phoneme, and occasionally isolated phonemes, which appear to relate the lexical notion to a specific semantic field. Between these two positions there is hardly any room for scientific debate.

10C’est aussi le cas des segments appelés « phonesthèmes » depuis Firth (1930). On sait qu’il s’agit d’associations récurrentes de formes et de sens dont le statut morphologique n’est pas clairement établi (Bolinger 1950 : 30, Bergen 2004 : 290, etc.). En anglais, certaines de ces associations ont été notées dès le XVIIe siècle par le mathématicien-grammairien Wallis, dans la première édition de son Grammatica Linguæ Anglicanæ (1653), ex. (à l’initiale des mots) : st- / fixité (dans steady, stout, sturdy, etc.), wr- / torsion (dans wrench, wring, wrist, etc.), et str-/ puissance (dans strength, strive, struggle, etc.). Si les phonesthèmes peuvent très bien essaimer symboliquement de manière arbitraire (cf. gl- dans les ‘mots en gl-’ ayant trait à la vision et / ou à la lumière ci-dessous, par exemple), cela n’écarte en rien l’hypothèse que leur motivation initiale ait été en partie iconique. Quant au statut cognitif des phonesthèmes, Bergen fait remarquer qu’il reste controversé « in part because they [phonæsthemes] do not fit well into linguistic theories that view compositionality as a defining characteristic of morphological complexity » (2004 : 291).

11Comme le rappelle bar-Lev (2005-2006 : 25), c’est le linguiste américain Bolinger qui a été le premier, semble-t-il, au XXe siècle, à théoriser l’existence de phonesthèmes et de submorphèmes en général dans le lexique :

MORPHEMES AND SUB-MORPHEME DIFFERENTIALS. […] Where, within or between morphemes and mere differentials, would our rimes and assonances fall? If we can show enough regularity in use, a rime or an assonance should be, or come very near to being, a morpheme. Let us take the form /gl/ already noted as referring to ‘visual phenomena’, and assay its possibilities as a morpheme. Discarding technical, learnèd, and dialectal words, we may list, in seven columns showing graduating fidelity to the meaning ‘visual phenomena’, all the base words, excluding obvious derivatives, that begin with /gl/: [glance, glare, gleam, glimmer, glimpse, etc.] ». (1950 : 131).

12Précisons que la submorphémique lexicale s’intéresse également, de façon non restrictive, au phonosymbolisme (cf. Jespersen 1922, Genette 1976, Fónagy 1983, Malkiel 1990, Hinton et al. 1994, Humboldt 1999, et Chadelat dans ce numéro), à l’iconicité submorphémique (cf. Mannheim 1991, Waugh 1993, Waugh & Newfield 1995, Nuckolls 1996, et Philps dans ce numéro), à la formation lexicale (cf. Adams 1973, Bauer 1983, Plag 2003, et Fandrych dans ce numéro), et à la cognition (cf. Bottineau 2002, Philps 2006, ainsi que Argoud et Bottineau dans ce numéro).

13Si cette tentative de circonscrire ce que l’on entend aujourd’hui par « submorphémique » requiert un sens de l’histoire, elle requiert aussi un sens de l’avenir. Et c’est justement au niveau de ses liens avec la cognition que la submorphémique, lexicale ou grammaticale, semble promise à un bel avenir, comme le laisse présager le terme de « conjecture » qui figure dans le titre de l’article à orientation cognitive de Bottineau, du moins dans son sens le plus anciennement attesté, aujourd’hui obsolète : « a conclusion as to coming events drawn from signs… » (OED). Dans cette optique, qui, faut-il le rappeler, n’est pas la seule possible, la submorphémique constitue sans doute l’une des clés de la redéfinition du rapport parole – corporéité, tant sur le plan spatial que sur le plan temporel, mais aussi du rapport parole – idéation. À ce titre, elle ne manquera pas de déranger, mais après tout, n’est-ce pas le prix à payer lorsqu’il s’agit de découvrir et de comprendre les méandres de la cognition humaine dans ses rapports avec le langage ?

14Terminons cette introduction par une brève présentation des articles publiés ici :

15Didier BOTTINEAU (CNRS, MoDyCo – Université Paris 10 Nanterre) évoque les matrices vocaliques et consonantiques appelées submorphèmes, idéophones et phonesthèmes que l’on observe en anglais. Il étudie la pertinence cognitive de la submorphologie pour les utilisateurs et observateurs de la langue, et s’efforce de déterminer si une telle pertinence existe réellement, ou si le linguiste est le seul à percevoir une coïncidence entre l’ordre submorphémique et les classes lexicales-sémantiques. Plusieurs aspects de la question sont abordés, notamment la nature de la sémantique submorphémique et ses situations distribuées et différenciées.

16L’étude de Line ARGOUD (doctorante agrégée – Grenoble - Université de Toulouse-Le Mirail) se donne pour corpus l’ensemble des mots du lexique anglais présentant le submorphème bl- à l’initiale. L’auteure montre, dans un premier temps, que l’invariance phonologique de la classe heuristiquement constituée de ‘mots en bl-’ véhicule une invariance notionnelle en profondeur : les sens associés aux deux sous-classes de ‘mots en bl-’ qu’elle met en évidence permettent l’accès à des représentations mentales dont elle postule que le soubassement repose sur le ‘schème mental’ <CONTAINER> proposé par Lakoff & Johnson. Dans un deuxième temps, elle étudie le rôle joué par l’aspectualité lexicale dans ses données à partir des traits définitoires des ‘mots en bl-’ puisés dans le Oxford English Dictionary et le English Dialect Dictionary de Joseph Wright.

17Jean-Marc CHADELAT (IUFM de Paris) examine le mécanisme par lequel le groupe consonantique <Cr-> est perçu comme motivé au plan phonétique. L’intuition qui a guidé sa recherche est celle d’une filiation sémiogénétique de la dimension onomatopéique du marqueur sub-lexical <Cr-> à une valeur dérivée, de nature idéophonique. À la lumière de cette approche théorique à caractère heuristique, <Cr-> fait figure de trait sémiologique pourvu d’une valeur invariante liée, au plan sémantique, à la notion de « fragilité » étendue analogiquement à la notion de « séparation » résultant du morcellement d’un objet fragmenté. Ce transfert conceptuel reposerait sur la projection de certaines propriétés perceptibles d’un domaine d’expérience à un autre dans le cadre d’une transposition phonosymbolique qui échappe à la conscience des locuteurs.

18Ingrid FANDRYCH (National University of Lesotho) entreprend une analyse de la formation de mots composés d’éléments submorphémiques, tout en rappelant que la formation des néologismes a trait à la création de nouveaux mots à partir de morphèmes. Dans la mesure où le morphème est un signe linguistique à part entière, les néologismes qui résultent de ce processus sont transparents : on peut déduire leur signification à partir de la signification de leurs éléments constituants, et c’est pour cette raison que la formation de mots morphémiques peut être considérée comme la combinaison d’un modifiant et d’un modifié : A + B > AB. Par contre, pour rendre compte de la formation de certains mots, l’auteure soutient que l’on a besoin de poser l’existence d’éléments plus petits que le morphème.

19Enfin, Dennis PHILPS (Université de Toulouse-Le Mirail) soutient que le segment initial gn- (phonologiquement /n/) dans la classe heuristiquement établie des ‘mots en gn-’ de l’anglais fonctionne comme un ‘marqueur sub-lexical’ (<gn->). Il émet l’hypothèse que bien que <gn-> semble structurellement indivisible en anglais moderne, <g> dans <gn-> a pu fonctionner comme ‘invariant-noyau’ et <n> comme variable à date préhistorique, notamment en indo-européen. En analysant gn- dans l’un des sous-ensembles les plus importants des ‘mots en gn-’ comme la trace en surface d’un domaine notionnel lié aux phénomènes temporomandibulaires (articulation de sons, mastication, manducation, etc.), il est amené à formuler l’hypothèse qu’il existe une motivation extralinguistique, de nature causale, entre <gn-> et ce domaine, motivation qui requiert la mobilisation du concept d’« iconicité submorphémique ».

Top of page

Bibliography

Adams, Valerie, 1973. Introduction to Modern English Word-Formation. Londres : Longman.

bar-Lev, Zev, 2005-2006. « Key consonants in Arabic » (version pré-publication). Journal of Arabic and Islamic Studies 6, 24-63.

Bauer, Laurie, 1983. English Word-Formation. Cambridge : Cambridge University Press.

Beegen, Benjamin K., 2004. The psychological reality of phonæsthemes. Language 80 (2), 290-311.

Bolinger, Dwight L., 1950. Rime, assonance and morpheme analysis. Word 6 (2), 117-136.

Bottineau, Didier, 2002. « Les cognèmes de l’anglais : principes théoriques », R. Lowe (dir.), en collaboration avec J. Pattee et R. Tremblay, Le système des parties du discours, Sémantique et syntaxe, Actes du IXe colloque de l’Association internationale de psychomécanique du langage, Québec : Les Presses de l’Université Laval, 423-437.

Crystal, David, 2003. A Dictionary of Linguistics & Phonetics. 5e édition. Oxford : Blackwell.

Danon-Boileau, Laurent, 1983. « This, that, which, what et la construction de références. Quelques hypothèses, in Méthodes en linguistique anglaise ». Travaux du C.I.E.R.E.C. n° 39. Saint-Étienne : Presses Universitaires de Saint-Étienne, 35-56.

Delmas, Claude, 1987, Structuration abstraite et chaîne linéaire en anglais contemporain. Paris: Klincksieck.

Firth, John R., 1930. Speech. Londres: Ernest Benn.

Fónagy, Ivan, 1983. La vive voix. Essais de psycho-phonétique. Paris : Payot.

Genette, Gérard, 1976. Mimologiques. Voyage en Cratylie. Paris : éditions du Seuil.

Guillaume, Gustave, 1964. Langage et science du langage. Paris : A.-G. Nizet / Québec : Les Presses de l’Université Laval.

Harris, Zellig S., 1951. Structural Linguistics. Chicago et Londres: University of Chicago Press.

Hinton, Leanne, Nichols, Johanna, & Ohala, John J., 1994. Sound Symbolism. Cambridge: Cambridge University Press.

Hockett, Charles F., 1947. Problems of morphemic analysis. Language 23, 321-343.

Humboldt, Wilhelm von, 1999 [1836]. On Language. On the Diversity of Human Language Construction and its Influence on the Mental Development of the Human Species. Cambridge: Cambridge University Press.

Jamet, Denis, Mérillou, Catherine, & Quayle, Nigel, 2007. L’épreuve de linguistique à l’agrégation interne d’anglais. Toulouse : Presses Universitaires de Toulouse.

Jesperson, Otto, 1922. Language. Its Nature, Development and Origin. Londres : Allen & Unwin.

Lapaire, Jean-Rémi, & Rotgé, Wilfrid, 1991. Linguistique et grammaire de l’anglais. Toulouse: Presses Universitaires de Toulouse.

Malkiel, Yakov, 1990. Diachronic Problems in Phonosymbolism. Edita and Inedita, 1979-1988, vol. 1. Amsterdam/Philadelphie: John Benjamins.

Mannheim, Bruce, 1991. The Language of the Inka since the European Invasion. Austin: University of Texas Press.

Nuckolls, Janis B., 1996. Sounds like Life. Sound-symbolic Grammar, Performance, and Cognition in Pastaza Quechua. New York : Oxford University Press.

Philps, Dennis, 2005. « Le rôle de l’élément formateur et de l’élément formé dans la dévirtualisation du ‘sens’« , Modèles linguistiques XXVI, 2, 51, 135-144.

Philps, Dennis, 2006. « From mouth to hand », in The Evolution of Language. A. Cangelosi, A. Smith & K. Smith (dir.), New Jersey/Londres/Singapour: World Scientific Publishing, 247-254, http://www.tech.plym.ac.uk/socce/evolang6/program.htm

Plag Ingo, 2003. Word-Formation in English. Cambridge : Cambridge University Press.

Tournier, Jean, 1985. Introduction descriptive à la lexicogénétique de l’anglais contemporain. Paris-Genève : Champion-Slatkine.

Wallis, John, 1653. Grammatica Linguæ Anglicanæ, réédition de 1969 (n° 142, dir. R. C. Alston). Menston: The Scolar Press.

Waugh, Linda R., 1993. « Les degrés d’iconicité diagrammatique dans le lexique », in Faits de langue 1, Motivation et iconicité. Paris: Presses Universitaires de France.

Waugh, Linda R., & Newfield, Madeleine, 1995. « Iconicity in the Lexicon and its Relevance for a Theory of Morphology », in Syntactic Iconicity and Linguistic Freezes: The Human Dimension, dir. M. Landsberg. Berlin: Mouton de Gruyter, 189-221.

Top of page

References

Electronic reference

Dennis Philps, « Introduction », Lexis [Online], 2 | 2008, Online since 10 November 2008, connection on 28 June 2017. URL : http://lexis.revues.org/686

Top of page

About the author

Dennis Philps

Université de Toulouse-Le Mirail

By this author

Top of page
  • Logo Centre d’études linguistiques
  • Logo Université Jean Moulin – Lyon 3
  • Revues.org