Skip to navigation – Site map

Introduction

Aurélia Paulin and Jennifer Vince
This article is a translation of:
Introduction

Full text

1Phénomène très ancien dont on parle depuis Aristote, l’emprunt linguistique est universel. En effet, les langues sont en contact depuis des siècles et des siècles, pour des raisons diverses, majeures et mineures : historiques, politiques, économiques et sociales, culturelles et touristiques, pour mentionner les plus importantes. Il en résulte des interférences linguistiques.

2La langue qui emprunte va attirer divers éléments étrangers, et l’emprunt va pouvoir être graphique (par exemple : une lettre), phonologique (par exemple : un phonème), morphosyntaxique (par exemple : la structure nom déterminé + préposition + nom déterminant) ou lexical. L’emprunt lexical reste le plus important statistiquement parlant et se divise de la façon suivante : morphologique où seul le signifiant est emprunté ; sémantique où le signifié est emprunté, et morpho-sémantique où signifié et signifiant sont conjointement empruntés.

3Non intégrés, en voie d’intégration et intégrés, les emprunts sont assimilés, de manière graphique, phonique, sémantique ou flexionnelle. Dans le contact des langues mentionné ci-dessus, l’anglais occupe une place primordiale. En plus d’être une grande puissance dans différents domaines tels que la guerre, la colonisation, le commerce, etc., la Grande Bretagne a fait montre d’un grand libéralisme linguistique dans le sens où elle a su s’adapter avec beaucoup de souplesse aux autres systèmes linguistiques. Pour des raisons historiques et géographiques, les Etats-Unis sont l’exemple parfait de l’ouverture aux langues étrangères et locales. Est-il nécessaire de mentionner la suprématie socio-économique de ces derniers et sa puissance culturelle qui font de l’anglais la langue de communication universelle ? Ainsi, la langue anglaise se partage-t-elle entre langue d’emprunt et langue emprunteuse. En tant que langue emprunteuse, l’anglais a emprunté à plus de 350 langues, et il continue à s’enrichir de la même façon. Cette tendance se manifeste très nettement dans les cinq articles présentés dans ce numéro, qui portent tous sur les richesses apportées à la langue anglaise par d’autres langues.

Contexte historique

4L’arrivée de mots d’emprunt en anglais a souvent fait l’objet d’études de repérages, quelquefois avec une certaine animosité telles les réactions provoquées par la vague d’emprunts du XVIe siècle. Au XVIIIe siècle, la publication du Dictionary of the English Language de Samuel Johnson, marqua une véritable tentative méthodique visant à introduire une certaine stabilité dans la langue, mais sans exclure les mots d’emprunt qu’il répertoriait, définissait et illustrait au même titre que les autres éléments du lexique, son but étant de « register the language ». Ce n’est qu’au XXe siècle que les premiers classements et catégorisations des emprunts ont vu le jour, proposés par Einar Haugen en 1950. Sa typologie fait d’ailleurs toujours référence en la matière.

Axes d’analyse

5L’étude de l’emprunt a tendance à prendre trois formes distinctes :

1. La dynamique de l’emprunt

  • les mécanismes de l’emprunt

  • sa motivation

  • le processus d’assimilation, et les problèmes posés ensuite par sa traduction

2. Les relations et échanges entre communautés linguistiques

  • l’emprunt dans un contexte historique

  • les emprunts qui résultent du contact entre deux communautés bien précises (directement ou indirectement)

3. Manifestation de l’emprunt dans des domaines spécifiques

  • domaines sociologiques

  • domaines scientifiques et techniques

6Ces trois axes d’analyse se retrouvent dans les cinq articles de ce numéro, et nous terminerons cette introduction par un bref résumé de ces derniers.

7Deux auteurs proposent des études de langues en contact (directement ou indirectement), et analysent les emprunts linguistiques qui en découlent. Tan Siew Imm (National Institute of Education, Singapore) explore la nature spécifique de la variété d’anglais qui s’appelle Malaysian English (l’anglais malais), créé du contact qui existe depuis 200 ans entre l’anglais et le malais. Toutefois, le travail de l’auteur dépasse largement l’examen de simples questions d’acculturation linguistique, son objectif étant l’exploration des processus linguistiques à l’origine du phénomène de l’emprunt, et ceci à travers la recherche des procédés linguistiques ayant pour but l’amélioration des qualités communicatives et expressives de l’anglais malais. Cette étude propose une analyse des emprunts malais relevés par l’auteur dans le Malaysian English Newspaper Corpus sur une période de six mois, entre août 2001 et janvier 2002. Dans son analyse de ce corpus, constitué en fait de lexies empruntées par des non-anglophones, l’auteur cherche à démontrer la régularité et la stabilité des processus repérés afin de pouvoir proposer, par la suite, une éventuelle codification du lexique du Malaysian English.

8Jason D. Haugen (Oberlin College, USA) présente un inventaire des lexies empruntées à la langue nahuatl, une langue aztèque, répertoriées en tant que telles dans The Oxford English Dictionary. A la différence d’études généralement menées sur des langues en contact, le travail de J.D. Haugen porte sur deux langues en contact indirect, à savoir que le processus de l’emprunt se produit au travers de langues intermédiaires. Dans le cas présent, les langues en question sont l’espagnol continental, datant surtout du XVIe siècle à l’époque de la colonisation de l’Amérique centrale, et l’espagnol mexicain à l’époque actuelle. Le corpus comporte 96 lexies, qui sont d’abord classées par domaines sémantiques, puis par ordre d’apparition chronologique. La dernière partie est consacrée à l’analyse des exemples d’adaptation phonologique et morphologique relevés par l’auteur dans ce corpus.

9La langue anglaise bénéficie depuis des années d’une position sans précédent si l’on considère l’état des langues du monde, ce pour des raisons entre autres historiques, politiques, sociales, militaires, et bien sûr économiques. C’est effectivement la langue de communication universelle et, dans le cas qui nous concerne ici, la langue de communication économique. Magdalena Bielenia-Grajewska (University of Gdansk) étudie l’importance de l’emprunt linguistique dans le domaine économique de l’anglais en analysant un corpus d’environ 300 lexies provenant de différentes langues influentes, lexies qui ont été sélectionnées dans des livres d’économie parus entre 1982 et 2008. L’auteure se questionne sur l’aspect historique, avant de s’orienter sur les diverses façons dont les emprunts ont modifié le lexique de l’économie. A quelles langues l’anglais contemporain a-t-il le plus emprunté ? Il est d’usage de penser au français, à l’espagnol, et dans certains cas à l’allemand, mais Magdalena Bielenia-Grajewska démontre que d’autres langues jouent également un rôle non négligeable dans le processus d’emprunt. L’article se termine sur la situation future des emprunts dans la communication économique.

10Certains auteurs ont choisi de traiter les emprunts linguistiques dans un but traductologique, et non pas de l’emprunt dans un domaine bien particulier. La traduction de mots, de phrases ou de textes d’une langue à une autre passe forcément par la compréhension d’un message original (qui implique connaissances linguistiques et extralinguistiques) dans une langue source, d’une déverbalisation de la forme linguistique, pour exprimer dans une langue cible le contenu sémantique, c’est-à-dire entre autres la dénotation, la connotation et le registre. Traduire est très souvent ici synonyme d’interpréter. Corinne Wecksteen (Université d’Artois) s’intéresse aux emprunts français en anglais dans une perspective traductologique. En effet, l’emploi d’une lexie étrangère dans un texte n’est pas dû au hasard et a forcément des conséquences sur l’aspect connotatif. Elle se propose, dans une première partie, d’introduire les diverses motivations des emprunts français en anglais et d’analyser les modes de signalement dans un texte afin de voir les glissements et changements de sens opérés. Dans une deuxième partie, elle étudie les stratégies de traduction mises en place dans un corpus d’œuvres de fiction anglaise et américaine des XIXe et XXe siècles. La traduction correspond-elle à un « coup de théâtre » ou à un « coup de grâce » ?

11Frédérique Brisset (Université d’Orléans) développe dans son article un autre point de vue traductologique appliqué à l’emprunt au yiddish de l’anglais américain des films de Woody Allen. A partir d’un corpus de dialogues imaginés par le cinéaste des années 1977 à 1996, l’auteure s’intéresse à l’intégration sémantique, graphique et phonique du cas de l’argot avant d’analyser les emprunts à motivation technique : que faire entre autres des noms propres et du « technolecte » religieux ? Peut-on dire que le doublage sera mené par l’anticipation de la quasi-méconnaissance de la référence culturelle ?

Top of page

References

Electronic reference

Aurélia Paulin and Jennifer Vince, « Introduction », Lexis [Online], 3 | 2009, Online since 27 July 2009, connection on 27 May 2017. URL : http://lexis.revues.org/627

Top of page

About the authors

Aurélia Paulin

Université de Franche-Comté (Besançon), France

By this author

Jennifer Vince

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, France

Top of page
  • Logo Centre d’études linguistiques
  • Logo Université Jean Moulin – Lyon 3
  • Revues.org