Skip to navigation – Site map
Papers

Affiner la description des termes dans les dictionnaires généraux : l’apport d’un corpus de vulgarisation

Amélie Josselin-Leray

Abstracts

The aim of the paper is to show how useful a popular-science corpus can be to improve the inventory and description of terminological units in general-purpose dictionaries. The article first discusses the role of corpora in general-purpose lexicography and explains how they are used in the dictionary-writing process. In the second section of the article, the methodology used in this study is described. The study, which focuses on the field of volcanology, compares the data found in six general-purpose dictionaries (two English monolingual dictionaries, two French monolingual dictionaries, and two French/English bilingual dictionaries) to those found in two popular-science corpora (one French/English comparable corpus, and one bi-directional translation corpus). The first part of the analysis deals with the macrostructure of the dictionaries, and determines how many terms (among the 220 picked in the comparable corpus–110 per language) are listed and what types of terms they are. The second part focuses on the microstructure, and shows how resorting to a corpus can improve the grammatical indications, definitions and equivalents of a number of terms.

Top of page

Outline

Top of page

Full text

Merci à Josette Rebeyrolle et à Anne Przewozny-Desriaux pour leurs précieux conseils et leurs relectures attentives.

Introduction

1Lexicographie oblige, quelques précisions lexicales s’imposent à l’orée de ce travail. Nous entendons par terme une unité lexicale relevant d’une langue de spécialité. Plus précisément, nous faisons nôtre la définition de L’Homme [2002a : 20] :

terme désigne toute unité lexicale dont le sens peut être appréhendé et décrit en fonction des rapports de cette unité avec un domaine de la connaissance humaine. Les termes sont des noms (ex. : commerce de détail, logiciel), des verbes (ex. configurer, enchérir), des adjectifs (ex. : compatible, publiposté) ou des adverbes (ex. : linguistiquement). Les termes peuvent être simples (ex. : hypermarché, souris) ou complexes (ex. : moteur à explosion, système d’exploitation). Les termes complexes sont généralement décrits comme des termes simples même si leur sens est compositionnel.

2Cette définition a pour intérêt qu’elle s’articule autour de trois dimensions essentielles du terme, à savoir : concept, domaine et morphologie. Elle en oublie peut-être une, qui est celle du fonctionnement en discours. En effet, comme n’importe quelle unité lexicale, le terme s’insère dans le discours. La dimension discursive du terme est d’ailleurs manifeste à travers le mot qu’utilisent Boulanger & L’Homme [1991] pour désigner les terminologies, à savoir le mot technolecte.

  • 1 Sondage effectué auprès de 346 utilisateurs de dictionnaires unilingues (français ou anglais) et 30 (...)

3Si nombre d’auteurs (comme Mortureux [1995 : 22-23]) s’accordent à dire que l’on peut définir le terme comme l’unité lexicale utilisée par les spécialistes lorsqu’ils parlent de leur domaine, il faut reconnaître que les termes ne sont pas cantonnés aux seuls discours spécialisés (ou communication entre experts) : ils circulent, comme le fait très justement remarquer ce même auteur [ibid. : 22]. Et c’est justement parce que les termes circulent qu’ils se retrouvent dans les dictionnaires dits de langue générale. Même s’il s’agit là d’une sorte de paradoxe qu’il convient de souligner, force est de constater, d’une part, que les termes occupent une place non négligeable dans les dictionnaires de langue, place qui semble par ailleurs en constante expansion (cf. Mazière [1981 : 82] et Landau [1989 : 21]), et d’autre part, que personne ne semble remettre en cause cet état de fait : ni les lexicographes qui s’en enorgueillissent sur les quatrièmes de couverture de leurs ouvrages, ni les métalexicographes, comme Boulanger [2001 : 247], qui trouvent cela bien naturel, ni les utilisateurs qui, on le sait bien, veulent des dictionnaires qui contiennent les mots difficiles, donc les termes — c’est d’ailleurs ce que confirment les résultats d’un sondage effectué en 2003-20041, selon lesquels jusqu’à 54% des personnes interrogées ne se disent pas prêtes à acquérir un dictionnaire de langue générale qui ne contiendrait pas de mots scientifiques et techniques (Josselin-Leray [2005 : 330]).

  • 2 La critique est facile et récurrente ; en effet, le dictionnaire est toujours jugé sur l’absence du (...)

4Malgré tout, selon cette même enquête, les utilisateurs se disent dans l’ensemble plutôt insatisfaits du traitement réservé à ce type d’unité lexicale dans les dictionnaires, que ce soit au niveau de la macrostructure2 ou de la microstructure [ibid. : 358-362]. Tandis que beaucoup d’études s’attachent à démontrer, de manière globale, comment le recours à un corpus électronique peut améliorer le traitement de la langue générale dans les dictionnaires généraux (Sinclair et al. [1987], Atkins [1994], Teubert [2001], Béjoint [2007]), il en est peu qui viennent s’attacher au traitement de la langue spécialisée dans ces dictionnaires. Nous espérons donc ici combler un manque.

5Après un bref exposé sur le rôle du corpus en lexicographie et en terminologie, nous détaillons la méthodologie de notre étude qui a consisté en l’analyse approfondie du traitement de la terminologie de la volcanologie dans six dictionnaires (deux dictionnaires unilingues en français, deux dictionnaires unilingues en anglais, deux dictionnaires bilingues anglais / français) à la lumière des données fournies par un corpus de vulgarisation de ce domaine. Dans une troisième partie, nous livrons les résultats de cette analyse concernant la macrostructure, puis dans une quatrième partie les résultats propres à la microstructure.

1. Dictionnaires, termes et corpus

1.1. Place du corpus en lexicographie générale

1.1.1. Lexicographie et corpus : cadre général

6La démarche lexicographique du XXIe siècle est-elle fondamentalement différente de celle que décrivait John Sinclair en 1985 ? Selon lui, le lexicographe qui compile ses données s’appuie sur les trois sources suivantes : (1) son intuition de linguiste, (2) les dictionnaires préexistants, (3) des textes représentant la langue telle qu’elle est réellement utilisée. C’est toujours le cas aujourd’hui, à ceci près qu’avec l’avènement de l’informatique, la troisième source, désormais sous forme de corpus électronique, s’est taillé la part du lion et a pris le pas sur les deux premières (autrefois, l’introspection du lexicographe concernant le choix des unités et des sens à retenir primait sur la fréquence d’usage, comme l’explique Béjoint [2007 : 36]).

1.1.2. Termes et dictionnaires généraux : une prépondérance accrue du corpus

  • 3 Sur la question de la compatibilité des modèles et des méthodes entre lexicographie et terminologie (...)

7Comme nous l’avons déjà signalé, plusieurs études ont démontré l’intérêt que présentait le recours à un corpus pour la description lexicographique de la langue générale (notamment Atkins [1994] ou Sinclair [1987]). Ce recours semble plus crucial encore dans le cas des langues de spécialité, ou du moins, dans le cas fréquent du lexicographe ayant à traiter des langues de spécialité ou terminologies dans le cadre d’un dictionnaire général. En effet, comme l’expliquent Meyer & Mackintosh [1996 : 265], les terminologues peinent à procéder par introspection et sont donc très dépendants de leur documentation. Que dire alors du lexicographe « généraliste » qui travaille sur diverses langues de spécialité pour lesquelles il est pour la plupart du temps novice ? De plus, la tendance générale est au rapprochement des méthodes entre lexicographes et terminologues3 étant donné l’évolution théorique majeure qu’a connue la terminologie au cours des quinze dernières années. En effet, ce qui a longtemps différencié la lexicographie de la terminologie était le sens de sa démarche : tandis que les lexicographes procédaient de manière sémasiologique (de la désignation au concept), les terminologues disaient procéder de manière onomasiologique (du concept à la désignation) ; depuis quelques années s’est développé le courant de la « terminologie textuelle » pour lequel « l’activité de construction d’une terminologie est désormais essentiellement une tâche d’analyse de corpus textuels », comme l’expliquent Bourigault & Slodzian [1999 : 30].

1.2. Utilisation des corpus dans le processus de la rédaction dictionnairique

1.2.1. Quels corpus ?

8Nous avons indiqué plus haut quels dictionnaires avaient innové en se servant de corpus électroniques pour la première fois. Aujourd’hui, qu’en est-il pour les dictionnaires usuels de langue générale ? Les dictionnaires sont parfois peu bavards sur les corpus utilisés lors de leur élaboration, et dans certains cas il est assez difficile d’établir s’ils reposent sur de réels corpus électroniques ou sur de simples collections de texte. De manière générale, on note une grande disparité entre les dictionnaires de langue française et les dictionnaires de langue anglaise. Béjoint [ibid. : 34] indique ainsi qu’il ne dispose d’aucune information sur les corpus des dictionnaires français les plus vendus, le Petit Larousse et le Petit Robert, « alors que les corpus utilisés par les dictionnaires [britanniques] sont connus, décrits et souvent même accessibles, en tout ou en partie ».

9Lorsqu’on s’intéresse plus particulièrement aux corpus utilisés pour décrire les termes dans les dictionnaires généraux, le problème semble devenir encore plus épineux. Ainsi, comme le font remarquer Boulanger & L’Homme [1991 : 29] :

La majorité des dictionnaires ne précise pas vraiment quelle est la provenance des contingents technolectaux.

10Cette affirmation est toutefois nuancée, et il est vrai que certains dictionnaires ou lexicographes sont plus loquaces que d’autres sur les sources d’où sont tirés les termes inclus dans les dictionnaires. Par exemple, Candel [1979 : 114] commente en ces termes la richesse de la documentation du TLF :

Le très grand nombre d’œuvres dépouillées par le TLF permet aux articles de ce dictionnaire d’être particulièrement développés, et de présenter un choix important d’exemples. Ainsi, alors que l’emploi de baril en métrologie n’est pas attesté par le [Grand Robert], ni par le [Grand Larousse], il est défini, dans le TLF, par un dictionnaire récent, [le] Dictionnaire de l’économie contemporaine, 1968, et illustré par un exemple extrait de Pétroles naturels et artificiels, de [...] 1931, une seconde définition étant extraite du complément au dictionnaire de l’Académie de 1842.

11Ces deux exemples, ainsi que bien d’autres (voir notamment Boulanger & L’Homme [1991 : 29], à propos de la constitution des sources du Grand Larousse), montrent que, pour la sélection des termes à inclure dans le dictionnaire général, les dictionnaires font appel à deux sources : d’une part, à des locuteurs de niveaux de spécialisation différents, à savoir des lexicographes non spécialisés, des traducteurs spécialisés, des spécialistes du domaine (comme en témoignent d’ailleurs les listes des contributeurs recensés dans les parties introductives des dictionnaires) ; d’autre part, à des textes de nature différente et de degré de spécialisation différents.

1.2.2. Intégration du corpus aux diverses étapes de la rédaction dictionnairique

12A quel(s) niveau(x) du processus de l’élaboration d’un dictionnaire le recours au corpus intervient-il ? L’émergence des corpus sous forme électronique a, semble-t-il, bouleversé les deux premières étapes de sélection des mots-vedettes et de recueil des données sur la langue en usage (Roberts [1992 : 100], Svensén [1993 : 250-271)]. Peu de lexicographes se sont exprimés en détail sur la chronologie du processus. Seuls deux exemples sont assez parlants sur le sujet et nous semblent intéressants à évoquer même s’ils représentent des cas particuliers : un exemple concernant la lexicographie unilingue anglaise, et un exemple concernant la lexicographie bilingue (anglais / français).

13Pour ce qui est des dictionnaires unilingues, Sinclair et ses collaborateurs [1987] ont décrit par le menu leur utilisation du corpus The Birmingham Collection of Texts pour divers aspects du dictionnaire pour apprenants The Collins Cobuild. Ainsi, d’après les informations données par Ramesh Krishnamurthy (“Senior Compiler”) dans le chapitre intitulé “The Process of Compilation” [Sinclair, 1987 : 62-85], il semble que le corpus soit utilisé dès la première étape décrite plus haut. En effet, Krishnamurthy explique qu’à quelques exceptions près, un mot-vedette figurant dans la version préliminairement dressée de la nomenclature mais dont aucune occurrence n’est par la suite trouvée dans le corpus principal n’est pas retenu pour figurer dans la nomenclature finale du dictionnaire. La politique générale est que le corpus est primordial, et que les ouvrages de référence existants ne sont que secondaires et consultés uniquement après l’analyse approfondie des données du corpus.

14En ce qui concerne les dictionnaires bilingues, Atkins [1994] nous livre dans l’introduction même du dictionnaire Oxford-Hachette le mode d’emploi du corpus dans une partie intitulée « How do we use a corpus? ». Elle y explique que la première étape se fait de manière traditionnelle : dans chaque langue, des lexicographes établissent des sortes de pré-entrées dictionnairiques ou grilles à partir d’ouvrages de référence existants ; ces grilles sont ensuite traduites puis redonnées à d’autres lexicographes qui procèdent à des ajouts ou à des vérifications en se basant sur les données du corpus.

15Après ce tour d’horizon de la place qu’occupe, dans tous les sens du terme, le corpus dans la lexicographie générale, il est temps d’expliciter les conséquences que nous en tirons pour le protocole à suivre pour notre propre étude.

2. Méthodologie de l’étude

2.1. Présentation du protocole

16Pour l’ensemble de notre démarche, nous avons tenté de nous rapprocher du rôle du lexicographe du XXIe siècle qui vit avec son temps, intégrant les nouvelles technologies d’une part et les changements théoriques affectant la terminologie d’autre part.

2.1.1. Choix du domaine, de la philosophie de la démarche et du type de corpus

17Le but de notre étude étant de démontrer comment l’utilisation d’un corpus peut permettre d’affiner le recensement et la description d’un certain type d’unité lexicale dans les dictionnaires de langue générale, il fallait tout d’abord choisir un domaine d’application dont la terminologie soit d’une part relativement limitée et d’autre part assez populaire pour avoir droit de cité dans les dictionnaires généraux, qui reflètent la culture de la société qui les produit. C’est une des raisons pour lesquelles notre choix s’est porté sur le domaine de la volcanologie. La volcanologie est en effet un domaine tout particulièrement bien vulgarisé en France, et fait donc l’objet, semble-t-il, d’une attention privilégiée dans les dictionnaires français (par exemple, le volcanologue J.-M. Bardintzeff est désormais conseiller scientifique du Petit Larousse), ce qui corrobore le constat fait par Laurian [2006 : 357] :

Le dictionnaire [bilingue] de petit format s’adressant à un vaste public doit représenter ou transporter une image de la science également grand public […] De domaines privilégiés en terrains de prédilection, on aura probablement un choix de disciplines qui correspondra aux attentes d’un public friand de connaissances limitées.

  • 4 Pour plus de détails sur cette comparaison, voir Josselin-Leray [2005 : 88-114].

18Il fallait ensuite établir l’orientation générale de notre démarche. En effet, plusieurs études métalexicographiques ont déjà tenté d’évaluer le traitement des termes dans les dictionnaires de langue générale. Une comparaison fine de toutes les méthodes utilisées aboutit à la conclusion suivante4 : jusqu’à présent, trois méthodes différentes ont été utilisées par les chercheurs. La première consiste à utiliser les dictionnaires de langue générale comme point de départ, méthode qui se décline sous trois formes : (i) Wesemael & Wesemaël [2003] ont décidé d’analyser, dans la première partie de leur article, des néologismes scientifiques (issus de domaines scientifiques différents) cités par les auteurs du Nouveau Petit Robert de 2002 dans la préface ; (ii) d’autres auteurs, plus nombreux, procèdent en « prélevant » des échantillons dans telle ou telle lettre du dictionnaire, repérés par le biais d’une étiquette de domaine (Mazière [1981], Boulanger [2001]) ; (iii) enfin, un auteur (Rodriguez Reina [1999]) a dépouillé linéairement le dictionnaire général pour y trouver les termes d’un domaine précis (les termes maritimes). La deuxième méthode utilise comme point de départ des dictionnaires spécialisés du domaine. Plusieurs auteurs, dont Candel & Humbley [1997] et Thoiron [1998], relèvent des termes (dans les domaines respectifs de la géomorphologie pour les premiers et de la médecine pour le deuxième) dans des répertoires spécialisés, puis confrontent les données de ces ouvrages à celles tirées des dictionnaires généraux. La troisième méthode, utilisée par seulement deux études, se fonde sur des textes où circulent des mots du domaine, soit des articles de journal, soit des ouvrages de vulgarisation. C’est ainsi que Mazière [1981] étudie les termes d’un article du Monde des Sciences et que Wesemael & Wesemaël [2003] décortiquent un article de Pour la Science. Ces derniers ont également « parcouru […] le célèbre ouvrage de vulgarisation astronomique Patience dans l’azur (Reeves 1981) » [ibid. : 151].

19On voit donc que les études faisant primer le contexte d’utilisation des termes, c’est-à-dire s’appuyant sur une forme de corpus, sont peu nombreuses ; et aucune étude n’utilise de corpus électronique pour l’analyse. Baser notre travail sur un corpus présente donc un caractère novateur, et s’inscrit dans la droite ligne des pratiques des lexicographes telles que nous les avons décrites plus haut. Nous avons jugé que le corpus adéquat pour la description de la terminologie de la volcanologie à des fins de lexicographie générale serait un corpus de vulgarisation. A l’instar de Delavigne [2001], il nous paraît en effet légitime d’utiliser des textes de vulgarisation comme support terminologique. Par ailleurs, Candel [1994 : 191] et Mortureux [1994 : 66] notent toutes deux la pertinence du recours à de tels textes dans le contexte de la lexicographie générale, expliquant que les lexicographes peuvent mettre immédiatement à profit les définitions et reformulations qui s’y trouvent, et que les exemples y figurant sont sans doute « plus éclairants » [Mortureux, ibid. : 72] que ceux trouvés dans les discours spécialisés.

2.1.2. L’utilisation de corpus de vulgarisation : la démarche pas à pas

20Notre démarche s’est apparentée à ses débuts à celle de la terminologie textuelle. En effet, un corpus de vulgarisation a constitué le point de départ de notre analyse. Nous avons en réalité élaboré et utilisé deux types de corpus bilingues, dont nous présentons le contenu plus bas (section 2.2.1) : (i) un corpus comparable anglais-français, tel que le définissent Altenberg & Granger [2002 : 7-8] : « comparable corpora consist of original texts in each language, matched as far as possible in terms of text type, subject matter and communicative function », et (ii) un corpus traduit bi-directionnel anglais-français, tel que le définissent ces mêmes auteurs [ibid. : 8] :

Translation corpora consist of original texts in one language and their translations into one or several other languages. If the translations go in one direction only (from language A to language B) they are unidirectional; if they go in both directions (from language A to language B and from language B to language A) they are bi-directional.

21Grâce à l’analyseur syntaxique de corpus Syntex (cf. Bourigault et al. 2005), nous avons extrait du corpus comparable, pour chaque langue, une liste de candidats-termes (termes simples et termes complexes). Une analyse fine des données du corpus nous a permis d’établir une liste de termes dont nous avons ensuite étudié le traitement dans un certain nombre de dictionnaires généraux ; mais cette analyse a impliqué un retour fréquent au corpus afin de pouvoir bénéficier de l’éclairage des contextes. En effet, notre démarche n’est pas figée dans un seul sens, qui serait celui d’un mouvement du corpus vers les dictionnaires. Ce va-et-vient constant entre corpus et dictionnaires a caractérisé l’ensemble du travail. Nous avons synthétisé notre démarche, que l’on pourrait qualifier de circulaire, dans le schéma qui suit (fig.1). Précisons enfin que le corpus traduit n’a été utilisé que dans un second temps, afin de rechercher ou de vérifier les équivalents des termes identifiés dans le corpus comparable.

Figure 1. Schématisation de la démarche d’analyse

Figure 1. Schématisation de la démarche d’analyse

22Prenons juste un exemple pour illustrer la complexité de la démarche, celui du verbe erupt. Ce terme a été retenu parmi les candidats-termes extraits par Syntex : il s’agissait du verbe le plus fréquent (nombre d’occurrences fourni par Syntex : 554). En dépouillant les données des dictionnaires bilingues étudiés (qui seront présentés en détail dans la section 2.2.2), tout en parcourant simultanément des données du corpus comparable, nous avons pu constater une disparité majeure : alors que les dictionnaires bilingues présentent ce verbe de manière fort simple, comme en attestent les entrées suivantes :

Figure 2. Entrée erupt du Harrap’s Shorter sur CD-ROM (2000)

Erupt (…) vi

(a) (of volcano) entrer en éruption (b) (of violence, anger, sound) éclater; (of person) exploser the stadium erupted in a huge roar le stade a éclaté d’un énorme rugissement (c) (of teeth) percer; (of spot) sortir his face erupted in spots son visage s’est couvert de boutons

Figure 3. Entrée erupt du Dictionnaire Oxford-Hachette sur CD-ROM (1996)

Erupt (…) intransitive verb

1

[volcano] entrer en éruption;

2

figurative [war, violence, gunfire] éclater; [laughter, cry] jaillir, éclater; [person] (with anger) éclater (with de);

   3

   medicine [rash] apparaître; dentistry [tooth] percer.

23Les données du corpus révèlent un fonctionnement du verbe bien plus complexe. En parcourant les contextes fournis par Syntex, nous sommes en effet tombée sur les phrases suivantes :

(1) In July 1986, just as it appeared that Puu Oo would start the 48th episode, magma began to erupt from new fissures at the base of the cone.

(2) During the subaerial shield building stage aa and pahoehoe erupt from the summit area and rift zones.

(3) After periods of volcanic quiescence lasting as long as hundreds of thousands to even a million years, some Hawaiian volcanoes erupt alkalic volcanic products.

(4) Pillow lavas are volumetrically the most abundant type because they are erupted at mid ocean ridges.

24Les contextes (1) et (2) montrent que des sujets autres que volcano, à savoir magma ou encore des types de lave comme aa and pahoehoe peuvent être utilisés pour le verbe erupt. Or, il n’y a trace de ces sujets dans aucun des deux dictionnaires bilingues.

25De plus, dans les contextes (3) et (4), le verbe erupt est utilisé de manière transitive, emploi qui n’est mentionné dans aucun des deux dictionnaires bilingues analysés, et qui n’est mentionné (de manière très sommaire) que dans le dictionnaire unilingue American Heritage College Dictionary (1996), de la manière suivante : « --tr. To force out violently ».

  • 5 A Teacher’s Guide to the Geology of Hawaii Volcanoes National Park, dont le texte est consultable s (...)

26Enfin, dans ces quatre cas, l’équivalent français du verbe erupt n’est pas entrer en éruption. Etant donné que les quatre extraits proviennent de la même source5, nous nous sommes demandée s’il ne s’agissait pas là d’un phénomène idiolectal. Nous avons donc analysé l’ensemble des 554 occurrences du verbe dans la partie anglaise du corpus comparable, ce qui nous a permis de constater que cette construction transitive n’était pas limitée à une seule source. Nous avons donc établi la proportion de chaque construction du verbe, avons cherché des équivalents potentiels dans la partie française du corpus comparable, puis avons analysé les 44 occurrences de ce verbe dans le corpus traduit, afin d’étudier les traductions possibles, le tout en regardant également comment ce verbe était présenté dans les dictionnaires unilingues anglais.

27Examinons à présent plus en détail notre manière de procéder pour l’analyse de la macrostructure et de la microstructure du dictionnaire.

2.1.3. Analyse de la macrostructure et de la microstructure

  • 6 Ceci peut laisser à penser que la démarche dite d’apprentissage endogène utilisée par Syntex (c’est (...)
  • 7 Le relevé des 110 termes, ainsi que la liste des critères de sélection et l’explication des divers (...)

28L’extraction automatique de termes effectuée par Syntex nous a livré une liste qui n’était pas exploitable directement car elle contenait beaucoup de « bruit », et un travail de sélection des termes potentiels s’est avéré nécessaire. Par exemple, Syntex nous livrait comme résultats « bruts » de l’extraction 7095 noms communs simples en anglais et 7836 en français6… En ayant établi de manière rigoureuse une liste précise de critères de rétention et de rejet, nous sommes parvenue, non sans mal, à un ensemble de 110 termes anglais et de 110 termes français, qui ne sont pas nécessairement des équivalents traductionnels les uns des autres7. Parmi ces 110 termes, nous avons retenu, pour chacune des langues : 52 noms simples ; 36 syntagmes nominaux, dont certains sont des noms composés, et d’autres des collocations ; 16 adjectifs ; 6 verbes, syntagmes verbaux, ou collocations verbales.

29Ces chiffres (110, 52…) n’ont pas été choisis de manière arbitraire : afin de choisir combien de termes retenir pour l’analyse, nous avons décidé de tenter de comptabiliser combien de termes du domaine de la volcanologie étaient inclus en moyenne dans les dictionnaires généraux que nous étudions. Nous avons donc procédé à un dénombrement approximatif dans chacun des dictionnaires unilingues étudiés. Le décompte précis des termes dans les dictionnaires généraux n’est pas chose aisée, comme l’ont constaté bon nombre de nos prédécesseurs, notamment Thoiron [1998 : 624] qui, s’intéressant à la terminologie médicale, explique qu’« il ne suffit pas de compter les étiquettes Médecine de la version publiée pour connaître le nombre de termes médicaux dans [OXHA] ». La méthode de repérage des termes grâce à une étiquette de domaine étant de toute manière totalement invalide dans notre cas (puisque l’étiquette Volcanologie n’existe dans aucun des six dictionnaires que nous analysons), nous avons procédé par recherche de mots-clés en texte intégral (pour l’anglais : volcano et ses dérivés, erupt et ses dérivés, lava ; pour le français, volcan et ses dérivés, éruption et ses dérivés, ainsi que lave). A ce stade, il ne s’agissait pas d’effectuer un comptage exact et précis, mais d’avoir uniquement un ordre de grandeur de ce que proposent les dictionnaires dans le domaine de la volcanologie pour que notre propre liste de termes soit d’un ordre de grandeur comparable.

30Pour l’analyse de la macrostructure des dictionnaires existants, les 110 termes français ont fait l’objet d’une recherche dans les dictionnaires unilingues français et d’une recherche dans les deux sections des dictionnaires bilingues anglais-français — ils ont été recherchés à la fois comme entrées en langue source dans la section français-anglais, et comme équivalents en langue cible dans la section anglais-français. Les 110 termes anglais ont été recherchés dans les dictionnaires unilingues anglais ainsi que dans les deux sections des dictionnaires bilingues anglais-français. Les dictionnaires analysés ont été en partie choisis parce qu’ils disposent d’une version CD-ROM assez élaborée, qui permet notamment la recherche en texte intégral. La plupart d’entre eux disposent de plus d’une fonction de recherche utilisant les opérateurs booléens tels que et ou and, ce qui permet de trouver plus facilement les unités terminologiques complexes (volcan en éruption, (to) spew ash, etc.). Cette méthode est certes avantageuse car elle permet l’accès à une information plus complète et plus détaillée (il est possible d’aller dénicher tous les secrets que le dictionnaire ne livre pas de prime abord), mais elle a l’inconvénient d’être fort fastidieuse et il faut veiller à ne pas se perdre dans les méandres du dictionnaire : par exemple, la recherche en texte intégral de l’adjectif volcanique dans le NPR révèle que ce terme figure dans 56 entrées du dictionnaire... Un tri s’imposait donc, et certains critères devaient de nouveau être établis pour considérer que le terme était réellement répertorié dans le dictionnaire. Nous y reviendrons plus en détail. Nous analyserons tout d’abord le traitement des 110 termes anglais et des 110 termes français au niveau de la macrostructure, puis le traitement de certains de ces 110 termes pour des points particuliers de la microstructure.

2.2. Présentation des outils

2.2.1. Les corpus de vulgarisation : bref aperçu

31Présentons maintenant à grands traits les caractéristiques générales des deux corpus constitués par nos propres soins. Le corpus comparable et le corpus traduit comportent des textes en langue anglaise (variétés britannique, américaine et canadienne) et en langue française (variétés française et canadienne) portant sur le domaine de la volcanologie. Le corpus comparable comporte environ 400 000 mots par langue, soit un total d’environ 800 000 mots tandis que le corpus traduit contient environ 100 000 mots par langue, soit 200 000 mots au total. Nos deux corpus sont donc d’une taille adaptée à nos besoins si l’on se réfère aux conseils de Bowker & Pearson [2002 : 48] : “In our experience, well-designed corpora that are anywhere from about ten thousand to several hundreds of thousands of words in size have proved to be exceptionally useful in LSP studies.” La période couverte par les deux corpus est d’une vingtaine d’années (de la fin des années 1970 jusqu’aux années 2000). Les textes inclus sont des textes écrits, entiers, de source fiable et que l’on peut considérer comme des « textes de vulgarisation », même si l’appellation recouvre en réalité plusieurs types de discours (du discours du quotidien généraliste au discours de semi-vulgarisation, en passant par exemple par le discours pédagogique). Les tableaux qui suivent (tableaux 1 et 2) présentent de manière récapitulative les divers niveaux de subdivision du corpus selon le type de texte (nom des subdivisions et taille en nombre de mots) et mettent côte à côte divers exemples de documents anglais et français comparables ou traduits.

Tableau 1. Composition du corpus comparable

  • 8 United States Geological Survey

Type de document

Ex. de titres français

Nombre de mots

Ex. de titres anglais

Nombre de mots

TEXTES

Hors Presse

Manuels académiques

Eléments de Géologie

12 689

Essentials of Geology

10 590

Ouvrages de vulgarisation

Les Volcans et leurs Secrets

81 151

General- Interest Publications of the USGS8 on Volcanoes

91 208

Documents du Web

Le Volcanisme de Djibouti

26 732

How Volcanoes Work

21 603

Exposition

Des Volcans et des Hommes

Presse

Quotidiens généralistes

Le Monde

La Presse

145 369

The Guardian (GB)

The New-York Times (US)

The National Post (CD)

148 642

Magazines de vulgarisation

Science et Vie

Science et Avenir

58 609

New Scientist (GB)

Science News (US)

58 633

Magazines de semi-vulgarisation

Pour la Science

15 689

Scientific American

16 094

Magazines de voyage / découverte

Géo

Terre Sauvage

56 446

Earth

National Geographic

54 152

GLOSSAIRES

3 227

4 686

TOTAL

400 486

405 546

Tableau 2. Composition du corpus traduit

Partie française

Partie anglaise

Type

Titre

Nombre de mots

Date

Sens de la traduction

Titre

Nombre de mots

Date

Magazine de semi-vulgarisation

Pour la Science

70 132

1979 - 1999

anglais-français

Scientific American

67 762

1979 - 1999

Dépêche scientifique

Volcanisme et Volcans d’Auvergne

12 482

2002

français-anglais

Volcanism and Volcanoes of Auvergne

11 804

1999

Ouvrage de vulgarisation

Les Feux de la Terre-Histoires de Volcans

28 092

1991

français-anglais

Volcanoes-Fire from the Earth

26 268

1993

Total

110 712

105 834

2.2.2. Les dictionnaires analysés

32Le tableau qui suit présente de manière synthétique les six dictionnaires généraux analysés :

Tableau 3. Présentation des six dictionnaires généraux analysés

  • 9 L’astérisque indique que la variété de langue mentionnée est celle qui est principalement décrite, (...)
  • 10 Les indications concernant la taille de la nomenclature sont celles fournies, telles quelles, par l (...)

Dictionnaires unilingues

Dictionnaires bilingues

Titre

Petit Larousse

Nouveau Petit Robert

American Heritage College Dictionary

New Oxford Dictionary of English

Dictionnaire Oxford-Hachette

Harrap’s Shorter Dictionary

Abréviation

PL

NPR

AH

NODE

OXHA

HAR

Date de publication

2002

2001

1996

2000

1996

2000

Support

CD-ROM

CD-ROM

CD-ROM

CD-ROM

CD-ROM

.CD-ROM

Variété de langue

FR*9

FR*

US*

GB*

FR-US-GB

FR-US-GB

Taille de la nomenclature10

60 000 mots et leurs 300 000 sens

59 000 mots et leurs sens. Les locutions et les expressions

over 200,000 definitions

350,000 words, phrases and definitions

350 000 mots et expressions

305 000 mots et expressions

Corpus électronique utilisé

Non renseigné

Non renseigné

Non renseigné

British National Corpus and other corpora

The Bank of French

Non renseigné

33Ces dictionnaires ont été choisis sur la base d’un certain nombre de critères communs à tous les dictionnaires, ou seulement propres à certains d’entre eux.

Critères communs à tous les dictionnaires :

  • il s’agit de dictionnaires sur CD-ROM ; ce support a été choisi car il témoigne d’une plus grande modernité et permet a priori d’effectuer des recherches plus pointues qu’un dictionnaire papier ;

  • il s’agit de dictionnaires de taille ou de nomenclature comparables : ce sont des dictionnaires que l’on peut qualifier d’usuels (ce qui correspond approximativement au format “college” pour les dictionnaires américains), autrement dit des dictionnaires dont l’équivalent papier est un gros volume ; précisons toutefois que les traditions et les politiques éditoriales étant propres à chaque pays, il est impossible d’effectuer un appariement parfait. Outre le fait que chaque dictionnaire a sa propre manière de comptabiliser et de présenter le nombre de mots qu’il contient (l’AH est notamment très flou à ce sujet, comme en témoigne la ligne « taille de la nomenclature » du tableau ci-dessus), il faut garder à l’esprit le fait que la présentation microstructurelle peut varier d’un dictionnaire à l’autre (certains dictionnaires incluant par exemple les dérivés comme mots-vedettes, tandis que d’autres ne les considèrent que comme des sous-entrées) et que les chiffres donnés pour les dictionnaires bilingues couvrent les deux sections (anglais-français et français-anglais).

  • il s’agit de dictionnaires populaires, ou de grande renommée ; la notoriété du (Nouveau) Petit Robert et celle du Petit Larousse sont exemplaires. Pour les dictionnaires anglais, nous nous sommes basée sur les dictionnaires les plus vendus au moment du début de l’étude (2002) à la librairie de l’Université d’Ottawa (Canada) et à la librairie Chapters d’Ottawa.

  • il s’agit de dictionnaires dont le public visé correspond, globalement, à la catégorie suivante identifiée par Rey [2008 : 126] : « soit un locuteur natif dont la compétence est ressentie comme imparfaite, soit un apprenant de la langue décrite, à un niveau avancé » ; ce qui représente un public large sur le plan socioculturel, qui peut éventuellement « se définir par un niveau d’études (études secondaires complètes ou autodidactisme, par exemple) » —. ce qui est le cas notamment pour les versions “college” des dictionnaires américains.

Critères propres aux dictionnaires unilingues :

    • 11 Notons toutefois que la Préface du PL de 2002 décrit celui-ci comme « un dictionnaire de la langue (...)

    deux critères étaient en concurrence : le type de dictionnaire général (de langue ou encyclopédique) et la variété géographique de la langue décrite. Pour les dictionnaires français, nous avons choisi le premier critère et avons choisi d’une part un dictionnaire de langue (NPR) et d’autre part un dictionnaire encyclopédique (PL)11. Pour les dictionnaires anglais, c’est le deuxième critère qui a retenu notre attention, et nous avons donc décidé d’étudier deux dictionnaires présentant deux variétés d’anglais différentes : un présentant l’anglais nord-américain (AH), et un présentant l’anglais britannique (NODE), afin de pouvoir effectuer des comparaisons.

Critère propre aux dictionnaires bilingues :

  • nous avons choisi le dictionnaire OXHA parce qu’il repose explicitement sur un corpus, et le dictionnaire HAR, car celui-ci a la réputation de répertorier un grand nombre de mots scientifiques et techniques.

34Passons maintenant à l’analyse croisée des données des corpus et dictionnaires que nous venons de décrire, tout d’abord concernant la macrostructure, puis concernant la microstructure.

3. Analyse de la macrostructure : corpus vs. dictionnaires

35Notre analyse de la macrostructure des dictionnaires à la lumière des données du corpus se fait en deux temps. Dans un premier temps, nous effectuons une étude statistique globale afin de déterminer quel volume de notre liste de termes tirés du corpus est présent dans les dictionnaires. Dans un deuxième temps, nous nous intéressons à la représentativité de la nomenclature, c’est-à-dire à la présence ou l’absence de certains types de termes trouvés en corpus.

3.1. Remarques méthodologiques préalables

36Concernant l’analyse de la macrostructure, il nous semble impossible de livrer des chiffres bruts sans expliquer au préalable dans quelles conditions le dénombrement s’est effectué. Comme nous l’avons expliqué plus haut, comptabiliser les termes présents dans un dictionnaire de langue générale est fort complexe. Nous nous sommes ainsi heurtée à de nombreuses difficultés que nous synthétisons et illustrons brièvement maintenant, et qui étaient principalement de trois ordres : la première concerne la forme du mot-vedette, la deuxième a trait au problème de la polysémie, enfin la dernière concerne l’emplacement du terme dans la microstructure du dictionnaire.

3.1.1. Forme du mot-vedette

  • 12 La catégorisation des types de variation qui suit s’appuie sur celle établie par L’Homme [2004 : 74 (...)

37Lorsque nous avons établi la liste des termes à analyser, nous avons constaté que certains termes trouvés en corpus présentent des formes concurrentes, encore appelées variantes, de divers types12. Il a fallu prendre en compte ces problèmes de variante lors du décompte des termes dans la nomenclature des divers dictionnaires. Nous n’avons bien évidemment comptabilisé les termes qu’une seule fois, même s’ils apparaissaient dans les dictionnaires sous diverses formes.

38Certains termes présentent des variantes (ortho)graphiques : il s’agit principalement d’emprunts à d’autres langues (par exemple, caldeira / caldera en français, aa / a’a en anglais) ; d’autres variantes sont liés à des problèmes de nombre (lapilli / lapillis en français, où la désinence plurielle en -i de la forme italienne n’est plus perçue comme telle) ; d’autres encore peuvent être liées à la variété géographique (dyke (US) / dike (GB)) ; enfin, certaines variantes orthographiques sont liées à des problèmes de variation morphologique sur la racine du terme (volcanologie vs. vulcanologie).

39Certains termes présentent des variations flexionnelles. Il s’agit pour nous de variations sur le nombre du terme : dans la liste des termes retenus, nous avons recensé les termes sous leur forme la plus couramment rencontrée dans le corpus (par exemple, cendres se trouve dans la plupart des cas au pluriel). Nous avons considéré qu’un terme était répertorié dans un dictionnaire même s’il se présentait sous une forme différente de celle retenue pour la liste initiale (par exemple, même si cendre est présenté au singulier dans un dictionnaire, comme le sens de volcanologie est mentionné, nous l’avons considéré comme répertorié).

  • 13 Problème étudié tout particulièrement par Bourigault & Condamines [1999].

40Le troisième cas de variation rencontré était d’ordre morphosyntaxique. Il est représenté par l’alternance des parties du discours, notamment l’alternance nom / verbe13. Nous avons décidé de considérer un verbe comme non répertorié lorsque se présentait uniquement une forme nominale lui correspondant. C’est ainsi que, bien que PL répertorie le nom émission avec un sens de volcanologie, comme le montre l’entrée qui suit :

Figure 4. Extrait de l’entrée émission du PL

4. [Géologie] Sortie hors d’un volcan, lors d’une éruption, de produits magmatiques solides, liquides ou gazeux.

41Nous n’avons pas considéré émettre comme répertorié, puisque l’entrée consacrée elle-même au verbe ne retenait pas le sens volcanologique. Nous avons appliqué la même politique, par exemple, pour le duo réveil / se réveiller, ainsi que pour cool / cooling ou encore monitor / monitoring dans divers dictionnaires.

42Un autre cas problématique était celui de la présence ou de l’absence d’un élément d’une forme complexe. Ce problème de forme s’est posé de manière récurrente pour les adjectifs. En effet, même si un adjectif dispose d’une entrée propre, il n’est pas toujours défini ; parfois, il est défini uniquement à travers un composé. Nous n’avons considéré comme répertoriés que ceux d’entre eux qui présentaient une définition, comme c’est le cas pour hawaïen dans le NPR.

Figure 5. Extrait de l’entrée hawaïen du NPR

hawaïen, ïenne [...] adj. et n.

• 1839; de Hawaï, nom de la grande île d’un archipel du même nom 
⬜ Des îles Hawaï. — Spécialt Guitare* hawaïenne. Chemise hawaïenne : chemisette à col tailleur ornée de gros motifs floraux.
 Géol. Volcan hawaïen, dont l’édifice est surbaissé et la lave très fluide.

43Enfin, dernier cas de figure de variation où le décompte est loin d’être simple : celui où coexistent deux formes, la forme simple et la forme complexe. Lors du dépouillement du corpus, nous avons été confrontée au problème des formes terminologiques complexes qui se réduisent au fil du discours. Le problème s’est posé tout particulièrement avec tous les noms simples qui entrent en cooccurrence avec l’adjectif volcanique/volcanic. Ainsi, nous avions éprouvé de la difficulté à décider si le terme à retenir pour notre liste initiale était bombe ou bien bombe volcanique. Le même problème s’est posé lors du dépouillement des dictionnaires : alors que nous avions retenu bombe comme terme initial à analyser, fallait-il considérer bombe comme répertorié lorsqu’il ne se présentait que sous la forme développée bombe volcanique (comme c’est le cas par exemple dans le PL) ? Nous avons considéré qu’il le fallait, et avons opéré de même, par exemple, pour cône et cône volcanique. En bref, nous avons considéré comme présents les syntagmes dont la tête (ou le déterminé) était répertoriée. Le problème se complexifie encore lorsqu’un terme simple peut être polysémique, et que la polysémie ne s’exprime qu’à travers la forme complexe. Par exemple, le terme pahoehoe (en anglais comme en français, d’ailleurs) peut désigner à la fois un type de lave, et un type de coulée de lave. Lorsqu’il s’agit de la première acception, les formes pahoehoe et pahoehoe lava sont en concurrence linguistique. Dans un des dictionnaires unilingues, seule paraissait la forme pahoehoe lava : nous avons considéré pahoehoe comme répertorié, même si un seul des sens était noté. Ceci nous amène à évoquer le problème de la polysémie de manière plus large.

3.1.2. Polysémie

44Il a fallu effectuer un choix pour un problème autre que la variation, et qui s’est avéré plus que récurrent. Nombre de termes de la volcanologie partagent un signifiant commun avec des mots de la langue générale. Dans certains cas, la différence au niveau du signifié est claire : ainsi, le sens d’un mot de la langue générale comme cheminée est très nettement différent du sens volcanologique de cheminée (partie du volcan). Mais dans beaucoup d’autres, le sens d’un mot de la langue générale peut être étendu au domaine de la volcanologie sans qu’une véritable polysémie se dégage nettement. Après moult hésitations, nous avons décidé de ne pas considérer comme répertoriés les termes dont le sens était défini de manière trop générale, sans aucune allusion explicite à la volcanologie. Citons quelques exemples pour illustrer notre propos. Nous avons considéré comme absent de la nomenclature le terme s’épancher dans le HAR, le NPR et le PL. L’entrée du NPR est assez parlante à cet égard :

Figure 6. Extrait de l’entrée s’épancher du NPR

1⬜ Vx ou poét. Couler, se déverser. « Je sentais comme une fontaine de miséricorde qui s’épanchait du haut du ciel dans mon cœur » (Flaubert). — Mod. Méd. Former un épanchement. ⬜ s’extravaser. Sang qui s’épanche dans le cœur.
⬜ Fig. Se répandre abondamment. « L’amour est inépuisable; ⬜⬜⬜ plus il s’épanche, plus il surabonde » (Lamennais).

  • 14 Mentionnons que l’acception « couler » du verbe s’épancher est notée comme « littéraire » ou « obso (...)

45Notre choix peut d’autant plus se justifier par le fait que d’autres domaines sont mentionnés dans de telles entrées au détriment de celui de la volcanologie, comme c’est le cas dans l’exemple que nous venons de mentionner, où le sens médical de s’épancher est répertorié14. Notre choix peut également se justifier lorsque l’on compare un dictionnaire général à un autre. Par exemple, nous avons hésité devant l’entrée bouchon dans le NPR, dont une partie se présente comme suit :

Figure 7. Extrait de l’entrée bouchon du NPR

4⬜ Par ext. Ce qui bouche accidentellement un conduit, un passage. Bouchon de cérumen.

  • 15 Le cas de colère mérite une explication. Une des grosses difficultés rencontrées lors du dépouillem (...)

46Or, la recherche de l’équivalent anglais de bouchon (plug) dans le NODE, donne comme sous-sens de plug “a mass of solidified lava filling the neck of a volcano”. Cela nous a confirmé que nous ne pouvions considérer bouchon comme étant répertorié dans le NPR. Nous avons appliqué la même politique, par exemple, pour dormir dans le NPR, pour repos dans le NPR, et, surtout, pour colère15 dans le NPR :

Figure 8. Extrait de l’entrée colère du NPR

3⬜ Relig. et littér. La colère céleste, la colère divine. Jour de colère (cf. Dies iræ). — Poét. La colère des éléments, des flots. ⬜ déchaînement.

  • 16 Ceci montre en quoi le choix parfois fait par les lexicographes d’utiliser la marque du domaine sup (...)

47Le problème de la polysémie ne se pose pas qu’avec la langue générale. Il existe aussi des cas de polysémie avec des termes de domaines proches, soit superordonnés, soit connexes. Parmi les termes qui figurent dans notre liste, certains relèvent plutôt du vocabulaire technique ou scientifique général. Lorsque le sens est strictement le même que celui utilisé en volcanologie, comme c’est le cas par exemple pour dégazage dans le NPR, nous avons considéré le terme comme répertorié. Le problème est plus épineux lorsque l’on évoque le domaine directement superordonné à la volcanologie, à savoir la géologie. En effet, même si plusieurs termes de la volcanologie partagent un signifiant commun avec des termes de la géologie, ce n’est pas pour autant que le signifié est le même, et la présence d’une marque de domaine géologie n’est pas suffisante pour conclure que le terme de volcanologie est répertorié16. L’exemple de deflation dans le NODE est assez révélateur à ce sujet :

Figure 9. Extrait de l’entrée deflation du NODE

3.  Geology the removal of particles of rock, sand, etc. by the wind.

48Dans certains cas, c’est bien uniquement le sens propre à la géologie qui est répertorié, mais sans qu’aucune marque ne laisse deviner qu’il s’agit de ce sens et non du sens propre à la volcanologie: c’est le cas de pipe dans le NODE, comme le montre l’extrait suivant où ne figure pas le sens propre à la volcanologie de « cheminée d’un volcan ».

Figure 10. Extrait de l’entrée pipe du NODE

pipe noun
1.  a tube of metal, plastic, or other material used to convey water, gas, oil, or other fluid substances.

   cylindrical vein of ore or rock, especially one in which diamonds are found

49Enfin, certains termes de volcanologie partagent un signifiant avec des domaines connexes : c’est le cas d’aiguille, qui possède un sens rocheux en géographie (mentionné dans le PL et le NPR). Or une aiguille, en volcanologie, est une aiguille de lave. Nous avons donc considéré aiguille comme absent dans ces deux dictionnaires.

50Passons au dernier problème méthodologique auquel nous avons été confrontée pour le comptage des termes : celui de l’emplacement du terme.

3.1.3. Emplacement du terme

51Comme son nom l’indique, la recherche en texte intégral implique que le terme est recherché dans n’importe quel endroit du dictionnaire, ce qui peut être un inconvénient. Notamment, la recherche nous indique parfois, dans les dictionnaires unilingues, qu’un terme est présent seulement dans la définition d’une entrée qui n’est pas le terme en question. Regardons l’exemple du terme dynamisme dans le PL. Alors que ce terme est utilisé de manière récurrente dans les définitions des adjectifs péléen, hawaïen, etc. (comme en témoigne l’entrée du PL qui suit), il n’est lui-même ni répertorié comme mot-vedette, ni défini dans son sens de volcanologie. Nous avons donc décidé de le considérer comme absent.

Figure 11. Extrait de l’entrée péléen du PL

  • 17 Souligné par nos soins.

péléen adjectif, féminin péléenne, ou peléen, féminin peléenne, (de la montagne Pelée)
[Géologie] Éruption ou dynamisme17 péléens, éruption ou dynamisme caractérisés par l’émission de laves très visqueuses, sous forme de dômes ou d’aiguilles, et par des explosions très violentes provoquant la formation de nuées ardentes.

3.2. Décompte global

52Nous venons d’exposer divers obstacles méthodologiques qui se sont dressés sur notre chemin lors du comptage des termes de volcanologie répertoriés dans les dictionnaires généraux, et avons détaillé la manière dont nous avons tenté de les surmonter. Dans l’ensemble, nos critères d’inclusion sont plutôt stricts. Par conséquent, le nombre de termes est moins conséquent que ce qu’il aurait pu être si les critères avaient été plus larges. Il faut garder ce fait à l’esprit lorsqu’on observe les résultats du décompte.

53Pour présenter les résultats de notre recherche, nous comparons tout d’abord les dictionnaires généraux entre eux, en comparant les données des dictionnaires unilingues entre eux, puis celle des dictionnaires bilingues entre eux, avant d’établir une comparaison entre dictionnaires unilingues et bilingues.

3.2.1. Comparaison des dictionnaires généraux unilingues entre eux

Figure 12. Présence / absence des termes de volcanologie dans les dictionnaires unilingues généraux analysés

Figure 12. Présence / absence des termes de volcanologie dans les dictionnaires unilingues généraux analysés

54Les données présentées dans le graphique ci-dessus invitent à faire trois types de comparaisons : tout d’abord une comparaison des dictionnaires unilingues français entre eux, puis une comparaison des dictionnaires unilingues anglais entre eux, enfin, une comparaison entre dictionnaires unilingues anglais et français.

Dictionnaires français entre eux (NPR vs PL)

55Quantitativement parlant, le NPR couvre mieux le domaine de la volcanologie que le PL, ce qui peut être étonnant étant donné qu’il est généralement reconnu qu’un dictionnaire encyclopédique (comme le PL) inclut plus de termes qu’un dictionnaire de langue, d’autant que si l’on en croit les couvertures de ces deux dictionnaires (cf. tableau 3 où sont présentés les dictionnaires), l’étendue de la nomenclature est similaire.

Dictionnaires anglais entre eux (NODE vs AH)

56La différence entre les dictionnaires anglais est plus frappante que celle existant entre les dictionnaires français. Le dictionnaire britannique (NODE) paraît bien plus complet que le dictionnaire américain (AH), ce qui peut surprendre un peu, étant donné la compétence américaine en matière de volcanologie. Toutefois, souvenons-nous que l’AH est un dictionnaire de type ‘college’, donc prioritairement destiné aux étudiants et fait pour répondre à leurs besoins.

Dictionnaires français vs dictionnaires anglais

57Aucune différence frappante ne ressort de la comparaison entre dictionnaires français et dictionnaires anglais. Il semble possible de dire que, quantitativement parlant, ils en sont à peu près au même point. Globalement, le taux d’inclusion (c’est-à-dire la proportion de termes effectivement présents par rapport aux termes cherchés, présentée sous forme de pourcentages) avoisine les 50%, ce qui peut paraître satisfaisant. Toutefois, ce chiffre est à manier avec précaution : rappelons que nous avions choisi initialement le nombre de 110 termes à analyser parce que ce chiffre représentait une moyenne du nombre de termes de volcanologie inclus dans les dictionnaires généraux d’après une première recherche grossière ; or, après recherche approfondie des termes trouvés en corpus, aucun dictionnaire n’atteint ce chiffre : il y a donc nécessairement d’autres termes de volcanologie présents dans les dictionnaires généraux qui ont échappé à l’extraction de termes dans le corpus. Toutefois, si l’on classe les dictionnaires par ordre d’importance numérique du nombre de termes de volcanologie inclus, le classement est le suivant : NPR et NODE en tête, puis PL, puis AH nettement derrière.

3.2.2. Comparaison des dictionnaires généraux bilingues entre eux (OXHA vs. HAR)

Tableau 4. Présence / absence des termes de volcanologie dans les dictionnaires bilingues généraux analysés

OXHA

HAR

F-E

E-F

F-E

E-F

Termes français

36/110

33 %

30/110

27 %

30/110

27 %

24/110

22 %

Termes anglais

28/111

25 %

36/111

32 %

21/111

19 %

29/111

26 %

58Aucune différence significative ne se dégage de la comparaison des deux dictionnaires bilingues analysés. Globalement, le taux d’inclusion va de 20 à 30%. Cela met un peu à mal l’image du HAR, qui est généralement reconnu pour son traitement privilégié des termes scientifiques et techniques. Au niveau quantitatif, il ne semble pas y avoir de différence particulière de traitement entre les deux dictionnaires, ou entre deux sections à l’intérieur d’un même dictionnaire. En revanche, ce que le tableau ne fait pas ressortir est le problème de cohérence des types de termes entre deux sections.

3.2.3. Dictionnaires unilingues vs. dictionnaires bilingues

59La comparaison entre dictionnaires unilingues et dictionnaires bilingues fait ressortir, comme prévu, que le taux d’inclusion des termes des dictionnaires unilingues est supérieur à celui des dictionnaires bilingues : alors que les dictionnaires unilingues répertorient environ la moitié des termes recherchés, les dictionnaires bilingues n’en répertorient, grossièrement, qu’un tiers.

60L’analyse quantitative de la nomenclature est une première approche intéressante, mais elle nécessite d’être complétée par une analyse de type qualitatif, que nous présentons maintenant.

3.3. Analyse selon le type de terme

61En nous basant sur les études métalexicographiques existantes qui énumèrent un certain nombre de critères potentiels d’inclusion des termes (par exemple, Boulanger & L’Homme [1991], Thoiron [1998], ou Candel & Humbley [1997]) et sur les données propres au domaine de la volcanologie, nous avons utilisé les critères suivants pour l’analyse des divers types de termes dans la nomenclature : appartenance à une terminologie organisée, métaphorisation, morphologie, catégorie grammaticale, aspect culturel, variation.

3.3.1. Appartenance à une série conceptuelle

62La question que le lexicographe chargé des termes dans un dictionnaire général est en droit de se poser est la suivante : la terminologie d’un domaine doit-elle être présentée dans un dictionnaire général en respectant scrupuleusement l’arbre du domaine? Selon Alain Rey [1985 : 5], le dictionnaire encyclopédique se doit de le faire, tandis que cela a moins d’importance pour le dictionnaire de langue :

Alors que le dictionnaire encyclopédique, comme le recueil strictement terminologique, se doit de distribuer les termes selon un arbre de domaines bien construit, le dictionnaire de langue doit marquer la nature linguistique du terme, lequel appartient à un registre d’usage marqué (comme technique, scientifique, didactique, et éventuellement par une marque plus précise – nom d’une technique ou d’une science), mais dont la finalité n’est pas classificatoire quant au contenu notionnel. Les classifications du dictionnaire de langue sont – et doivent être – d’abord et essentiellement linguistiques, voire sociolinguistiques.

63Une question qui découle de la précédente est donc : faut-il inclure tous les termes qui se situent à un même niveau hiérarchique dans la taxonomie, respectant en cela la démarche proprement terminologique, même si cela ne reflète pas l’importance desdits termes dans la langue générale? C’est le problème que soulève Béjoint [1988 : 361] :

One would think that the coverage of each domain could be regulated by the taxonomic organization of scientific and technical words. The lexicographer would draw up a complete taxonomy of all the words of each domain, and record words ‘layer by layer’, taking care that all the words of the same hierarchical level are added, or substracted, together. But this is rendered difficult by the co-existence of competing taxonomies in certain domains. And even when the taxonomies are undisputed (as in the classification of living things), the place of scientific and technical words in their taxonomies does not correspond to their order of importance in the general lexicon.

64Certains métalexicographes, comme Thoiron [1998 : 628 sq.], font ainsi l’évaluation des terminologies présentes dans les dictionnaires à la lumière de la structuration du domaine. Celui-ci explique notamment qu’il est « commode de repérer l’absence des co-hyponymes ou celle des hyperonymes », disant que « c’est probablement sur ces critères qu’on peut le mieux évaluer la cohérence conceptuelle d’une macrostructure [...] en se souvenant toutefois que la fréquence d’un terme n’est pas corrélée avec sa position dans une taxinomie » (ibid.).

65Avec cet exemple en tête, il nous a donc semblé important d’utiliser le critère de l’appartenance à une série conceptuelle bien délimitée pour évaluer la macrostructure des dictionnaires, en étudiant des hyperonymes, des hyponymes et co-hyponymes. Une analyse très détaillée de ce critère, reposant sur l’analyse de deux séries conceptuelles (celle des projections volcaniques et celle du degré d’activité du volcan) a déjà été présentée dans Josselin-Leray & Roberts [2007]. Nous n’en livrerons ici que les conclusions.

66Deux séries conceptuelles ont été choisies ; elles l’ont été parce que l’ensemble des termes qui les composent présentent un nombre élevé d’occurrences dans le corpus (par exemple, active volcano apparaît 242 fois dans la partie anglaise du corpus comparable), et parce qu’elles sont très différentes l’une de l’autre. Dans la première série, celle des projections volcaniques, les référents sont concrets : il s’agit de matériaux émis par le volcan qui peuvent être touchés, mesurés, et dont la composition peut être analysée, ce qui semble assez simple à décrire. Dans la deuxième série, celle du degré d’activité d’un volcan, les référents sont abstraits et construits par l’homme de façon assez arbitraire, ce qui cause un certain nombre de problèmes d’ordre sémantique. L’analyse macrostructurelle de deux types de séries conceptuelles nous a livré les informations suivantes : pour la première série, celle des projections volcaniques, il semble que le critère du degré d’opacité du terme primerait sur le critère de fréquence pour l’inclusion d’un terme dans un dictionnaire général (unilingue, du moins) ; pour la seconde série, celle du degré d’activité du volcan, les collocations anglaises semblent mieux traitées. Cela s’explique peut-être par le fait qu’il n’y a pas de phénomène de synonymie (ou de variation) en anglais pour cette série. La plupart des collocations françaises (et tout particulièrement volcan actif) ne reçoivent pas autant d’attention qu’elles le mériteraient dans les dictionnaires si l’on se fie aux données du corpus. Il est difficile de tirer des conclusions sur les critères d’inclusion des termes utilisés dans les dictionnaires français, puisque ni la fréquence du terme dans les textes de volcanologie, ni l’appartenance du terme à un système notionnel bien délimité ne semblent être les critères prédominants.

3.3.2. Termes métaphoriques

67Un autre critère que les lexicographes disent utiliser est le suivant : sera retenu un terme qui donne lieu à une métaphore dans la langue générale. C’est ce qu’expliquent les auteurs de la septième édition du Dictionnaire de l’Académie française (Quemada [1997 : 403]), et ce que recommande également Cottez [1994 : 20] :

3e critère d’admission : [Le terme] commence à se prêter à un emploi métaphorique ou figuré. C’est le cas de freiner, qu’on ne peut éliminer en ce début du 20e siècle parce qu’il apparaît dans toutes sortes de comparaisons très naturelles. Ce qui signifie que le cordon ombilical qui le relie à son emploi originel est rompu : il a acquis son autonomie et va mener sa vie propre.

68Le phénomène de métaphorisation n’a pas lieu que dans un seul sens : il arrive fréquemment que des termes soient des métaphores de mots de la langue générale. Ceux-ci sont impérativement à répertorier, d’après Cottez [ibid. : 22].

69Qu’en est-il dans notre domaine ? Afin d’effectuer cette évaluation, nous avons regroupé ici tout d’abord les données relatives aux métaphores liées à l’idée de sommeil, présentes surtout en français. Nous nous contentons ici de livrer les résultats concernant les verbes dormir et se réveiller, ainsi que ceux concernant les substantifs réveil, sommeil, repos. Nous incluons également le terme colère, dont nous avons déjà parlé précédemment (cf. note 15).

Tableau 5. Présence / absence des termes métaphoriques français dans les dictionnaires

  • 18 Dans ce tableau et tous ceux qui suivent, sauf mention explicite contraire, le nombre d’occurrences (...)

Nb occ.18

NPR

PL

OXHA (F-E)

HAR

(F-E)

réveil

70

+

+

+

sommeil

44

se réveiller

78

+

dormir

37

repos

18

colère

43

+

70Les dictionnaires unilingues français répertorient très peu ces usages métaphoriques (le PL n’en répertorie même aucun). Or, rappelons que colère était un terme fréquent dans la partie française du corpus comparable puisqu’il présentait 43 occurrences. Ce sont finalement les dictionnaires bilingues qui semblent les plus prêts à accueillir ce genre de terme dans leur nomenclature, sans doute parce qu’il est toujours difficile de savoir si une métaphore dans une langue se traduit par la même métaphore dans une autre langue.

3.3.3. Termes morphologiquement dérivés

71Certains auteurs, comme Cottez [1994], revendiquent la (possibilité de) dérivation d’un terme comme critère d’inclusion. Qu’en est-il dans les faits ?

72En s’intéressant à la dérivation entre nom et adjectif, Thoiron [1998 : 632] cherche à établir s’il y a une « cohérence du point de vue linguistique » dans la macrostructure du dictionnaire qu’il analyse, l’OXHA. Il note l’importance de ce critère d’un point de vue terminologique :

C’est un aspect important en terminologie puisque la sous-catégorisation implique souvent l’ajout d’un composant adjectival.

73Pour l’analyse des termes dérivés dans notre domaine, nous nous contentons d’analyser l’exemple de l’adjectif français volcanologique et de son équivalent anglais volcanological. Ces termes peuvent en effet être considérés comme importants pour la terminologie du domaine, et, de plus, le traitement qui leur est réservé est emblématique du traitement des dérivés dans les dictionnaires (qu’ils soient généraux ou spécialisés par ailleurs).

Tableau 6. Présence / absence du terme volcanologique dans les dictionnaires

Nb occ.

NPR

PL

OXHA (F-E)

HAR (F-E)

50

+

+

Tableau 7. Présence / absence du terme volcanological dans les dictionnaires

Nb occ.

NODE

AH

OXHA

(E-F)

HAR

(E-F)

7

+

74Le phénomène est frappant : très peu de dictionnaires répertorient ces dérivés ; notamment, aucun dictionnaire général bilingue ne le fait. Seuls trois dictionnaires unilingues les incluent : volcanologique est présent dans le PL et le NPR, tandis que volcanological n’est répertorié que dans NODE. Alors que l’absence du terme anglais pourrait se justifier par la faible fréquence en corpus, il n’en va pas de même pour le terme français. Toutefois, un parcours rapide des contextes du corpus permet de voir que volcanologique est principalement utilisé dans le composé observatoire volcanologique. La transparence du terme (anglais ou français) pourrait également expliquer son absence des nomenclatures.

3.3.4. Catégorie grammaticale

75Les résultats de l’analyse faite par Mazière [1981 : 91] montrent que les dictionnaires généraux reflètent en partie la terminologie telle qu’elle est vue par les terminologues. Or, comme l’a souligné L’Homme [2002b] pour les dictionnaires spécialisés, les catégories autres que le nom, telles que l’adjectif et le verbe, suscitent de l’intérêt chez les terminologues depuis peu. Nous avons donc examiné comment les termes répertoriés dans les dictionnaires généraux étudiés se répartissent selon la catégorie grammaticale : adjectif, verbe, nom simple ou syntagme nominal.

76En ce qui concerne les adjectifs (au nombre de 16 dans notre liste), ceux-ci sont plus durement traités dans les dictionnaires bilingues que dans les dictionnaires unilingues généraux. Les dictionnaires unilingues qui répertorient proportionnellement plus d’adjectifs sont le NODE (81%) et le NPR (69%). Quant aux dictionnaires bilingues, il ne semble pas y avoir de différence quantitative flagrante, d’une part, entre dictionnaires, et, d’autre part, entre sections d’un même dictionnaire : le taux d’inclusion avoisine les 30% pour les termes français, et est légèrement plus élevé pour les termes anglais.

77Pour les verbes (au nombre de 6), le bilan est bien maigre : le verbe spécialisé (comme dormir), ou le verbe entrant dans une collocation verbale (comme monitor a volcano) est bien le parent pauvre des dictionnaires, et ce quelle qu’en soit la langue ou quel qu’en soit le type : 0% dans les unilingues français, 33% dans les unilingues anglais ; un taux d’inclusion qui varie entre 17 et 33% pour les bilingues).

78Passons à la catégorie nominale. Les noms simples (au nombre de 52) sont plutôt bien représentés dans les dictionnaires généraux unilingues. De nouveau, ce sont les dictionnaires unilingues NPR et NODE qui en incluent proportionnellement le plus grand nombre. La tendance générale est que les dictionnaires bilingues (de 27 à 46%) répertorient moins de noms simples que les dictionnaires unilingues (de 54 à 68%). Le dictionnaire OXHA semble inclure légèrement plus de substantifs que le HAR, mais on ne remarque aucun écart majeur.

79Pour ce qui est des syntagmes nominaux (au nombre de 36), les résultats viennent contrecarrer l’idée fort répandue selon laquelle les dictionnaires anglais répertorient plus de termes complexes ou syntagmes nominaux que les dictionnaires français (dans notre cas, NPR : 50%, PL : 39%, NODE : 43%, AH : 19%). L’AH fait particulièrement piètre figure à ce sujet. Les chiffres vont aussi à l’encontre de l’idée selon laquelle les dictionnaires encyclopédiques incluraient plus de termes complexes que les dictionnaires de langue. En effet, le NPR et le NODE (dictionnaires de langue) recensent proportionnellement plus de syntagmes que le PL et l’AH (dictionnaires encyclopédiques). Enfin, un dernier résultat est frappant : la place accordée aux syntagmes nominaux dans les dictionnaires bilingues est plus que réduite, puisqu’elle ne s’élève jamais au-dessus de 19%.

3.3.5. Aspects culturels

80En constituant nos corpus de vulgarisation, nous avions pu constater la chose suivante : les articles sur la volcanologie apparaissent avec une fréquence totalement irrégulière dans les médias, et les centres d’intérêt sont très liés à la culture qui les produit. Autrement dit, les journaux français vont essentiellement parler des volcans de France (ce qui peut inclure donc, outre la chaîne des Puys en Auvergne, les volcans des Dom-Tom tels que le Piton de la Fournaise à la Réunion) et d’Italie, tandis que les journaux britanniques s’intéresseront aux volcans de l’île de Montserrat et que les journaux américains se pencheront surtout sur les volcans hawaiiens. Il nous a donc semblé intéressant de voir comment cet aspect « géographique » ou « culturel » de la terminologie présent dans le corpus était reflété dans les dictionnaires. Nous avons donc examiné des termes correspondant à des réalités françaises et des réalités américaines.

81Ainsi, nous avons choisi de voir comment était représenté le terme puy, terme franco-français s’il en est, qui réfère en particulier aux volcans d’Auvergne. Il y a 174 occurrences de ce terme dans le corpus comparable.

Tableau 8. présence / absence du terme français puy dans les dictionnaires généraux

NPR

PL

OXHA (F-E)

OXHA (E-F)

HAR (F-E)

HAR (E-F)

+

+

82Les dictionnaires unilingues ne peuvent faire l’impasse sur ce terme. L’un cite comme exemple le Puy de Dôme (NPR), et l’autre cite l’Auvergne dans sa définition (PL). En revanche, les dictionnaires bilingues font l’impasse sur ce terme, ce qui s’avère d’autant plus gênant qu’il mériterait un équivalent explicatif.

83Pour ce qui est des réalités américaines, nous avons choisi de regarder si les termes aa (96 occurrences) et pahoehoe (87 occurrences), termes d’origine hawaïenne renvoyant à des réalités hawaïennes, donc, américaines, étaient répertoriés.

Tableau 9. Présence / absence des termes anglais aa et pahoehoe dans les dictionnaires généraux

NODE

AH

OXHA (F-E)

OXHA (E-F)

HAR (F-E)

HAR (E-F)

aa

+

pahoehoe

+

84Il est fort surprenant que ce soit le NODE, dictionnaire britannique, et non l’AH, dictionnaire américain, qui répertorie ces deux termes. L’absence des termes dans les dictionnaires bilingues s’explique sans doute par le caractère spécialisé du terme (emprunt).

85Passons au dernier type de terme dont la représentativité mérite d’être analysée : les variantes.

3.3.6. Variantes

86Comme nous l’avons indiqué plus haut, l’analyse des données du corpus nous a permis de constater le très grand nombre de variantes possibles pour un même terme. L’analyse des divers types de variantes (graphique, flexionnelle, morphosyntaxique) dans les dictionnaires généraux étudiés fait ressortir diverses tendances.

87Les variantes de type graphique sont assez bien représentées dans la nomenclature des divers dictionnaires ; c’est notamment le cas des variantes géographiques (comme dyke / dike). Toutefois, certaines lacunes sont à noter : ainsi, le français hésite sur la forme du mot caldeira / caldera. Le corpus a montré que les deux formes existent (117 occurrences de caldeira contre 47 de caldera), mais le PL, par exemple, ne signale que la forme la plus fréquente.

88On note une correspondance entre données du corpus et données des dictionnaires sur les formes volcanologue et vulcanologue. Le corpus indique clairement que la forme vulcanologue est bien moins fréquente (35 occurrences par rapport à 290), ce que reflètent les dictionnaires en indiquant que cette dernière forme est désuète.

89Certains termes présentent des variations flexionnelles qui concernent le nombre du terme. Pour cet aspect, on note une grande différence entre les données du corpus et les données des dictionnaires généraux. Ceci est dû au fait que les dictionnaires généraux présentent le mot-vedette sous la forme d’un lemme. Mais cela peut parfois mener à de véritables non-sens. Regardons la présentation du terme lapilli dans l’AH :

Figure 13. Entrée lapilli du AH

la·pil·lus n., pl. la·pil·li. A small, solidified fragment of lava. [Latin, diminutive of lapis, stone.]

90Ce dictionnaire présente une forme (lapillus) qui n’est aucunement attestée dans le corpus comparable : le corpus ne présente que la forme lapilli. Cela s’explique sans doute par le fait que l’étymologie que l’AH donne de ce terme est erronée, ou du moins incomplète, si l’on en croit l’étymologie donnée par d’autres dictionnaires (comme le PL, par exemple) : ceux-ci indiquent que le terme lapilli est un terme italien (il s’agit donc sans doute d’un terme qui provient originellement du latin, mais qui est passé par l’italien). Le constat fait par Tetet [1994] concernant l’aspect lacunaire des informations étymologiques sur les termes se confirme donc.

91Enfin, les divers cas de variation morphosyntaxique sont largement sous-représentés dans les dictionnaires généraux, cela sans doute pour un problème de place. Le cas le plus frappant est celui de toute la série des termes se présentant ou non en cooccurrence avec l’adjectif volcanique (ex. bombe/bombe volcanique). Alors qu’un dictionnaire unilingue spécialisé comme le Dictionnaire de la tectonique des plaques et de la géodynamique (de 2000) indique clairement la variation par l’usage de parenthèses autour de l’adjectif volcanique ou par l’utilisation de la conjonction ou (ex : bombe ou bombe volcanique), il n’en est fait mention que dans le NODE (on trouve ainsi, dans l’entrée bomb, « also volcanic bomb »). Du moins, il n’en est nulle part fait mention systématiquement, et la présentation peut varier à l’intérieur d’un même dictionnaire, ce qui nous amène maintenant à évoquer les problèmes de microstructure.

4. Analyse de la microstructure : corpus vs. dictionnaires

92Sur quels aspects de la microstructure le recours au corpus peut-il avoir une influence décisive ? Nous nous concentrons ici sur les principaux, à savoir : les indications grammaticales (valable pour les deux types de dictionnaire), les définitions (valable pour les dictionnaires unilingues) et les équivalents (valable pour les dictionnaires bilingues).

4.1. Indications grammaticales

4.1.1. Structure des collocations : épithète et attribut

93Reprenons l’exemple de la série conceptuelle désignant le degré d’activité d’un volcan (volcan actif/active volcano, etc.). Dans ces collocations de type adjectif + nom, l’adjectif peut être soit attribut, soit épithète. La comparaison des données du corpus comparable avec celles des dictionnaires généraux bilingues nous a permis de constater un défaut de présentation majeur. Pour active volcano, le HAR présente le schéma où active est attribut (to be/become active (of volcano) être / entrer en activité)) ; cela pourrait inciter un utilisateur du dictionnaire non-anglophone à croire que active fait partie de la série des adjectifs en a- ne pouvant être utilisés qu’en position d’attribut (asleep, ajar, etc.). Or, les données du corpus comparable nous ont montré que le schéma syntaxique le plus fréquent est celui où l’adjectif est épithète. Le problème est inversé pour l’adjectif inactive dans les deux dictionnaires bilingues : ceux-ci présentent l’adjectif en position d’épithète (inactive volcano), alors que les exemples tirés du corpus montrent que la position d’attribut est plus courante, comme en témoigne l’extrait suivant tiré du corpus comparable : « a volcano which is presently inactive but which may erupt again ».

4.1.2. Valence des verbes

94Nous avons décidé d’analyser en détail le verbe erupt, étant donné, d’une part, que ce verbe était le plus fréquent de la partie anglaise du corpus comparable (pour mémoire, 554 occurrences) et, d’autre part, que le parcours de certains contextes de ce corpus nous avait alertée sur une éventuelle variation de construction syntaxique (transitive ou intransitive) ayant de potentielles répercussions sur la traduction, comme nous l’avons expliqué plus haut (cf. section 2.1.2). Nous avons donc étudié la répartition des deux constructions dans la partie anglaise du corpus comparable, puis avons décidé de poursuivre nos investigations dans la partie anglaise du corpus traduit. Les résultats chiffrés se trouvent dans le tableau qui suit :

Tableau 10. Nombre d’occurrences en corpus des formes transitives et intransitives du verbe erupt

  • 19 La seule occurrence de la construction transitive se trouve dans un texte-cible du corpus traduit ( (...)

Construction intransitive

Construction transitive

Corpus comparable

512 / 544 (92 %)

42/ 544 (8 %)

Corpus traduit

43 / 44 (97,7 %)

1 / 44 (2,3 %)19

95L’étude complète de ce verbe figure dans Frérot & Josselin-Leray [2008]. Nous présentons ici les principales conclusions auxquelles nous ont menée cette analyse.

Analyse de la construction intransitive

96Dans le corpus comparable, parmi les 512 occurrences du verbe intransitif, 5 présentent le cas où le verbe erupt est utilisé dans un sens figuré et ont donc été écartées. Nous avons également trouvé 15 occurrences de la forme erupting volcano, qui ne sont pas comptabilisées dans le chiffre 512, mais qui devraient figurer dans les dictionnaires bilingues du fait que la traduction en français présente un schéma syntaxique différent du schéma syntaxique anglais : la forme française est du type nom + préposition + nom (volcan en éruption).

97Le dépouillement du corpus traduit, quant à lui, livre 43 occurrences du schéma intransitif du verbe erupt (sous ses diverses formes : erupt, erupts, erupted, erupting), ce qui correspond à la quasi-totalité des occurrences.

98L’analyse de tous les contextes où apparaissait le verbe erupt dans sa construction intransitive nous a permis d’établir que les sujets les plus typiquement utilisés avec le verbe erupt (dans 67% des cas pour le corpus comparable et 43,2% des cas pour le corpus traduit) sont volcano(es) ou un nom de volcan. Ceci, ainsi que le fait que la plupart des contextes proviennent de quotidiens généralistes, pourrait expliquer que l’on ne trouve que volcano comme sujet du verbe erupt dans les dictionnaires généraux analysés (cf. section 2.1.2). Toutefois, les autres sujets (magma, lava, molten rock…) ne devraient pas être mis de côté, car ils représentent une part non-négligeable des contextes répertoriés. De plus, utilisé avec ces autres sujets, erupt ne peut pas être traduit par entrer en éruption, qui est l’équivalent habituellement présenté par les dictionnaires bilingues. En effet, magma, lava, et les autres exemples relevés représentent, de manière générale, tout ce qui peut être « éjecté du volcan ». Cet usage est bien répertorié dans le NODE :

Figure 14. Extrait de l’entrée erupt du NODE

be ejected from an active volcano: hot lava erupted from the crust.

Analyse du verbe transitif

  • 20 Les deuxième et troisième schémas syntaxiques sont en fait issus du premier.

99Le verbe erupt est utilisé de manière transitive dans 43 occurrences sur 554, soit dans environ 8% du nombre total d’occurrences du verbe. Ces occurrences proviennent de diverses sources, et correspondent aux trois schémas syntaxiques suivants20 :

(i) X erupts Y

(5) Volcanoes on other planets, and their moons, do not necessarily erupt the same materials as Earth’s volcanoes

100Ce schéma est le schéma typique de l’usage transitif du verbe (corpus comparable : 11 occurrences, corpus traduit : 1 occurrence).

(ii) Y is erupted (from X / by X)

(6) Volcanic material can also be erupted from the side of a volcano to produce a flank eruption

101Le deuxième schéma correspond à la forme passive du verbe (15 occurrences dans le corpus comparable).

(iii) Y erupted (from X / by X)

(7) Total volume of tephra erupted during the formation of Crater Lake was 18 cubic miles

  • 21 On peut aussi considérer ces constructions comme des propositions relatives réduites.

102Le troisième schéma syntaxique est le plus elliptique, utilisant seulement le participe passé21. Nous avons trouvé 18 occurrences de ce schéma dans le corpus comparable.

  • 22 En revanche, il est assez proche du sens que l’on trouve dans les énoncés où le sujet de erupt intr (...)

103S’il est vrai que la construction transitive ne représente qu’environ 8% des occurrences du verbe dans notre corpus, il nous semble que les dictionnaires généraux devraient néanmoins la répertorier, et sous toutes ses formes : en ce qui concerne les dictionnaires unilingues, le sens est vraiment différent du sens le plus courant de erupt intransitif (entrer en éruption)22 ; en ce qui concerne les dictionnaires bilingues, la traduction diffère de l’habituel entrer en éruption.

4.2. Définitions

4.2.1. Remarque préliminaire

104Il nous a semblé intéressant de déterminer, parmi les termes présents dans les dictionnaires analysés, lesquels faisaient l’objet d’une définition.

Tableau 11. Nombre de termes définis par rapport au nombre de termes répertoriés dans les unilingues

NPR

PL

NODE

AH

30/63

48%

43/53

81%

50/64

78%

38/44

86%

105La comparaison de la proportion de termes définis vient relativiser les « scores » quantitatifs présentés dans l’analyse de la macrostructure. En effet, le NPR a beau inclure de très nombreux termes de la volcanologie, à peine la moitié d’entre eux sont définis (de nombreux termes ne sont ainsi présents que dans les exemples). A l’opposé, l’AH, qui avait un taux d’inclusion relativement faible, est celui qui définit le plus grand nombre de termes.

4.2.2. Précision et type

106Le problème des définitions des termes dans les dictionnaires généraux a été largement traité dans la littérature existante. Les problèmes principaux tournent autour de trois axes majeurs : la précision linguistique et scientifique de la définition, la source des définitions, le type de définition. Nous nous intéressons ici au premier et au dernier.

107Béjoint [1988 : 362 sq.] fait le constat suivant à la suite de l’analyse des définitions dans plusieurs dictionnaires unilingues anglais : un bon nombre de définitions présentent un caractère très vague, et incluent des adverbes très généraux comme « usually, generally, especially…etc. ». D’après lui, ce flou linguistique est relié à un flou notionnel, notamment dans le cas des mots qui entrent en vulgarisation (« words fairly common in non-specialized use »), et auxquels il est difficile d’accorder un sens précis. Il explique également le caractère flou de certaines définitions par le fait que les lexicographes se sentent obligés d’utiliser un vocabulaire simple, voire simpliste, pour les définitions. Mais le recours à un vocabulaire spécialisé serait tout aussi problématique, selon lui [ibid. : 357-358].

108Les auteurs ayant étudié les définitions des termes évaluent également leur exactitude scientifique. Wesemael & Wesemaël [2003], par exemple, se posent la question suivante : « Une image juste de la science est-elle véhiculée par le dictionnaire général ? ». Béjoint [1988 : 364] explique que le degré de précision scientifique peut varier beaucoup d’un dictionnaire à l’autre. Il indique notamment que les dictionnaires américains ont souvent une approche plus scientifique de la définition que les dictionnaires britanniques. Il semble d’autre part que les dictionnaires français les plus récents versent beaucoup dans la « scientifisation » des définitions, comme le regrette Raimbault [2003 : 10].

109Tout dépend en réalité du but que s’assigne le dictionnaire : véhiculer une image scientifique la plus juste qu’il soit, ou se mettre à la portée de l’utilisateur. L’idéal serait un juste milieu entre les deux. Citons un exemple bien connu pour éclaircir notre propos. Béjoint [1988 : 365] compare les deux phrases suivantes :

(8) You can’t see the stars because of the sun

(9) This star is the sun

110Pour un scientifique, le soleil est une étoile, ce qui rend la phrase (8) inacceptable pour lui, alors qu’elle est acceptable et compréhensible pour un utilisateur profane. La phrase (9), en revanche, est inacceptable pour un profane. Béjoint [1988] cite également le problème de la définition des couleurs, pour lesquelles les lexicographes oscillent entre une définition utilisant les longueurs d’onde et une définition comparant la couleur à un référent universel (ex. : le bleu est la couleur du ciel par une belle journée). Ce même auteur suggère de régler le problème du degré scientifique de la définition en distinguant le sens « commun » du sens « scientifique » et en écrivant deux définitions différentes, solution adoptée par le NODE.

111Dans Josselin-Leray & Roberts [2007], nous avons longuement étudié la définition des termes des deux séries conceptuelles mentionnées en 3.1.3.1. Nous résumons ici en quelques lignes les principales conclusions. Les dictionnaires étudiés offrent les deux extrêmes pour ces termes : ainsi, pour le terme volcan éteint trouvé sous éteint dans le NPR, la définition présente une simplicité excessive, qui frôle l’inexactitude (« qui ne brûle, n’éclaire plus ») ; alors que certaines définitions font à l’inverse preuve d’une complexité qui peut laisser perplexe (le AH dit d’un dormant volcano qu’il est “temporarily quiescent”), ou d’une degré de précision qui peut paraître superflu (le PL définit le terme lapilli comme des « projections volcaniques de petites dimensions (entre 2 et 64 mm de diamètre) ». Les données du corpus nous ont permis de voir qu’entre ces deux pôles, celui d’une extrême simplicité et celui d’une extrême technicité, un juste milieu était envisageable. Par exemple, pour ce dernier terme, il nous a semblé qu’à défaut de donner des précisions millimétriques qui ne sont pas nécessairement indispensables dans un dictionnaire général, un compromis pourrait être trouvé entre classification dite granulométrique et approximations grossières ou inexistantes. C’est l’avantage que représente un corpus de vulgarisation comme celui que nous avons constitué. En effet, le contexte suivant, tiré de la partie française du corpus comparable, pourrait servir de base à l’élaboration d’une définition lexicographique plus fine :

(10) Les volcanologues classent les projections volcaniques selon leurs dimensions, des plus petites aux plus grosses :
- les « poussières », aussi fines que de la farine ;
- les « cendres » (n’ayant rien à voir avec celles d’une cigarette ou d’un feu), ressemblant à du sable ;
- les « lapilli » (« petites pierres », en italien), pouvant atteindre la taille d’une balle de tennis ;
- les « blocs », sans limite de taille.

112Une telle description fait appel aux connaissances de base du grand public, à des référents familiers, et serait en même temps d’une plus grande précision que celle actuellement présente dans les ouvrages lexicographiques.

113Le deuxième problème relatif à la définition des termes est le suivant : quel type de définition est, ou doit être, utilisé pour les termes dans les dictionnaires généraux ? Le premier constat que fait Béjoint [1988 : 364] est le suivant :

Ordinary, context-based definitions of the type used for common words are clearly inadequate.

114Toutefois, il explique qu’une vision traditionnelle de la définition, du type genus + differentiae paraît envisageable. Dans la vision idéale, le terme est remis à sa place dans la structure du domaine par le biais de la définition : le genus serait l’hyperonyme du terme, et les differentiae ses co-hyponymes. Mais un des problèmes est que tous les éléments de la taxonomie ne sont pas toujours répertoriés dans les dictionnaires (comme nous l’avons évoqué dans l’analyse de la macrostructure), notamment à cause de problèmes de fréquence (un hyperonyme est souvent moins fréquent). Notre confrontation des données du corpus avec celles des dictionnaires concernant les deux séries conceptuelles nous permet de faire les deux remarques suivantes : (1) même si le terme générique est absent ou non défini dans le dictionnaire, il est possible de le représenter systématiquement dans le dictionnaire sous la forme d’une paraphrase qui peut être trouvée en corpus (ex. : « fragment de lave projeté » pour projections ou tephra) ; (2) une analyse fine des données du corpus peut permettre de mieux identifier le(s) trait(s) sémantique(s) qui distinguent les co-hyponymes les uns des autres et donc d’améliorer la finesse de la définition (ex. : la différence entre volcan éteint / volcan actif / volcan endormi est constituée par la présence ou l’absence de l’un ou plusieurs des traits sémantiques suivants :  « actuellement en éruption », « a connu des éruptions au cours de la période historique », « susceptible de se réveiller »).

115Nous avons consacré cette sous-partie à un problème propre aux dictionnaires unilingues. Intéressons-nous à présent aux dictionnaires bilingues.

4.3. Equivalents

4.3.1. Equivalents non attestés

116Le croisement des données du corpus avec celles des dictionnaires bilingues permet de découvrir que certains équivalents fournis par les dictionnaires bilingues ne semblent pas être en usage. Ainsi, un des deux équivalents que le dictionnaire OXHA donne pour dormant volcano est le terme volcan au repos (l’autre équivalent étant volcan en sommeil), tandis que le dictionnaire HAR donne, à côté également de volcan en sommeil, volcan en repos. Etant donné que ces équivalents, volcan au repos et volcan en repos, nous paraissaient un peu douteux, nous avons effectué une recherche dans le corpus comparable, et n’avons trouvé aucune attestation de ces termes. En revanche, en faisant une recherche qui combinait les termes volcan et repos, nous avons trouvé les contextes suivants :

(11) alternant avec des phases de repos qui peuvent être très longues. Le volcan est alors dit éteint.

(12) le volcan, qui ne connaît que des phases de repos rarissimes, entre en éruption.

(13) tenu pour toujours actif un volcan dont l’actuelle période de repos n’est pas considérablement plus étendue

(14) le volcan napolitain se trouve dans une phase de repos qui n’augure rien de bon pour le futur.

117Ces contextes semblent indiquer qu’un équivalent correct serait plutôt volcan en phase de repos ou volcan en période de repos, mais celui-ci n’est pas attesté tel quel en corpus. Le plus frappant reste toutefois qu’aucun des dictionnaires ne donne volcan endormi, qui apparaît 11 fois dans la partie française du corpus comparable. Le corpus traduit, quant à lui, ne contient que 3 occurrences de la collocation dormant volcano, laquelle est une fois traduite par volcan endormi, une fois la traduction de volcan en sommeil et une fois la traduction de volcan endormi. Ni volcan en repos, ni volcan au repos ne figurent dans ce corpus.

4.3.2. Termes dont la traduction est problématique

118Certaines catégories de termes sont particulièrement difficiles à traduire, soit pour des raisons strictement linguistiques, soit pour des raisons conceptuelles.

  • 23 Ce point est également analysé dans Frérot & Josselin [2008].

119Les termes métaphoriques, comme le verbe se réveiller, sont assez problématiques car il est difficile à un utilisateur de savoir si la métaphore se rend à l’identique dans l’autre langue23. En ce qui concerne la collocation volcan / se réveiller, il n’est pas évident de déterminer quel équivalent choisir. L’OXHA propose à juste titre to become active again, mais le HAR ne propose aucun équivalent sous se réveiller. On trouve cependant the renewed rumblings ou the awakening of a volcano sous le terme réveil de ce même dictionnaire. La deuxième traduction peut paraître légèrement douteuse étant donné qu’elle ressemble fort à un calque, et il pourrait s’agir d’un phénomène de « translationese ». Une analyse du corpus traduit révèle que le terme awakening, ainsi que les verbes awake/re-awaken, sont utilisés pour traduire se réveiller dans les traductions allant du français vers l’anglais, comme dans les trois exemples suivants :

(15) [FRA] Dès leur découverte, la question a été posée de savoir si les volcans d’Auvergne pouvaient se réveiller.

[ENG] Since their discovery it has commonly been asked whether the volcanoes of the Auvergne could re-awaken. [~]

(16) [FRA] La vengeance des dieux est terrible, le volcan se réveille. 1 184 personnes périssent dans les nuées ardentes et les coulées de boue.

[ENG] The vengeance of the gods was terrible, and the volcano - which had been dormant for six centuries – awoke: 1184 people died in the ash and mud. [~]

(17) [FRA] Hekla est l’un des volcans les plus actifs d’Islande. Depuis son paroxysme de 1104, qui fut, avec celui de l’Oraefajokull en 1362, la plus forte éruption explosive des temps historiques dans ce pays, il a connu 167 réveils, le dernier en janvier 1991.

[ENG] Hekla (above, in a 16th-century print) is one of Iceland’s most active volcanoes. Since its eruption in 1104 it has awakened 167 times, most recently in January 1991. [~]

120Toutefois, le verbe reawaken ou le gérondif reawakening sont également utilisés dans les textes anglais qui servent de textes sources allant de l’anglais vers le français, comme dans les exemples suivants :

(18) [ENG] The rapid scientific response to the reawakening of Mount St. Helens in 1980 drew on earthquake and ground movement-monitoring techniques developed at Kilauea. Similarly, techniques developed at Kilauea – especially the study of earthquake patterns – were critical to the successful prediction of the climactic eruption of Mount Pinatubo in June 1991, the second or third most powerful volcanic event of this century.

[FRA] Les techniques de surveillance des séismes et des mouvements du sol mises au point au Kilauea ont permis aux géologues de réagir rapidement face au réveil du mont Saint-Helens en 1980, et de prévoir la gigantesque éruption du mont Pinatubo. en 1991 – la deuxième ou la troisième éruption volcanique de ce siècle par sa puissance. [~]

(19) [ENG] Thus any small-scale activity that might have preceded its reawakening went unnoticed.

[FRA] En conséquence, toute marque d’activité même faible, qui avait peut-être précédé son réveil, passa inaperçue. [~]

121L’analyse des données du corpus comparable anglais confirme également que reawaken est utilisé par des locuteurs natifs. De plus, le parcours des contextes permet d’enrichir les équivalents possibles. En effet, le parcours du corpus comparable anglais nous a permis de repérer un grand nombre d’équivalents potentiels qui peuvent compléter la miscrostructure du dictionnaire bilingue : to be again in eruption, to be about to erupt, to be about to blow, to rumble back to life, to threaten to erupt, to begin to erupt, to erupt again, to erupt into life, etc.

4.3.3. Equivalents non fournis

122Comme nous l’avons vu plus haut, le verbe erupt ne peut pas toujours se traduire par entrer en éruption. L’équivalent semble dépendre de la nature du sujet du verbe, que celui-ci soit transitif ou intransitif. Notamment, un des contextes problématiques anglais était le suivant :

(20) In July 1986, just as it appeared that Puu Oo would start the 48th episode, magma began to erupt from new fissures at the base of the cone.

123Une recherche dans la partie française du corpus comparable effectuée en cherchant des contextes associant magma ou lave et fissure a produit les résultats suivants :

(21) Du magma s’épanche de cette fissure ; (22) de la lave rouge-orange sort d’une fissure ; (23) les coulées proviennent d’une fissure

124Les trois verbes s’épancher, sortir, provenir paraissent donc être des équivalents possibles de erupt intransitif dans le cas où celui-ci a pour sujets magma, lava, ou flow et est suivi de la préposition from.

125Quant au verbe transitif, le corpus comparable nous a livré les équivalents potentiels suivants :

(a) X erupts Y
(24) La fissure émet des laves

(b) Y is erupted (by X)
(25) Au total, 2 km3 de lave ont été émis

(c) Y erupted (from X / by X)
(26) La lave issue de la fissure, (27) lave vomie par la fissure, (28) laves très fluides se déversant par des fissures de l’écorce

  • 24 Rappelons qu’il n’y a qu’une occurrence du verbe transitif dans le corpus traduit. Le verbe erupt y (...)

126Nous résumons les données fournies par le corpus traduit pour le verbe intransitif24 dans le tableau qui suit :

Tableau 12. Analyse de la construction intransitive du verbe erupt dans le corpus traduit

Equivalent ou procédé de traduction

Nb occ.

Type de sujet

Exemple de contexte anglais

Exemple de contexte français

transposition avec éruption (l’éruption du, en éruption)

17

volcano, nom de volcan

Perbuwatan continued to erupt intermittently [...]

Ensuite, les éruptions intermittentes de Perbuwatan [...]

In 1906 he was actually at Vesuvius when it erupted

Il est en 1906 au chevet du Vésuve en éruption

faire éruption

4

magma, lava

Lava from the reservoir erupts to the surface

La lave fait éruption du réservoir jusqu’à la surface

avoir une éruption

1

volcano

The volcano had not erupted for 5 000 years

Le volcan n’avait pas eu d’éruption depuis 5 000 ans

entrer en éruption

4

nom de volcan, volcano

In the future, Mount St. Helens probably will erupt violently

Dans l’avenir, le Mont Saint-Helens entrera probablement en éruption

[sous-traduction]

4

ash, lava

Hardly any fine ash erupts

Les cendres fines sont peu abondantes

s’échapper (du volcan)

2

magma

[...] the magma would force its way to the surface and erupt

[...] le magma a forcé son passage et s’est échappé du volcan

sortir

2

lava

He even predicted where the lava would erupt

Il annonce où la lave va sortir

s’épancher

1

basalt

An alkaline, relatively fluid basalt that erupts at the earth’s surface

Un basalte alcalin relativement fluide s’épanchant à la surface de la terre [...]

émise

2

lava

Where lava erupts at the surface [...]

[...] la lave émise

rejeter

1

magma

Some of the magma may erupt as a tremendous flood of lava

En surface, une quantité considérable de lave serait rejetée

jaillir

4

magma, lava

Magma from the secondary reservoir has been erupting along [...]

Le magma issu du réservoir secondaire jaillit le long de [...]

expulser

1

magma

When the erupting magma includes little gas

Lorsque le magma expulsé contient des gaz dissous

127Prenant en compte tous les résultats de cette analyse détaillée du verbe erupt, nous avons constitué ce qui pourrait être l’entrée du verbe erupt dans un dictionnaire bilingue vraiment basé sur corpus. Cette entrée, que nous avons initialement présentée dans Frérot & Josselin [2008], sépare l’usage intransitif de l’usage transitif, pour lequel elle montre les trois constructions possibles. Elle montre comment les équivalents varient selon les sujets et les objets typiques du verbe, et illustre l’utilisation des équivalents fournis, en proposant parfois d’autres procédés de traduction (comme la transposition) dans les exemples, lesquels sont introduits par l’astérisque simple*. Les collocations verbales sont introduites par **. Cette entrée reflète l’évolution de la lexicographie vers une « lexicographie de l’encodage » telle que la décrit Béjoint [2007 : 46-47], du dictionnaire « Meccano » (c’est-à-dire du « dictionnaire chargé de fournir à ses utilisateurs des éléments lexicaux qui peuvent être alignés bout à bout sur la chaîne syntagmatique pour produire du discours ou pour l’interpréter ») au dictionnaire « patron » (c’est-à-dire « un dictionnaire dont le rôle est de fournir à ses utilisateurs des modèles de discours imitables plus ou moins prêts à l’emploi »).

Figure 15. Proposition d’entrée de dictionnaire bilingue pour erupt, v.

ERUPT
1) V.I. (volcano) entrer en éruption * he observed Vesuvius as it erupted il observa le Vésuve en éruption *Hualalai last erupted in 1801 la dernière éruption du Hualalai remonte à 1801 ** begin to erupt, erupt again se réveiller; (magma, lava) jaillir, s’épancher, sortir * magma began to erupt from new fissures at the base of the cone du magma a commencé à s’écouler depuis la base du cône ; (any other material) s’échapper, jaillir * over a four-year period, hundreds of nuée ardentes erupted from Mt. Unzen’s summit area en l’espace de quatre ans, des centaines de nuées ardentes se sont propagées depuis le sommet du Mont Unzen
2) V.T. (magma, lava) vomir, émettre * the speed of a lava flow is determined by the volume of lava that is erupted la vitesse d’une coulée de lave est déterminée par le volume de lave émise ; (any other material, particularly ash) éjecter, émettre, cracher * Mount St. Helens explosively erupted ash le Mont St Helens a craché de la cendre en explosant *the volcano is built up by the accumulation of material erupted through the conduit le volcan se construit par accumulation des débris éjectés par la cheminée * Volcanoes on other planets do not necessarily erupt the same materials as Earth’s volcanoes les éjecta des volcans d’autres planètes ne sont pas forcément les mêmes que ceux de la Terre.

Conclusion

128A l’issue de cette analyse croisée des données extraites d’un corpus de vulgarisation et des données tirées des dictionnaires généraux, que peut-on résumer de l’apport spécifique d’un tel corpus dans le processus de rédaction dictionnairique ?

129En ce qui concerne la macrostructure, notre expérience révèle que le lexicographe a beaucoup à gagner en comparant les nomenclatures de dictionnaires existants avec des listes de termes extraits de corpus, comme le suggérait d’ailleurs Grundy [1996 : 137]. D’une part, le corpus peut permettre d’identifier certains types de termes qui n’apparaissent pas dans les dictionnaires. Outre le fait qu’il fournit une abondance de collocations que le lexicographe ne pourrait obtenir en se basant uniquement sur la connaissance intuitive qu’il a de sa langue, le corpus peut ainsi permettre de répertorier avec une plus grande finesse les termes de certaines séries conceptuelles, de répertorier des usages métaphoriques propres à un domaine (pensons à colère utilisé clairement dans le sens d’« éruption » en volcanologie), de répertorier des termes empruntés (comme nuée ardente en anglais ou hornito en français) ou correspondant à une réalité propre à une culture (puy, aa) ; il permet également d’avoir un aperçu de toutes les constructions dérivées des termes et de balayer l’ensemble des catégories grammaticales. D’autre part, il peut aider le lexicographe à répertorier les variantes des termes, comme les synonymes (volcan en sommeil et volcan endormi par exemple). Enfin, il peut aussi aider le lexicographe à choisir la forme du mot-vedette, laquelle sera une forme attestée (ce qui amènerait à rejeter lapillus par exemple) et la forme la plus courante (ainsi, volcanologue à la place de vulcanologue). De manière générale, le corpus peut éclairer le lexicographe qui se trouve confronté au choix « entre d’une part des termes dont le rôle est capital dans la compréhension de la structure conceptuelle du domaine et d’autre part des termes dont la plus grande valeur réside dans leur fréquence d’emploi », comme l’explique Thoiron [1998 : 647].

130Toutefois, il est indéniable que c’est au niveau de la microstructure que le corpus est d’une plus grande aide par la diversité des contextes qu’il permet de consulter en un temps record. Ainsi, le corpus permet de compléter la description grammaticale des termes, de fournir des définitions quasi-prêtes à utiliser pour les dictionnaires unilingues ou servant de base pour les indications sémantiques des dictionnaires bilingues, de vérifier l’exactitude des équivalents proposés par certains dictionnaires (ex. volcan au repos), d’identifier un plus grand nombre d’équivalents (pensons à toutes les traductions possibles de se réveiller), de mieux présenter la distinction entre les différents équivalents possibles en utilisant les collocatifs les plus typiques comme indicateurs de contexte (voir le cas d’erupt). Plus globalement, le corpus permet d’observer la mise en discours du terme (degré de spécialisation, variation en discours, collocations), dimension essentielle en terminologie comme nous l’avons souligné en introduction.

131Pour autant, pour reprendre les mots de Béjoint [2007 : 47], « le corpus est-il la panacée de la lexicographie ? » La réponse est claire : le corpus ne fait pas tout. Malgré tous les efforts mis dans sa constitution, il arrive que certains termes essentiels n’y figurent pas, car il est difficile de réunir un ensemble de textes parfaitement représentatifs du domaine visé. Toutefois, Grundy [1996 : 135] prêche en faveur de l’utilisation en lexicographie générale de sous-corpus spécifiques pour « le vocabulaire hautement technique et spécialisé et le vocabulaire littéraire », expliquant qu’il est « difficile de mettre au point des définitions et des équivalences de traduction pour les termes spécialisés [pour lequel] un corpus de textes de langue générale ne peut pas être très utile ». Il est vrai aussi, comme l’explique Béjoint [ibid.], qu’« un corpus coûte cher et [qu’]il faut le rentabiliser » ; la question du temps pris par la constitution et l’exploitation du corpus reste en effet posée. Mais si le lexicographe se prémunit d’autant de patience qu’un orpailleur, lorsqu’il découvre en corpus une telle pépite qu’une construction grammaticale répertoriée nulle part (songeons au verbe erupt), le jeu n’en vaut-il pas la chandelle ?

Top of page

Bibliography

Altenberg Bengt and Granger Sylviane, “Recent Trends in Cross-Linguistic Lexical Studies”, in Lexis in Contrast. Corpus-Based Approaches, Altenberg B. and Granger S. (dirs.), Amsterdam, Philadelphie, John Benjamins, 2002: 3-48.

Atkins Beryl T. Sue, “A Corpus-Based Dictionary”, in The Oxford-Hachette French Dictionary, Corréard M.-H. and Grundy V. (dirs.), Oxford, Paris, Oxford University Press, Hachette, 1994: xix-xxvi.

Bejoint Henri, “Scientific and Technical Words in General Dictionaries”, International Journal of Lexicography, 1:4, 1998: 354-368.

Béjoint Henri, « Nouvelle lexicographie et nouvelles terminologies : convergences et divergences », Lexicographie et terminologie : compatibilité des modèles et des méthodes, L’Homme M.-C. et Vandaele S. (dirs.), Ottawa, Presses de l’université d’Ottawa, 2007 : 29-78.

Boulanger Jean-Claude, « L’Aménagement des marques d’usage technolectales dans les dictionnaires généraux bilingues », in Les Dictionnaires de langue française. Dictionnaires d’apprentissage. Dictionnaires spécialisés de la langue. Dictionnaires de spécialité. Pruvost J. (dir.), Paris, Honoré Champion, 2001 : 247-271.

Boulanger Jean-Claude et L’Homme Marie-Claude, « Les Technolectes dans la pratique dictionnairique générale. Quelques fragments d’une culture », Meta, 36:1, 1991 : 23-40.

Bourigault Didier et Condamines Anne, « Alternance nom/verbe : explorations en corpus spécialisés », in Sémantique du lexique verbal, Actes de l’atelier de Caen, 22-23 janvier 1999, Victorri B. et François J. (dirs.), Caen, Université de Caen, 1999 : 41-48.

Bourigault Didier et Slodzian Monique, « Pour une terminologie textuelle », Terminologies nouvelles, 19, 1999 : 29-32.

Bourigault Didier, Fabre Cécile, Frerot Cécile, Jacques Marie-Paule et Ozdowska Sylwia, Syntex, analyseur syntaxique de corpus, Actes des 12èmes journées sur le Traitement Automatique des Langues Naturelles, Dourdan, 2005, publication en ligne.

Bowker Lynne and Pearson Jennifer, Working with Specialized Language, A Practical Guide to Using Corpora, Londres, New York, Routledge, 2002.

Candel Danielle, « La Présentation par domaines des emplois scientifiques et techniques dans quelques dictionnaires de langue », Langue française, 43, 1979 : 100-118.

Candel Danielle (dir.), Français scientifique et technique et dictionnaire de langue, Paris, Didier, 1994.

Candel Danielle et Humbley John, « Explorations terminologiques dans un dictionnaire de langue. Domaine : géologie », in Mélanges de linguistique offerts à Rostislav Kocourek, Lapierre L., Oore I. et Runk H. R. (dirs.), Halifax (N. S.), Les presses d’ALFA, 1997 : 35-48.

Cottez Henri, « La Place des termes techniques et scientifiques dans un dictionnaire de langue », in Français scientifique et technique et dictionnaire de langue, Candel D. (dir.), Paris, Didier Erudition, Collection « Etudes de sémantique lexicale », 1994 : 13-26.

Delavigne Valérie, Les Mots du nucléaire. Contribution socioterminologique à une analyse des discours de vulgarisation, thèse de doctorat non publiée, Université de Rouen, Rouen, 2001.

Frerot Cécile et Josselin-Leray Amélie, « Contribution des corpus à l’enrichissement des dictionnaires bilingues généraux. Application au domaine de la volcanologie », in Autour des langues et du langage : perspective interdisciplinaire, Actes du colloque international des étudiants chercheurs en Didactique des Langues et en Linguistique, 4-7 juillet 2006, Université Stendhal Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 2008 : 415-422.

Grundy Valerie, « L’utilisation d’un corpus dans la rédaction du dictionnaire bilingue », in Les dictionnaires bilingues, Béjoint H. et Thoiron P. (dirs.), Louvain, Duculot, 1996 : 127-149.

Josselin-Leray Amélie, Place et rôle des terminologies dans les dictionnaires généraux unilingues et bilingues. Etude d’un domaine de spécialité : volcanologie. Thèse de doctorat non-publiée, Université Lumière Lyon II, 2005.

Josselin Amélie, « Constitution d’un corpus de vulgarisation dans le domaine de la volcanologie : objectifs, méthode et problèmes dans une optique de lexicographie générale », in Applications et implications en sciences du langage, Léglise I., Canut E., Desmet I. et Garric N. (dirs.), Actes des Journées Jeunes Chercheurs (mars 2003), Paris, l’Harmattan, 2006 : 243-256.

Josselin Amélie et Roberts Roda P., « La définition des termes dans les dictionnaires généraux unilingues : analyse de quelques exemples du domaine de la volcanologie à la lumière d’un corpus de vulgarisation », in Lexicographie et terminologie : compatibilité des modèles et des méthodes, L’Homme M.-C. et Vandaele S. (dirs.), Ottawa, Presses de l’Université d’Ottawa, 2007 : 141-188.

Landau Sidney I., Dictionaries. The Art and Craft of Lexicography, Cambridge, New York, Melbourne, Cambridge University Press, 1989.

Laurian Anne-Marie, « Représentation de la science dans les dictionnaires bilingues généraux », in Le français dans les dictionnaires bilingues, Szende T. (dir.), Paris, Champion – Slatkine, 2006 : 337-346.

L’Homme Marie-Claude, « Fonctions lexicales pour représenter les relations sémantiques entre termes », TAL, 43:1, 2002a : 19-41.

L’Homme Marie-Claude, What can Verbs and Adjectives Tell us about Terms?, Sixth International Conference on Terminology and Knowledge Engineering, Nancy, 28-30 August 2002, 2002b: 65-70.

L’Homme Marie-Claude, La Terminologie : principes et techniques, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2004.

L’Homme Marie-Claude et Vandaele Sylvie (dirs), Lexicographie et terminologie : compatibilité des modèles et des méthodes, Ottawa, Presses de l’université d’Ottawa, 2007.

Mazière Francine, « Le Dictionnaire et les termes », Cahiers de Lexicologie, 2:39, 1981 : 79-104.

Meyer Ingrid and Mackintosh Kristen, “The Corpus from a Terminographer’s Viewpoint”, International Journal of Corpus Linguistics, 1:2, 1996: 257-285.

Mortureux Marie-Françoise, « L’Analyse du discours de la vulgarisation scientifique et le dictionnaire de la langue scientifique », in Français scientifique et technique et dictionnaire de langue, Candel D. (dir.), Paris, Didier, 1994 : 63-75.

Mortureux Marie-Françoise, « Les Vocabulaires scientifiques et techniques », Les Carnets du CEDISCOR, 3, 1995 : 13-25.

Quémada Bernard, Les Préfaces du Dictionnaire de l’Académie française 1694-1992, Paris, Honoré Champion, 1997.

Rey Alain, « La Terminologie dans un dictionnaire général de la langue française : Le Grand Robert », TermNet News, 14, 1985 : 5-7.

Rey Alain, De l’artisanat des dictionnaires à une science du mot. Images et modèles, Paris, Armand Colin, 2008.

Raimbault Jean-Claude, Si mon dico m’était conté, Paris, Mots et Cie, 2003.

Roberts Roda P., “Methods of Bilingual Dictionary-Making: the Canadian Experience”, in Symposium on Lexicography V. Proceedings of the Fifth International Symposium on Lexicography, Hyldgaard-Jensen K. et Zettersten A. (dirs.), May 3-5, 1990, University of Copenhagen, Copenhague, Niemeyer, 1992: 91-115.

Rodriguez Reina Maria Pilar, « Les Secteurs de la terminologie maritime dans les dictionnaires italien-espagnol », in Terminologie maritime : traduire et communiquer, D. L. Newman & M. Van Campenhoudt (dirs.), Actes du 1er colloque international de terminologie maritime, 15-16 mai 1998, Bruxelles, Editions du Hazard, 1999 : 295-310.

Sinclair John, “Lexicographic Evidence”, in Dictionaries, Lexicography and Language Learning, Ilson Robert (dir.), Oxford, Pergamon Press & The British Council, 1985: 81-92.

Sinclair John, Looking-Up – An Account of the Cobuild Project in Lexical Computing, Londres, HarperCollins, 1987.

Svensén Bo, Practical Lexicography. Principles and Methods of Dictionary Making, Oxford, New York, Oxford University Press, 1993.

Teubert Wolfgang, “Corpus linguistics and lexicography”, International Journal of Corpus Linguistics, 6:1-12, 2001: 125-153.

Thoiron Philippe, « Place et rôle de la terminologie dans les dictionnaires bilingues non-spécialisés. Le cas de la terminologie médicale dans le dictionnaire Hachette-Oxford (français-anglais) », in Mots chiffrés et déchiffrés, Mellet S. et Vuillaume M. (dirs.), Paris, Genève, Honoré Champion, Slatkine, 1998 : 623-650.

Wesemaël François et Wesemaël Roland, « L’Expression de la science dans un dictionnaire culturel », in Les dictionnaires Le Robert. Genèse et évolution, Cormier M.-C., Francoeur A. et Boulanger J.-C. (dirs.), Montréal, Presses de l’Université de Montréal, 2003.

Dictionnaires

Dictionnaire de la tectonique des plaques et de la géodynamique, Vila Jean-Marie, Paris, Gordon and Breach Science Publishers, 2000.

Grand dictionnaire encyclopédique en dix volumes, Gillon Etienne, Hollier-Larousse Jacques et al. (dir.), Paris, Larousse, 1960-1964.

Harrap’s Shorter, Paris, Havas Interactive Europe & Harrap’s Multimedia, 2000. [CD-ROM]

Le Grand Robert, Rey Alain (dir.), Paris, Dictionnaires Le Robert, 1985.

Le Nouveau Petit Robert : Dictionnaire de la langue française, Rey-Debove Josette et Rey Alain (dirs), Paris, Dictionnaires Le Robert, 2001. [CD-ROM]

Le Petit Larousse Illustré, Eveno Bertrand, Legrain Michel et al. (dirs), Paris, Larousse, 2002. [CD-ROM]

Le Petit Larousse Illustré, Legrain Michel, Garnier Yves et al. (dirs), Paris, Larousse, 2003.

The American Heritage College Dictionary, Costello Robert B. (dir.), Boston, New York, Houghton Mifflin, 1996. [CD-ROM]

The Collins COBUILD English Dictionary, Sinclair, John (dir.), London, HarperCollins Publishers, 1987.

The New Oxford Dictionary of English on CD-ROM, Oxford, Oxford University Press, 2000.

The Oxford-Hachette French Dictionary / Le Dictionnaire Hachette-Oxford, Corréard Marie-Hélène et Grundy Valerie (dirs), Oxford, New York, Toronto, Hachette, Oxford University Press, 1994.

The Oxford-Hachette French Dictionary / Le Dictionnaire Hachette-Oxford, Corréard Marie-Hélène et Grundy Valerie (dirs), Oxford, New York, Toronto, Hachette, Oxford University Press, 1996. [CD-ROM]

The Oxford Dictionary of Earth Sciences (2003). Allaby Ailsa & Michael Allaby, Oxford, Oxford University Press.

Trésor de la langue française : Dictionnaire de la langue du XIXè et du XXè siècle (1789-1960), Imbs Paul (dir.), Paris, Editions du Centre National de la Recherche Scientifique, 1971.

Webster’s Third New International Dictionary of the English Language Unabridged, Gove Philip B. (dir.), Springfield (Mass.), Merriam-Webster, 1986.

Top of page

Notes

1 Sondage effectué auprès de 346 utilisateurs de dictionnaires unilingues (français ou anglais) et 301 utilisateurs de dictionnaires bilingues (anglais / français). Pour plus de détails sur cette enquête, voir Josselin-Leray [2005 : 249-363].

2 La critique est facile et récurrente ; en effet, le dictionnaire est toujours jugé sur l’absence du mot ou du terme dont on a besoin.

3 Sur la question de la compatibilité des modèles et des méthodes entre lexicographie et terminologie, voir l’ouvrage collectif de L’Homme et Vandaele [2007], et en particulier le chapitre 1 : « Nouvelle lexicographie et nouvelles terminologies : convergences et divergences » (Béjoint [2007]).

4 Pour plus de détails sur cette comparaison, voir Josselin-Leray [2005 : 88-114].

5 A Teacher’s Guide to the Geology of Hawaii Volcanoes National Park, dont le texte est consultable sur Internet à l’adresse suivante (au 31.08.2009) : http://volcano.oregonstate.edu/vwdocs/vwlessons/atg.html

6 Ceci peut laisser à penser que la démarche dite d’apprentissage endogène utilisée par Syntex (c’est-à-dire une démarche ne reposant sur aucune ressource lexicale préalable) n’est pas très efficace pour extraire la terminologie d’un domaine donné.

7 Le relevé des 110 termes, ainsi que la liste des critères de sélection et l’explication des divers problèmes afférents à la constitution et à son application ne peuvent être présentées de manière satisfaisante en peu de lignes. Nous renvoyons donc le lecteur à Josselin-Leray [2005 : 413-450].

8 United States Geological Survey

9 L’astérisque indique que la variété de langue mentionnée est celle qui est principalement décrite, même si d’autres variétés géographiques sont abordées.

10 Les indications concernant la taille de la nomenclature sont celles fournies, telles quelles, par les diverses couvertures, préfaces et/ou introductions des dictionnaires en question.

11 Notons toutefois que la Préface du PL de 2002 décrit celui-ci comme « un dictionnaire de la langue française, un dictionnaire encyclopédique et un dictionnaire visuel ».

12 La catégorisation des types de variation qui suit s’appuie sur celle établie par L’Homme [2004 : 74-75].

13 Problème étudié tout particulièrement par Bourigault & Condamines [1999].

14 Mentionnons que l’acception « couler » du verbe s’épancher est notée comme « littéraire » ou « obsolète » dans le PL.

15 Le cas de colère mérite une explication. Une des grosses difficultés rencontrées lors du dépouillement des listes de candidats-termes a été de faire la différence entre métaphores de discours (à exclure) et métaphores lexicalisées (à conserver). Dans le contexte suivant trouvé en corpus « Comme nous, un volcan naît, vit, s’endort, se réveille, est actif, se repose, fait des colères — les éruptions —, puis vieillit et finit par mourir », la présence d’un marqueur explicite de comparaison (comme) pourrait faire penser que l’ensemble des mots qui suivent sont des mots de la langue générale. Or certaines des métaphores utilisées ici sont clairement des métaphores lexicalisées qui sont des termes du domaine de la volcanologie : se réveiller, (être) actif ; qu’en est-il donc de colère ? Le contexte que nous venons de citer indique clairement que colère est synonyme d’éruption, et dans ce cas précis il s’agit d’une reformulation destinée à rendre plus accessible la compréhension des phénomènes volcaniques. Cependant, l’analyse des 43 occurrences de ce terme dans le corpus révèle que, dans 32 cas, colère est véritablement interchangeable avec éruption (colère du Vésuve, colère du Pinatubo, colère de l’Etna, volcan en colère…). Il semble donc que, même s’il est bien évident que colère n’est pas un terme de volcanologie à proprement parler, il faille retenir ce terme dans une optique de lexicographie générale. Mais la présentation de ce sens dans l’entrée d’un dictionnaire général est peut-être compliquée à mettre en place : puisque la présentation actuelle du NPR traitant implicitement le sens de volcanologie par le biais d’un sens principal (les sens secondaires n’étant pas forcément tous explicités) n’est pas satisfaisante, faut-il, dans l’entrée colère, prévoir une rubrique orientée vers une synonymie avec éruption ?

16 Ceci montre en quoi le choix parfois fait par les lexicographes d’utiliser la marque du domaine superordonné peut être problématique. Il est facile pour un utilisateur de dictionnaire non initié aux domaines de la volcanologie et de la géologie de s’y perdre.

17 Souligné par nos soins.

18 Dans ce tableau et tous ceux qui suivent, sauf mention explicite contraire, le nombre d’occurrences indiqué (parfois appelé fréquence en référence à la fréquence brute) est celui trouvé dans le corpus comparable, non dans le corpus traduit.

19 La seule occurrence de la construction transitive se trouve dans un texte-cible du corpus traduit (il s’agit donc d’une construction utilisée par le traducteur).

20 Les deuxième et troisième schémas syntaxiques sont en fait issus du premier.

21 On peut aussi considérer ces constructions comme des propositions relatives réduites.

22 En revanche, il est assez proche du sens que l’on trouve dans les énoncés où le sujet de erupt intransitif est autre que volcano ou un nom de volcan.

23 Ce point est également analysé dans Frérot & Josselin [2008].

24 Rappelons qu’il n’y a qu’une occurrence du verbe transitif dans le corpus traduit. Le verbe erupt y est alors traduit par cracher.

Top of page

List of illustrations

Title Figure 1. Schématisation de la démarche d’analyse
URL http://lexis.revues.org/docannexe/image/590/img-1.png
File image/png, 65k
Title Figure 12. Présence / absence des termes de volcanologie dans les dictionnaires unilingues généraux analysés
URL http://lexis.revues.org/docannexe/image/590/img-2.png
File image/png, 32k
Top of page

References

Electronic reference

Amélie Josselin-Leray, « Affiner la description des termes dans les dictionnaires généraux : l’apport d’un corpus de vulgarisation », Lexis [Online], 4 | 2010, Online since 14 April 2010, connection on 25 July 2017. URL : http://lexis.revues.org/590 ; DOI : 10.4000/lexis.590

Top of page

About the author

Amélie Josselin-Leray

Université Toulouse 2 – le Mirail, CLLE-ERSS, UMR 5263
josselin@univ-tlse2.fr

Top of page
  • Logo Centre d’études linguistiques
  • Logo Université Jean Moulin – Lyon 3
  • Revues.org